Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






réflexion pour octobre 2011


Un escargot de Bourgogne se promenait avec sa volute enroulée sur son dos (note bas de page 3). Comme il escomptait bien se soustraire à la persillade brûlante au beurre il recherchait activement des semblables pour que, l’union faisant la force, ils puissent couler de longs jours heureux ensemble.

Levant ses yeux riboulants, il aperçut une Galaxie et lui adressa cette prière :

-Bonjour divine volute du ciel, pourrais-tu m’aider à me défendre ?

-Oui, répond-t-elle, nous sommes comme mère et enfant, toi et moi, car nous sommes constitués par de nombreux éléments communs. Va voir de ma part la volute d’un violoncelle, comme moi il émet des sons célestes, il pourra te parler de manière plus proche que je ne puis le faire avec toi; du moins pour l’instant.

L’escargot se mit en recherche d’un violoncelle. Il en trouva un,. Il eut une peine infinie à grimper sur le manche du vénérable instrument pour lui parler d’œil à œil, mais il y parvint.

-Bonjour, belle et mystérieuse volute de violoncelle, je viens à toi de la part de la Galaxie !

-Oui, oui, elle m’a prévenue et je t’attendais…depuis un certain temps d’ailleurs ! Le meilleur conseil que je puisse te donner, c’est d’aller consulter de ma part l’ammonite figée dans la 7e marche des escaliers de la cathédrale. Va ! elle t’attend déjà.

Après de longs et pénibles efforts, ayant échappé -Dieu seul sait comment- à tous les dangers, l’escargot parvint enfin à la septième marche du Temple

-Bonjour, précieuse ammonite, témoignage des temps qui me précédèrent et qui me succèderont. Je m’adresse à toi de la part de la Galaxie et de la volute du violoncelle car tu as immobilisé le temps !

-Oui, oui, elles m’ont informée ! Sois le bien venu. Moi, si j’avais un conseil à te donner, je te dirais d’aller consulter la spirale d’un cyclone.. Sois prudent ! le chemin jusqu’en son centre est des plus dangereux : tumultes infernaux, vents forcenés, mort, te menaceront. Si tu arrives au centre du cyclone, tu y trouveras l’œil immobile de l’esprit ; la paix

Bien que refroidi par la perspective de ces dangers, l’escargot se dit qu’il n’avait pas d’autre solution, alors … De fait il en bava, le pauvre, pour parvenir à l’œil de la volute du cyclone.

-Bonjour, Vent qui vient on ne sait d' où et qui souffle où il veut ! Je me prosterne devant vous pour implorer votre inspiration et votre intercession !

-Comment oses-tu te présenter ici misérable volute ?

-C’est la Galaxie, la volute du violoncelle et l’ammonite qui m’ont recommandé de m’adresser à vous.

-Hum…donne moi le mot de passe !

-Veni Creator Spiritus !

-Tu peux entrer !
...Qu’est-ce qui t’amène donc jusqu’ici ?


-J’ai entendu dire par un certain Pierre Teilhard de Chardin que l’humanité se meut biologiquement sur elle-même comme une volute, à la fois mentalement et physiquement

-Oui ?
...Et alors ?


-Les humains sont donc, eux aussi, une espèce d’escargot puisqu’ils sont en volute.

-On peut dire les choses ainsi, mais es-tu certain que ce que tu exprimes soit vraiment le fond de ta pensée ? Allez... honnêtement !

-Pour arriver à vous, mon intelligence a été attirée par la musique céleste de la Galaxie, j’ai vibré de cette musique dans mon cœur avec le violoncelle, j’ai traversé les temps passés présents et à venir avec l’ammonite …comme si ça ne suffisait pas !

-REPONDS A MA QUESTION ! S’il te plait : Tu n’aurais pas plutôt peur de la persillade brûlante ?

-Après hésitations l’escargot répond d’un air penaud … si ! bien sur ! Car on ne devrait pas se manger, entre escargots; nous consommons principalement des salades, mais aussi de l'herbe, des tomates, du chou vert, un peu de concombre et, à défaut, du papier blanc.

-Crois tu que les hommes ne se mangent pas entre eux parfois, depuis longtemps, avec la loi du plus fort, du plus intelligent, du plus beau, du plus stratège ?

-Ah ?
Moi, c’est grâce à ma trouille que j’ai fait tout le périlleux parcours pour arriver jusqu’à Vous.


-Si fait, si fait, répond l’œil du cyclone, avec un regard en coin faussement insatisfait.

