Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

Travail pour la réunion du 26/6/2015, chapitre 2, "ECRITS DU TEMPS DE LA GUERRE" Ed. Grasset, (p. 77 à 84)


Par le jeu innocent de la marelle, les enfants perpétuent l'alliance terre-ciel ou matière-esprit
Par le jeu innocent de la marelle, les enfants perpétuent l'alliance terre-ciel ou matière-esprit
Un besoin légitime de bonheur, un appel généralisé vers l’HARMONIE qui coule de source de l’Amour, du Bien et du Beau peuvent, finalement, être pervertis et pousser l’être humain à des HEURTS = arrogantes ignorances, terribles égoïsmes, infernal orgueil et volonté de domination, violences les plus bestiales, injustices les plus hypocrites et les plus manipulatrices…Les exemples innombrables de cette déviance quotidienne ne me contrediront pas. Quoi qu'il en soit, c'est ainsi que j’ai pu intégrer le chapitre à étudier : HEURTS ET HARMONIE car :

- Il EST, le sceau des Origines Sacrées de la Création où Dieu vit que « cela était bon ».

-Sceau qui suscite la prégnance du souvenir d’un Eden, dans toute la création et dans l’Homme puisque le tout ne fait qu’un ; que l’on soit religieux ou pas.

-Eden non pas perdu, mais enfoui sous les apparences sauvages des luttes et des HEURTS inévitables, compte tenu de l’évolution de la matière et de la complexification; véritable "Cantique des cantiques" célébrant l' union entre la Matière, Principe féminin, et l'Esprit-, Principe Masculin.

-Eden caché, comme la Pierre Précieuse au sein de l’œuf minéral de la géode de la Vie.

Alors, , écoutons cette prière que Teilhard écrivit à la fin de sa vie et qui résume sa pensée, à condition de lire attentivement en restituant aux mots toute leur densité : « Seigneur de la Consistance et de l’Union, vous dont la marque de reconnaissance et l’essence sont de pouvoir croître indéfiniment, sans déformation ni rupture, à la mesure de la mystérieuse Matière dont vous occupez le Cœur et contrôlez en dernier ressort tous les mouvements… »

A la faveur des rêves éveillés, exhalés dans les nuits solsticiales et capiteuses d’été, voici une histoire aussi authentique qu’invraisemblable, où se manifeste de manière holistique l’harmonie universelle, celle qui occupe le Cœur de la Vie selon Teilhard :

LE CHAT ET LE DAUPHIN

Un chat est assis au bord d'un quai.
Un dauphin batifole non loin de là.

Le dauphin s'approche et se trouve nez à nez avec le chat qui, depuis le quai, l'observait.
Le chat, solidement campé sur ses arrières, étire le cou au maximum pour établir un contact ; en plus, il n'aime pas l'eau ! . En signe de reconnaissance réciproque, le chat caresse avec une patte de velours le nez du dauphin qui, à son tour, lui fait de délicats câlins.
Tous les jours, le chat attend le dauphin. Tous les jours le dauphin vient le voir, lui parler, lui montrer qu'il l'aime.

Un jour, le dauphin se colle de toute sa longueur, à fleur d'eau, contre le quai. Le chat monte sur son dos ! et les voilà partis pour une promenade en amoureux. Le dauphin nage en douceur pour ne pas faire basculer le chat, tout en ayant la prudence de ne jamais trop s’éloigner du quai qui les sépare, par nature. Ils n’auraient jamais dû -dit-on- entrer dans une relation aussi intime, aussi véritable.

Morale de l’histoire : ils n’eurent pas d’enfants, mais ….
« Que de voies interdites d’abord et qui se sont révélées fécondes ! » écrit Teilhard p. 79.


post scriptum :
J'aurais dû préciser
1- que le chat, en tant que félin, rappelle le lion, qui est symbole solaire, de feu, principe masculin. Pour les chrétiens, le lion et le soleil symbolisent le Christ.

2- -que le dauphin vit dans et par l'eau, symbole féminin. Le "dauphin" est un roi potentiel, ce qui rappelle notre filiation divinement royale en Christ.

3- En y regardant de plus près, il se pourrait que la marelle et l'arbre des sephiroths aient quelques chose de commun dans leurs charpentes respectives

...toutefois, à trop expliquer ce que l'on voulait dire se dilue.

Dimanche 28 Juin 2015 08:18