Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Le goût de vivre
(Citations des textes de Teilhard en italique)


Dans le chapitre "le goût de vivre" du volume l’Activation de l’énergie Teilhard s’interroge une nouvelle fois sur l’avenir du développement humain. Il cherche à poser les jalons de la route de l’ouest c'est-à-dire la route de demain pour un avenir ultra humain. Le dessin de cette route commence à apparaître dans la conclusion du chapitre "Pour y voir clair" (pages 235/236 éd. Du Seuil). Il y exprime une vision d’espoir et d’optimisme en disant : "L’esprit de plus grand amour et de la plus grande conscience est entrain de naître presque en secret… Cette nouvelle forme d’énergie psychique où la profondeur personnalisante de l’amour se combine avec la totalisation de ce qui gît de plus essentiel et de plus universel au cœur de l’étoffe et du flux cosmique, est encore anonyme."

Reste à préciser quelles pourraient être les étapes pour les échéances à venir. Teilhard, pas plus que quiconque, ne peut en donner un calendrier précis. Mais il va, dans les chapitres suivants, éclairer d’autres sujets s’enchaînant les uns aux autres sur la ligne de sa réflexion : co-réflexion, activation de l’énergie humaine, immortalité. Saisir le lien qui parcourt toutes ces questions c’est saisir la perspicacité de la vision teilhardienne.

Il fait du goût de vivre une qualité psychique constitutive de l’humain, de tous les humains, et au-delà du monde entier. C’est un ressort ultime de l’évolution, le facteur ultime d’auto arrangement de l’univers. Il devient en outre clair que ce phénomène ne doit rien aux idées d’une certaine cohorte de biophysiciens idéologues du hasard de la sélection. S’il fallait conserver toutes les fausses routes dues au hasard et à la nécessité on a montré aujourd’hui que le volume de tous ces essais et déchets infructueux remplirait la totalité du monde visible.

En fait "les combinaisons les plus complexes (les plus pshychisées) sont douées d’un sens obstiné de la conservation de la survie. Le monde est doué de vouloir vivre c’est une constante assurée".

Teilhard en déduit que ce goût de vivre doit être surveillé et ausculté constamment de la même façon qu’économistes et savants s’absorbent sur les problèmes des ressources mondiales. "Quelle malédiction si nous venions à perdre le goût de l’évolution !" Nous avons le devoir d’entretenir le goût de vivre à la fois individuellement et collectivement. Nous avons ainsi vitalement besoin d’une foi.

Les religions devraient donc obligatoirement travailler à cultiver leur rôle évolutif. Par exemple, prenons donc conscience que notre monde souffre plutôt de théisme insatisfait que d’athéisme. Il nous faudrait, selon Teilhard, une religion de l’humanité et de la terre et plus seulement une religion de l’individu et du ciel. Il faudrait une convergence générale des religions. Convergence issue non du rajeunissement des anciennes amours rituelles et dogmatiques, mais une convergence charpente d’une religion où le goût de vivre dans l’univers serait une "liaison suprêmement intime entre mystique, recherche et biologie".


Henri Guyot 15 03 10




Les énigmes de la croix de Lorraine


Une hypothèse dominante parmi les hypothèses concernant le symbolisme de la croix de Lorraine est que la branche verticale évoque classiquement la représentation du méridien et une connexion montante ou descendante vers la divinité. La traverse la plus courte représenterait la course du soleil pendant l’hiver, la seconde celle qu’il effectue durant l’été.
Les deux branches horizontales figurant donc deux lignes solsticiales, la croix de Lorraine envisage donc globalement notre année solaire avec sa saison de mort apparente et sa période de renaissance.
Mort et renaissance.


On peut dire également que la partie basse représente la lettre grecque Tau et celle plus petite qui vient s’accoler dans l’axe juste au dessus est la croix traditionnelle christique. L’ensemble évoquerait donc à la fois la descente aux enfers du Christ et sa résurrection.
Pour De Gaulle la guerre et l’espoir.


( d’après Daniel Réju – l’énigme de la croix de Lorraine – édition du Rocher)


Mercredi 7 Avril 2010 18:21