Aussi, je vais te faire passer une dernière épreuve : va de ma part vers la volute de la conscience humaine, puisque tu l’as découverte ! Au besoin, continue à lire Teilhard de Chardin

-Oh non ! Pas ça ! Implora l’escargot … Ils vont me voir, me manger… sur ces mots l’escargot se claquemura dans sa coquille.

-Sors de ta coquille, je te l’ordonne, vitupéra l’œil du cyclone. Oui, ils vont te manger…En te mangeant, toi l’escargot prodige, qui a parlé avec la Galaxie, la musique céleste et qui sait tout sur le temps grâce à l’ammonite du temple, toi qui as bravé tous les dangers pour parvenir jusqu’à moi… en te mangeant, ils intègreront dorénavant ta connaissance.

-A quoi servirait que je me fasse bouffer par les hommes ! objecte l'escargot circonspect

L’œil du cyclone se radoucit, presque tendre, il ajouta :
Réfléchis : de toute façon, on se fait tous « bouffer » par quelque chose ou quelqu’un … mais c’est le seul moyen que tu aies
pour muter et devenir un super escargot, une galaxie, une musique céleste, l’ammonite de la septième marche du temple qui te conduira plus haut encore.


L’escargot rétorque, vexé :
- Plus haut encore ? Vous n’y songez pas ! Alors que l’escalade des sept marches nécessita pour moi des efforts titanesques, comment voulez-vous que j’aille plus haut encore ? Pfffff !

L’escargot tourna résolument le dos à son interlocuteur, décidé à entamer son périlleux chemin de retour, quand il s’arrêta net (si l’on peut dire) et demanda quand même :

- Et d’abord, jusqu’où eût-il fallu que je montasse encore?

-Tu iras jusqu’à la clef de voute, celle que les ouvriers mettent en place en dernier par le dessus du haut, telle une couronne surplombant l’autel. Je crois que ton Teilhard de Chardin la nommerait « Omega ». ]b

-Je vais réfléchir, déclara l’escargot.

L’œil au sommet de la spirale conique du cyclone lui cria de loin pour se faire entendre : Tu as raison, l’escargot, l’humanité est
« tout à coup ébranlée dans sa fausse immobilité et emportée, toujours plus vite, à la fois par prolifération et par resserrement, dans des cercles de plus en plus étroits d’une sorte de maëlstrom qui la tord irrésistiblement sur elle-même » (1)

L’escargot a-t-il entendu ? Pourra-t-il comprendre que ce Maëlstrom est l’esprit de l’œil du cyclone ? Nous le saurons quelques rangs de salades plus loin car il existe un
« foyer d’indétermination au cœur même de chaque élément de la matière » (2)


(1) Page 283/ chapitre 17 « L’Humanité se meut-elle biologiquement sur elle-même ? » / L’AVENIR DE L’HOMME, éditions du Seuil 1959, écrit par Teilhard de Chardin
(2) Ibidem. p. 288
(3) De Marcel Comby : L'escargot

Bien que de petite taille, l’escargot est un animal rempli de symboles et l’homme ne s’y trompe pas qui le place parmi les familiers de son bestiaire.
Description : Tout d’abord il est joli, mignon, on peut le prendre sur sa main. On le trouve partout dans la nature même dans les jardins où il se régale de salades. Il a de belles couleurs qui varient selon les espèces. Il est curieux avec son pied musclé, sa coquille qu’il construit lui-même avec patience et persévérance, dans laquelle il trouve refuge en cas de danger et qu’il porte sur son dos comme la tortue. Symbole de lenteur mais aussi d’adaptation à la vie dans la nature que ce soit forêts, prairies, mares, océans ou tout simplement les aquariums où s’active « l’escargot nettoyeur ». On compte plus de 60 000 espèces de gastéropodes et on en découvre encore. Les plus connus sont l’escargot de Bourgogne et le petit gris, mais il existe une très grande variété d’escargots (de terre, d’eau douce, d’eau de mer) et beaucoup ont des coquilles aux formes et couleurs variées qui en font des merveilles de la nature. Citons par exemple, le Murex tinctorial, le Triton, le Strombe géant, l’Escargot arboricole de l’île Manus, la Conque à couronne ………..Symbole aussi de la fragilité de la nature : les mollusques terrestres comptent parmi les animaux les plus menacés d’extinction

.Anatomie de l’escargot : L’escargot, comme la limace, appartient aux invertébrés, mollusques, gastéropodes. La classe des gastéropodes compte plus de 60 000 espèces, terrestres, d’eau douce ou de mer.
Gastéropode veut dire littéralement « pied – estomac » et vient du fait que la partie la plus volumineuse de l’animal est un pied, formé d’un muscle sur lequel il glisse et qui est directement rattaché aux organes vitaux cachés dans la coquille.
En général, l’escargot est muni d’une coquille tandis que chez la limace il semble que la coquille s’est atrophiée et n’est plus qu’une sorte de manteau.

