Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Pierre Teilhard de Chardin, dans « le Milieu Divin », pp.104-118
Editions du Seuil


Catherine GODINOT / Ascétique chrétienne et Sens de la croix
La Vision de la Croix peut être négative ou positive. Selon Brigitte Boudon, « Dans le monde manifesté, le cosmos, les deux bras de la croix représentent l’Esprit (axe vertical qui relie la terre au Ciel) et la Matière (axe horizontal, substance primordiale qui se déploie)». [http://www.sagesse-marseille.com/lhomme-sage/symbolisme/le-symbolisme-de-la-croix.html]

La croix avec une traverse, croix de l’Evangile. est souvent associée à l'image de multiples symboles : Le Centre de la Croix est avant tout le Principe, le lieu de condensation et de coexistence de forces opposées, le lieu de l’énergie la plus concentrée. Foyer d’intensité dynamique. Ce n’est pas une position statique, mais le foyer d’où partent le mouvement de l’un vers le multiple, de l’intérieur vers l’extérieur, tous les processus d’émanation et de divergence … et où se rejoignent tous les processus de retour et de convergence dans leur recherche de l’unité.

La croix est aussi symbole de vie. Enracinée dans la terre, le pied de la croix représente la foi assise sur de profondes fondations ancrées dans la matière. La branche supérieure, c'est l'espérance montant vers le ciel. La largeur de la croix est l'image de la charité qui s'étend jusqu'aux extrémités du monde. La croix nous relie au Christ. La longueur de la croix est un symbole de persévérance.
Le c?ur de l’homme est au centre de la croix.

Le mystère de la croix, selon Teilhard, a toujours été un principe de contradiction. Elle nous est très souvent présentée « moins comme un but sublime que nous atteindrons en nous surpassant nous-même que comme un symbole de tristesse, de restriction , de refoulement ». Sacrifice, immolation, expiation lui sont le plus souvent associés. Ceci est une façon très négative de présenter les choses et donne l'impression que le règne de Dieu ne peut s'établir que dans le deuil, la tristesse et le découragement. Cette façon de parler de l'église pourrait être comparée à celle utilisée naguère pour nous convaincre de l'existence du péché originel et de notre culpabilité pour une faute commise par l'un de nos ancêtres.

En effet, ce discours sur le « péché originel » ne signifie pas un péché personnel, qui rendrait coupable chaque être humain depuis sa naissance. Aucun texte de la Bible ni de l'église ne nous permet de parler de la transmission d'une culpabilité personnelle. Jésus reprend cette négation à son compte (Jean 9, 2-3 ; Matth. 16,27).

La vision négative de la Croix associée à celle du péché originel va à l'encontre des aspirations humaines "Comme par la faute d'un seul ce fut pour tous les hommes la condamnation, ainsi par l'oeuvre de justice d'un seul, c'est pour tous les hommes la justification qui donne la vie" (Romains 5,18).

La foi en la rédemption par la croix a des connotations néfastes : une certaine manière de mise à l'honneur de la souffrance (dolorisme), parfois à la limite du masochisme ; une mentalité qui établit des comptabilités avec la justice divine . Cette interprétation ressemble aussi à celle de jeunes musulmans qui s'offrent en martyrs de la cause palestinienne. La mise au pinacle du sacrifice suprême de sa vie que fait un leader révolutionnaire dans la lutte «sacrée» pour la justice et la libération.

La croix chrétienne symbolise non pas seulement le Crucifié mais surtout le Christ, le Sauveur, la Rédemption. C'est le Symbole de la vie humaine. Selon Teilhard (Milieu divin, p. 106), « la doctrine de la Croix est celle à laquelle adhère tout homme qui s'ouvre un chemin vers quelque issue que ce soit et que ce chemin monte ». Le terme de la création n'est pas à chercher dans les zones temporelles de notre monde visible. La croix signifie évasion hors du Monde sensible et même en un sens rupture avec ce monde... Vers des sommets embrumés par nos yeux humains, nous nous élevons par un sentier qui est la voie du Progrès universel. La voie royale de la Croix c'est justement le chemin de l'effort humain..... « Jésus sur sa Croix est le symbole et la réalité de l'immense labeur séculaire qui peu à peu élève l'esprit créé pour l'amener dans les profondeurs du Milieu divin ». Pour le chrétien, il n'est pas question de s'évanouir à l'ombre de la Croix mais de monter dans la lumière de la Croix. Comme un grimpeur qui vise un sommet, nous prenons des appuis intermédiaires pour nous aider à monter. Mais la pente sur laquelle nous nous élevons peut aussi être celle sur laquelle nous glissons et le chemin peut être barré par un obstacle qu'il faut contourner. « Les obstacles peuvent parfois servir de points d'appui à surmonter, d'intermédiaires à utiliser, des éléments à nous associer et aussi quelque fois à entraîner avec nous » (id, p.114).

Aucune âme ne rejoint Dieu sans avoir franchi à travers la Matière un trajet déterminé, lequel, en un sens, est à la fois une distance qui sépare mais aussi un chemin qui réunit.
 

Mardi 2 Septembre 2014 15:30


Nouveau commentaire :