Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

''Comment je crois '', chapitres 4 et 5



Nous ne sommes plus en 1922 ni même en 1950. L'Eglise catholique a reconnu officiellement le principe de l'Evolution par la voix de Jean-Paul II dans les années 70. Donc finissons-en avec ces polémiques aujourd'hui vaines autour du monogénisme et de l'''Histoire Sainte'' traditionnelle qu'évoque JPF, toujours tenté de manger du curé. Sauf peut-être encore dans certaines paroisses d'A frique ou d'Amérique latine, voire de Pologne, on ne considère plus le chapitre I de la Genèse que comme un récit symbolique. Exit, par conséquent la problématique de la vérité historique du ''premier Adam'' et du Paradis terrestre.

Quant au péché originel ,je pense pouvoir dire que tout théologien ou docteur catholique partage aujourd'hui pour l'essentiel la troisième explication que donne Teilhard , p.67 68 et suivantes : ''le péché originel'' exprime, traduit, personnifie dans un acte localisé la loi pérenne et universelle de faute qui est en l'Humanité en vertu de sa situation ''in fieri'' ( en devenir) ...etc...'' Avec à mon avis, la nuance très importante suivante : c'est le mal objectif (dont la mort), comme raté, comme ''envers'' obligé,donnée première, de toute réalité créée, qui est consubstantiel à la création, de la Matière inerte à l'Homme vivant et pensant.(1) La faute, le péché,toujours personnel, le mal commis, est lui, au sein de ce mal objectif, la traduction en acte du refus volontaire par la ''conscience'' de l'impératif moral vers le bien, tel que la Bible nous le montre s'affirmer et s'affiner progressivement au fil de l'Histoire, de plus en plus précis et exigeant, contre la malignité elle aussi pérennede l'Homme : du ''tu ne tueras point'' élémentaire symbolisé par le récit du meurtre d'Abel par Caïn, au précepte paradoxalement novateur ''œil pour œil dent pour dent'', se substituant à la tradition de la vengeance collective, et finalement au ''commandement nouveau'' de Jésus ''tu aimeras ton prochain comme toi même'', relayé par l'impératif catégorique de Kant.
Donc la théologie catholique ne dirait pas , je crois : ''le péché originel est l'essentielle réaction du fini à l'acte créateur'', p.57, caractéristique qu'on peut affirmer par contre, du mal physique. C'est le mal moral que Dieu pardonnera gratuitement.(2)
Mais il y a sûrement consensus (à faire valider peut-être par le recteur Magnin) sur les termes de la page 70 : ''il faut seulement que nous sachions qu'il (le péché) est partout aussi mêlé à l'être du monde que Dieu qui nous a créé et que le Verbe incarné qui nous rachète''. L'Espérance est l'antidote du Mal.


NB j'ai découvert dans la revue de l'association n° 41 de mars 2012 l'existence d'une chaire Teilhard de Chardin aux facultés jésuite de Paris. Exit donc tardivement, la proscription du Père de sa mission enseignante qui nous avait tant choqués, et injustice réparée.



1- cf l'article de G.Donnadieu dans la même revue p.22 et sv

2- ibidem p. 25 : le professeur Dove parle de ''faille héréditaire transmise de génération en génération '' (?)



Jeudi 19 Avril 2012 12:14