Le pied de l’escargot.
Le pied de l’escargot est un muscle très puissant qui englobe le corps et la tête. Il sert à l’escargot à se déplacer par ses mouvements de contraction et d’allongement alternés. L’escargot glisse ainsi, de préférence sur sol mouillé, à la vitesse d’environ 3 à 4m à l’heure. A l’avant le pied est muni de deux paires de tentacules (rarement d’une seule). La paire supérieure porte les yeux. La deuxième plus petite et située au-dessous est un organe tactile et olfactif qui tâte le terrain devant l’escargot. Quel est l’enfant qui ne s’est jamais amusé à frôler délicatement un tentacule : immédiatement celui-ci se rétracte et disparaît. Les tentacules sont rétractiles.

La coquille : La coquille de l’escargot est hélicoïdale et dextre (elle tourne dans le sens des aiguilles d’une montre). L’escargot peut rétracter le pied dans la coquille qu’il peut fermer par un opercule. Celui-ci peut être fin ou au contraire solide et épais (épiphragme) pour l’hibernation ou l’estivation. Lorsque le bébé escargot sort de l’œuf, il est tout petit, sa coquille est très fragile et presque transparente. L’escargot, tout au long de sa vie, va consolider et agrandir sa coquille grâce au calcaire contenu dans le mucus. Il agrandit plus un côté que l’autre si bien que ces agrandissements successifs forment les spirales, la dernière formée est appelée péristone. Le pied se prolonge vers le haut par un sac d’organes caché dans la partie interne de la coquille.
Le mucus : est un élément très important pour l’escargot. C’est ce liquide visqueux qui laisse une traînée brillante après son passage. Le mucus permet à l’escargot de glisser sur le sol, de grimper sur des parois verticales. Il contient du calcaire qui sert à la croissance de la coquille Il contient encore d’autres substances qui permettent à l’escargot de vivre et de se débarrasser notamment de substances nocives

L’alimentation : elle est variée selon les espèces. L’escargot courant dans nos régions est phytophage (il se nourrit de plantes). Il lui arrive de manger les plantes cultivées dans les jardins si bien qu’il est chassé par les jardiniers. D’autres se nourrissent de cadavres d’animaux, certains s’attaquent même à des animaux vivants.
Le mollusque possède souvent une sorte de langue, la radula. Chez certains la radula est couverte de dents pour gratter les roches, chez d’autres elle est garnie de sortes de plumes pour balayer le sable à la recherche de nourriture, chez d’autres, en particulier les carnivores, elle prend la forme d’une dent prête à injecter du venin.

Estivation, hibernation : L’escargot a besoin d’une atmosphère humide. En été lorsqu’il fait sec, et en hiver lorsqu’il fait trop froid, il s’abrite dans sa coquille qu’il ferme par un opercule. Celui-ci peut être fin, simple protection de mucus si l’inactivité est courte ou former une fermeture solide nommée épiphragme qui protège l’escargot de la déshydratation en cas d’estivation ou d’hibernation longue. Celui-ci est formé de mucus qui durcit en séchant grâce au calcaire qu’il contient.

Durée de vie : elle est variable selon les espèces et peut atteindre une quinzaine d’années. Mais certaines espèces sont chassées par l’homme ou élevées pour être dégustées, ce qui réduit considérablement leur longévité. La chasse est maintenant réglementée.

Reproduction : La plupart des escargots sont hermaphrodites c'est-à-dire qu’ils possèdent à la fois des organes mâles et femelles. Lors de l’accouplement, les escargots échangent le sperme mâle ce qui permet de varier les caractères héréditaires. L’escargot pond une centaine d’œufs à quelques cm de profondeur en creusant la terre avec son pied.

Symbolisme : il s’agit d’un symbole lunaire donc la féminité. Le mouvement des cornes représente l’activité rythmique : mort et renaissance. La forme de la coquille est une merveille de la nature ; elle fait penser à la fameuse spirale logarithmique des mathématiciens. Cette courbe s’enroule autour d’un point fixe d’une part et d’autre part se développe vers l’infini. Elle relie donc l’infiniment petit à l’infiniment grand. La forme hélicoïdale de la coquille symbolise la temporalité, la permanence de l’être à travers les fluctuations du changement. L’hélice est la combinaison d’un mouvement circulaire et d’une translation ; elle symbolise donc l’évolution de la vie.




Mercredi 5 Octobre 2011 11:24