Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

"Comment je Crois" chapitre 11, Editions du Seuil


Teilhard de Chardin, dans Comment je crois, p. 180, résume les fondements de l'attitude chrétienne. Celle-ci repose sur :
« Une foi en la personnalité de Dieu, foyer du Monde » qui nous rappelle la Création
« Une foi en la divinité du Christ historique, non seulement prophète et homme parfait, mais objet d'amour et d'adoration. » Ceci est lié à l'Incarnation.
« Une foi en la réalité du phylum Eglise en qui et autour de qui le Christ continue à développer dans le monde sa personnalité totale. »
Ceci suggère la Rédemption.

Tout s'est développé à partir de la venue du Christ envoyé par Dieu :
-Saint Jean dans le prologue de son Evangile dit : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le verbe était Dieu..... et le verbe s'et fait chair et il a demeuré parmi nous et nous avons vu sa gloire, gloire qu'il tient de son père comme fils unique... »

-Saint Paul dans ses épitres reprend le même point de vue en qualifiant Jésus de Fils de Dieu et Dieu lui-même. C'est vraiment le fondement du christianisme.

-Irénée de Lyon dira aussi que cette connaissance de Dieu n'est pas réservée à une élite mais mise à disposition de tous.

-Saint Augustin qui est l'un des fondateurs de l'église d'occident (c'est-à-dire du catholicisme) le confirmera aussi. Il ajoutera que Dieu est venu pour sauver les hommes du mal dans lequel ils sont enferrés. Dieu va chercher l'homme où il est pour le sortir de son marasme en lui envoyant son fils. Saint Augustin, surnommé quelques fois « docteur de l'amour » nous dit qu'on trouve Dieu en soi.

-Teilhard de Chardin (ib. p.199) va plus loin et pense que le christianisme correspond à une foi en l'unification progressive du monde en Dieu. Cette union se fait au moyen de relations personnelles sous l'influence de l'amour. Elle ne se réalise pas simplement par amalgame des êtres entre eux et avec Dieu mais en approfondissant les spécificités et la personnalité de chacun. Ainsi, chaque homme enrichit l'univers chrétien, dénommé « Plérôme » par Saint Paul et l'Amour rapproche les êtres entre eux et avec Dieu. Un tel panthéisme d'amour peut satisfaire pleinement les aspirations religieuses de chacun. C'est en évoluant dans ce sens que le christianisme a toutes les chances de devenir la seule et vraie religion de demain. Le christianisme ne peut pas être un système figé une fois pour toutes, mais doit continuellement évoluer en développant une conscience christique à la mesure de « la conscience grandissante de l'humanité ». Le christianisme doit avoir la structure d'un philum, c'est-à-dire former un ensemble cohérent d'éléments spirituels collectivement associés.

Une des spécificités du Christianisme est l'existence des sacrements. Le premier de tous est l'Eucharistie. Lorsqu'au cours de la Cène, Jésus rompt le pain et dit : « Ceci est mon corps, prenez et mangez », puis lorsqu'il prend la coupe et boit le vin en disant «Prenez et buvez, ceci est mon sang, faites ceci en mémoire de moi » il établit cette communion comme un moment de partage entre lui et ses apôtres qui l'entourent, ainsi qu'avec tous les chrétiens qui le suivront dans toutes les générations futures.

Lorsque le chrétien communie, il établit un « contact physiologique » avec le « Verbe Incarné » et une union personnelle avec Dieu. De plus, le terme de « communion » qui comprend l'idée d'union et celle de « commun » suggère une communauté. En communiant au Christ, le chrétien partage cette union avec Dieu avec toute la communauté. Il participe à une Christogénèse et prend conscience de s'approcher du cœur même de l'Evolution. Il participe à la réalisation du corps du monde en Evolution.


Samedi 20 Avril 2013 14:52