Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Le Cosmos dans sa globalité est un postulat premier dans l’espace moderne. La démarche nouvelle que veut me faire découvrir et approfondir T. C. bouscule des idées anciennes; de nouvelles cohérences s’assemblent et me font adhérer, si cela n’était pas déjà, encore d’avantage, à la perception du monde, la vitalité dans le mouvement, les transformations pour chacun et pour toujours dans l’éternel présent.

D’abord, sont précisées les évolutions de pensées apparues les unes après les autres, découvertes, souvent pressenties avant d’être démontrées, et qui déconcerteront certains, introniseront d’autres en de nouveaux dieux incontournables, superbes dans leurs nouveaux costumes, ou bien encore d’autres, sûrs de leur nouveau credo, rejetteront d’un bloc les anciennes croyances, et les derniers enfin, riches des avancées de toutes sortes, continueront la quête, n’ayant de cesse pour remplir le contenant toujours renouvelé, d’enrichir le contenu.

1) L’intuition galiléenne, 16ème/17ème siècle.
L’homme devient conscient que l’espace n’est pas figé, qu’il n’est pas fixiste, qu’il n’est pas géocentrique; C’est-à-dire que la terre n’est pas centre immuable et statique, mais qu’elle est relative, mouvement dans un ensemble, l’héliocentrisme, seulement partie de cet ensemble, astre parmi d’autres, qui, comme d’autres, tourne autour du soleil; ce n’est pas le soleil qui tourne autour de la terre; l’espace fait de mouvement, doit être repensé, les anciennes certitudes abolies.

2) Dans la pensée humaine, vision des premiers « noyaux" »évolutifs, 18ème/19ème siècle
Suite au constat de déplacement, de non stagnation, l’esprit humain découvre donc, peu à peu que les états sont mouvements; L’environnement n’est pas figé, aussi bien dans les idées, psychiquement, dans les comportements, les civilisations, et aussi dans la matière, avec les atomes etc.
Et de plus, le mouvement constaté n’est pas anarchique, il ne part pas dans tous les directions mais il a un sens; les situations, les moments, la matière - même deviennent évolution en formation, l’univers est en voie d’ organisation.

3) La vision moderne de l’idée d’évolution.
C’est une prise de conscience toujours plus grande d’un univers tout entier dynamique; Un mouvement continu, universel, donc dont l’homme fait partie dans son intégralité, et perçu dans l’espace et le temps; une courbure qui se meut de plus en plus arrangée.
En d’autres termes, le rameau zoologique que nous sommes est à chaque instant, action vers plus d’arrangement; la vie par nature ne peut être statique, elle est espace-temps: espace c-t-d mouvance, encombrement, richesse, rougeoiement, tiédissement, sublimation, complétude …et temps puisque non morte, non fini, existence de chaque moment l’un après l’autre…

Après la vision de mouvement concernant le monde, découvrons, avec le père, les réponses nouvelles, résultantes et suites harmonieuses de cette position.


Esprit et matière.
Il n’y a pas d’un côté l’esprit et de l’autre côté la matière dit-il. Donc il ne doit pas y avoir opposition entre les deux
En relisant quelques passages de « La Messe sur le Monde » comment ne puis-je pas être fasciné par ses propos, sa prière…
Quelques unes de ses paroles que chacun peut faire sienne:
« …parce que, irrémédiablement, je reconnais en moi, bien plus qu’un enfant du Ciel, un fils de la Terre, …sur tout ce qui, dans la Chair humaine, s’apprête à naître ou à périr sous le soleil qui monte, j‘appellerai le Feu… »
Matière se chargeant d’Esprit dit-il encore…Materia-matrix, matière richesse pour tous les devenirs, matière sans laquelle rien ne peut germer et fleurir et esprit de cette même matière sublimation de la terre pour toutes les amorisations possibles.

L’origine du mal.
Le problème du mal ne se pose plus, dit-il.
Vision étonnante diront certains, pour d’autres déroutante, mais combien optimiste et positive dans son réalisme. En effet, dit-il, un univers en mouvement, en constant arrangement est obligé d’engendrer des « déchets » ou plutôt des non vies comme tout feu laisse de la cendre; le mal est sous produit inévitable de la marche d’un univers en évolution, dit-il encore. Banalisation ou minimisation du mal? Certainement pas! Tout simplement constat de son existence, ni plus, ni moins.
« …mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie… »Matt.VII,14.

Une nouvelle dimension, le Christ universel.
La Transcendance primordiale, le Sommet, le Pré-émergé, comme il est dit par ailleurs, devient moteur convergeant de l’humanité en s’humanisant, en se Christifiant; c’est la relation d’incarnation, de déification. L’homme, provenance et suite de la terre est appelé au Divin; le Divin ne peut appeler l’homme qu’en se faisant semblable à lui, afin que Lui-même le mène là ou Il est…;celui qui est appelé Fils de l’Homme afin que chacun devienne Fils de Dieu, se fait humain et dans la totalité; ne dit-il pas un soir sachant ce qui va lui arriver le lendemain: « …Père, s’il est possible que ce calice s’éloigne de moi… »Matt.XXVI,39.Dieu prend part à la Terre pour que la Terre soit en Dieu; Il ne me demande pas de croire mais seulement de regarder.

Energie christique qui prend dans sa totalité le monde; le cosmos déifié par essence relié à l’humanité et à l’univers, et qui est transcendé, amorisé.Je suis donc embarqué, partie prenante, responsable, dans cette amorisation. Cette richesse dans le temps et l’espace suivant mon vouloir, j’ai pouvoir de la faire évoluer par et avec celui qui peut tout. Là encore est la dynamique espace/temps synonyme d’amour/évolution.

Pour conclure, Pierre Teilhard nous dit:
« Un mouvement dont la démarche critique à un instant donné, consiste à prendre conscience et charge de lui-même »,
Comme ces paroles sont étranges…
Elles semblent faire écho à ce qui se passa il y a quelques millions d’années et que P.T. décrit comme suit dans Le Milieu Divin:
« Après des milliers d’années qu’elle monte sous l’horizon, en un point strictement localisé, une flamme va jaillir, - La pensée est là! » (p.175)
Comme jadis, aujourd’hui une nouvelle aventure commence;la planétisation, l’organique, la terre, les deux pieds dans la glaise, malgré tant et tant de brouillards qui se sont créés pour ne pas vouloir regarder, …mais pourtant, la cosmogénèse est là, et bien là.
Hominidé à l’intelligence hautement différenciée combien de vitalisations nouvelles en mouvement, avant que se rejoignent l’Espace et le Temps!

Samedi 24 Avril 2010 18:29