Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






CHAPITRE 3 « ECRITS DU TEMPS DE LA GUERRE / réflexion pour le 27/03/15
Les cahiers rouges, GRASSET


Anne-Marie Tisserand / LA COMMUNION AVEC DIEU  selon Teilhard de Chardin
Légende de la photo : l’Homme est comme un fœtus en gestation dont la vie et l’évolution spirituelles dépendent d’une « communion » par un cordon ombilical

L’auteur termine le chapitre précédent, « Communion avec la terre » dans une plainte de l’âme : « Il n’en subsisterait donc rien, ou presque rien de ce temple précieux que j’aurai, une vie durant, amoureusement, construit et orné en moi ! » (p.34) et Teilhard ajoute: « Oh ! si je pouvais trouver l’assurance qu’un peu de l’Absolu qui circule momentanément dans mon être y est retenu, s’y fixe, et me garde pour la vie éternelle » et il conclue dans un acte d’espérance : " Qu’elle descende donc du ciel, si elle ne s’entend pas sur la terre, la parole qui, synthétisant les ardeurs de l’âme et les exigences du cosmos, nous révèlera par quelle mystérieuse organisation des extrêmes les aspirations individuelles peuvent se consommer avec la réalisation du Tout " !

Dans ces lignes, Teilhard émet quand même l’ombre d’un doute humainement possible .

Afin d’explorer cette « mystérieuse organisation des extrêmes » c'est-à-dire : COMMENT ALLIER LES ENERGIES DE LA TERRE ET LES ERNERGIES SPIRITUELLES ALORS , QU'EN SURFACE, ELLES PARAISSENT ANTAGONISTES ? Teilhard pense que « La Communion avec Dieu » implique une évolution de l’être humain par étapes. Sont elles simultanées ou successives ? Je suppose que cela dépend des personnes concernées. Quoi qu’il en soit, pour aborder le sujet, « la communion avec Dieu » nous allons progresser en suivant l'ordre voulu par l'auteur :
-Le monde des âmes
-Le Corps du Christ
-Le scandale du Royaume de Dieu

1) LE MONDE DES AMES

Le mot âme vient du latin « anima » : vie, souffle.
Les vocables : esprit, âme, cœur, pensée, sentiments, sang, psyché sont souvent utilisés les uns pour les autres, à tort ou à raison. Mais qu’est - ce qu’une âme et qui peut répondre rationnellement ?
Partie liminaire de l’homme, entre corps et esprit, serait elle le siège du « Royaume de Dieu » alors qu’elle est unie au corps, tandis que l'esprit en est détaché ?

Aussi loin que l’on puisse remonter dans l’histoire de l’humanité, la plupart des rites funéraires attestent d’une croyance en une part immortelle chez l’Homme, sorte de « boite noire » où sont enregistrés tous les faits et gestes de la vie sur terre, un double de la personne du défunt.
Lettre de Paul aux Ephésiens 1:3 ; 5:19 ; Colossiens 1:9 ; 3:16). « L’esprit est l’élément de l’homme qui lui permet d’avoir une relation intime avec Dieu ». Cette citation est d’emblée apparentée à la vision teilhardienne des potentialités de l’âme : « Le cosmos n’est qu’une tige passagère et flétrissable : tout ce qu’il peut véhiculer d’Absolu ce sont les âmes qui le recueillent , le fixent et puis l’emportent , lorsque la mort les cueille. »
Selon Teilhard les âmes humaines sont l’image transposée, l’immanence de l’Absolu.
Je les imagine , individuellement, comme des étincelles, des étoiles filantes qui, au moment de la mort, iraient rejoindre le foyer de Lumière primordiale dont elles sont issues. (Petit clin d'œil à la sémantique : en français courant, lorsqu'est évoqué un défunt on dit : "feu" untel) « Telles les atomes que baigne, nourrit et transporte une même insondable et primitive substance en vue d’une Unité supérieure à constituer, un réseau d’intimes liaisons. »

L’âme a pour origine la transcendance et pourtant aussi l’ immanence divine écrit Teilhard (page 37) et sa conception rejoint la symbolique de la Genèse (1-27) : « Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu ». En écho Teilhard écrit « Tout vit et tout s’élève, par conséquent tout est un » en Dieu et par Dieu."

