Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

Chapitre 11, "Comment je crois" Editions du Seuil


Anne-Marie Tisserand  / Introduction au christianisme / Così va il mondo
photo : statuette de l'antiquité grecque, Atlas portant le monde.
Une certaine analogie avec Jésus portant la croix ?

A noter : sous les pieds d'Atlas, une volute pouvant représenter pour nous, qui étudions Teilhard, la volute de la complexité-conscience.
Est-il besoin de revenir sur les "idées force" qui voyagent dans le temps ? Noosphère ?


… Cosi va il mondo … ainsi va le monde. ..Question de culture, question de foi… diront les uns ou les autres. Quand Teilhard parle de « sainteté chrétienne » j’avoue que je ris sous cape… des saints, nous les chrétiens ? En quoi cela nous empêcherait de faire des erreurs, de les reconnaître ? Elles sont le plus souvent inévitables, dues à l’ignorance, aux urgences vitales et animales, compulsives. Et puis, de nos erreurs, nous apprenons tant. Vibrer sans crainte de se tromper. Qu’importe d’ailleurs si momentanément nous nous trompons : tant d’enseignements sont à tirer de nos erreurs sans lesquelles nous n’avancerions pas. Les tenants et aboutissants de nos actes nous dépassent par la grandeur du Mystère qui nous enveloppe et qui nous constitue. Une erreur de notre part peut conduire, justement, à plus de perfection, tout comme le métal en fusion a besoin d’être martelé pour être forgé. Tubalcaïn, ou son équivalant grec Héphaïstos, forgeron mythologique, qui travaille dans les entrailles de la terre avec le feu initial, celui des volcans.. Quel beau symbole si on le rapporte à l’étincelle divine qui s’est immergée dans la matière ! Ce feu initial est le feu divin. Alors pourquoi craindre la contrainte du marteau sur le métal en fusion ? Jésus a-t-Il condamné nos erreurs ? N'a-t-Il pas plutôt condamné nos manques d’amour, nos haines, nos orgueils cruels…Tout ce qui nous sépare profondément de Dieu, des autres et de nous même = la « désamorisation ». A ce sujet Teilhard précise p. 198 "Le saint chrétien, tel que nous le comprenons et l'attendons maintenant, ce n'est pas l'homme qui réussira le mieux à s'évader de la matière, ou à la mater le plus complètement; mais c'est celui qui, cherchant à la pousser au-dessus d'elle-même et faisant concourir à la consommation christique l'intégrité de ses puissances d'or, d'amour et de liberté, réalisera devant nos yeux l'idéal du bon serviteur de l'Evolution".

Les citations de Teilhard que je vais utiliser maintenant sont extraites des pages 179 et 180

« Du point de vue réaliste et biologique qui est éminemment celui du dogme catholique, l’Univers représente
1- L’unification laborieuse et personnalisante en Dieu d’une poussière d’âmes, distinctes de Dieu, mais suspendues à Lui,
2- Par incorporation au Christ (Dieu incarné),
3- A travers l’édification de l’unité collective humano-chrétienne (Eglise) ».


Les murs de force du chapitre 11 sont dans cette citation, indissociables. Par eux tout l’édifice chrétien se tient, s’équilibre. Dans le chapitre 11 à l’étude les murs de force du christianisme sont souvent repris tout au long du tome 10, lesquels s’expliquent d’abord par un panthéisme des origines, celui que nos lointains ancêtres intuitaient déjà …
D’après Teilhard, on peut comprendre que le panthéisme chrétien se déploie en quatre phases :

1ère phase : présence de l’Etincelle divine dans la matière dès le « Commencement » biblique de la Genèse.
« Foi en la Personnalité (personnalisante) de Dieu, foyer du monde »

2ème phase : l’Incarnation de Jésus, vrai Dieu et vrai homme. Il est le Dieu Immanent. Sans cette double nature,sans cette double face janusienne, il ne pourrait pas faire le lien, le « Pontife » ou encore être LE Prêtre, entre Dieu et l’Homme.
« C'est moi qui suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et sortira, et il trouvera de quoi se nourrir." (Jean 10:9) ...
-« Je suis le cep, vous êtes les sarments ». (Jean 15:5)
«Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jean 14:6)


3ème phase : l’Eucharistie, qui est bien davantage qu’un simple souvenir de la Cène. Du fait d’un panthéisme évolutif des origines et d'un perfectionnement ontologique, l’Eucharistie est un pas de plus vers l’Accomplissement « Par Lui, avec Lui et en Lui » dans l’unité à la fois organique et spirituelle (force de l’Esprit) qui passe par un acte conscient des chrétiens.
« -Foi en la réalité du phylum Eglise, en qui et autour de qui le Christ continue à développer dans le monde sa personnalité totale. »

4ème phase : La Parousie, le Plérôme, la fin des temps, lorsque la Création sera entièrement résumée, unifiée, « JUSTIFIEE » dans le Christ. C’est alors que le Dieu Transcendant sera TOUT en TOUS.
« Quand le Christ se sera assimilé toutes choses, alors il se soumettra à Celui qui lui a tout soumis, en sorte que Dieu soit tout en toutes choses » (cor.,15-28)

AUTRES QUESTIONS :
-Le « péché » originel. chaque jour le monde se crée et se produit la dite faute originelle à travers la masse humaine de tous les temps, mais seulement depuis que l’Homme a acquis une conscience issue de la spirale de la complexité de conscience dans la matière. Depuis son pas de la réflexion, l’Homme a la faculté de dire oui ou non à l’alliance avec Dieu, tout simplement, enfin, si l’on peut dire car redevenir simple est l’oeuvre de toute une vie !. En quoi cela nous empêcherait-il de vivre ?

-Mort et résurrection, la Rédemption Quand les temps sont venus, Il a « bouturé » l’Homme sur la branche de vie spirituelle et immortelle. Ce fut comme une seconde création. C’est le « Huitième Jour » de la Création (le nombre 8 est symbole christique dans l’architecture traditionnelle) N’est-Il pas nommé le deuxième Adam ? En lui, le Premier Né, le Premier RE-né, toute la postérité humaine, qui ne fait qu’un comme une immense molécule.

Dans les formulations "révolutionnaires" de Teilhard, on retrouve l'or à l'état PUR du christianisme et du catholicisme. C'est comme si on découvrait la chambre emplie des trésors fabuleux d'un pharaon endormi depuis des millénaires.



Vendredi 19 Avril 2013 13:26