Cette unité « naturelle » fait que les âmes sont en permanente communication les unes avec les autres, qu’elles le sachent ou qu’elles l’ignorent.
« Semblables à des corpuscules que baignerait un même fluide spirituel, les âmes ne peuvent penser, prier, agir , se mouvoir, sans que des ondes , émanées de la plus ignorée d’entre elles, aille agiter les autres (…) aspirant d’autres âmes vers le bien ou vers le mal. » (p. 38)
« Unité d’un tout physiquement organisé » , constitué par chaque élément, l’ensemble des âmes forme un TOUT ou Corps du Christ. Pour Teilhard, ce « Tout » est plus grand que la somme des éléments. Ainsi l’âme, par « nature », " peut pénétrer et subsister en Dieu "

2) LE CORPS DU CHRIST

Pour Teilhard il serait incomplet de limiter le Corps du Christ à « une agrégation sociale beaucoup plus qu’à un organisme naturel (…) ,ce qui affaiblirait dangereusement la pensée de l’Ecriture en la rendant incompréhensible ou banale aux intelligences passionnées de connexions physiques et de relations proprement cosmiques. »(p.39) « L’affaire unique au Monde, est l’incorporation physique des fidèles au Christ qui est à Dieu ».

Selon Teilhard, l’origine du Corps du Christ procède d’un niveau transcendant, nécessaire, afin de greffer «suivant des conditions mystérieuses, mais physiquement réglées la Personne d’un Dieu dans le cosmos humain ». C’est l’Incarnation ; elle est davantage qu’une restauration ou un rachat uniquement, mais une élévation ontologique, un prolongement de la création : « Une vie nouvelle est née » écrit l’auteur, « sève unique montant dans les branches » … en écho à : « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire » ( XV -5 Jean)
Soit dit en passant : Teilhard ne cite pas fréquemment l’Evangile, mais il en est tellement imprégné que sa pensée transpose l’Ecriture pour en réactualise la tonalité.

Alors, le Christ : cordon ombilical vital pour relier l’homme à Dieu lors de sa gestation spirituelle dans le ventre de la Terre-Mère ?
Bien sur, la nature spirituelle de cette gestation ne pourrait pas s’envisager sans la présence d’une âme à la fois individuelle, personnelle, et reliée au « Tout », comme nous l’avons vu précédemment .

3) LE SCANDALE DU ROYAUME DE DIEU

Grâce au " Médiateur " le cosmos surnaturel a découvert ses racines, intimement liées à notre univers ». et par la prolongation de nos travaux le « germe Divin » semé dans la matière, grandit et s’achève. Cependant ce germe, le Corps du Christ, « demeure encore, à première vue, étranger au monde. » Un cœur pur, l’intention droite et donc une valeur morale subjective dans les actes humains canalisent « les espoirs de l’âme » écrit Teilhard. Car « dans le domaine de la moralité, le Divin et le Terrestre se rejoignent et fusionnent ». L’ organisme surnaturel du règne divin « se développe à travers le progrès humain ». Mais, individuellement, cet organisme peut réussir ou avorter, dans la mesure où chacun accepte -ou pas- de coopérer au devoir sacré de participer au progrès temporel du monde, même dans les tâches les plus humbles. Dans le fond, c’est se soumettre au « précepte divin de faire fructifier la terre »(1) et ajoute Teilhard « Il faut être convaincu » du mérite de nos œuvres, et de leur valeur sans quoi, comment ne pas perdre sa flamme.

« Scandale » du latin scandalum : ce sur quoi on trébuche au propre et au figuré.
Il est vrai que certains croyants sont scandalisés, « trébuchent » à l’idée que des œuvres matérielles, profanes, puissent participer au développement du Royaume de Dieu d’ordre spirituel; enclins qu’ils sont à avoir des préjugés plutôt cathares. Mais, au niveau de spiritualité atteint par Teilhard, rien dans la matière n’est « profane ». N’est-il pas écrit que le Royaume de Dieu appartient aux audacieux ?

En conclusions : la piste suivie par Teilhard pour atteindre la Communion avec Dieu est claire : suivre l'itinaire "âme" puis "Corps du Christ" ou "Le Tout" : le Tout est, " plus absolu que les individus sur lesquels Il règne, parce que c'est en fonction de Lui et non en qualité de particules isolées que les éléments pénètrent et subsistent en Dieu." (p.39)

Bas de page (1) = Genèse 1/27
Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d'arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture.…

 

Mercredi 25 Mars 2015 22:43