Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Réunion du 23/5/14 à Brignais


J.P. GIROUD / La divinisation des passivités, ou comment je rejoins Dieu à travers le mal.
Idée bien étrange, celle de penser que le mal peut être un bien ; construction mentale qui ferait l'apologie, la glorification de la souffrance subie ou passive ? Construction tortueuse de l'esprit où il y aurait plaisir dans la défaite, délectation de la douleur, bonheur dans la diminution?

Ces notions ne sont pas acceptées par le sens commun.
La compromission, la négligeance, la souffrance, la mort : nous savons trop bien qu'elles existent, mais cherchons, à la lumière de Teilhard, ce qui peut se trouver derrière ces états, quel positionnement avoir; un jour ou l'autre je ne peux y échapper, et aussi quelle peut être mon attitude.

Donc, je reçois directement, de plein fouet, les événements, les mouvements de la vie; dans ce monde je suis participant par définition puisque, vivant, je ne suis pas insensible.

Dans mon existence combien d'acte, -ils sont nombreux- me sont présentés, imposés, et je peux y ajouter les hasards ou synchronicités, etc. Tout simplement c'est la marche de l'histoire, de l'existance de chacun. Par rapport à cela il y a de ma part forcément réaction.

Ces rencontres avec la vrai vie, non voulues mais bien présentes, peuvent me diminuer, m'assombrir, incontestablement me modifient.
Il y a des négations qui se présentent, parfois provoquées d'autres fois conséquences de mes positionnements, les reniements, les compromissions, les rapetissements, et tant d' autres choses.
Face à cela bien souvent je n'ai aucune emprise, je peux avoir l'attitude du pauvre hère, l'homme misérable de la damnation de Faust, éternel errant, finalement condamné aux enfers, vision ultime de désespoir; le trait est un peu forcé mais parfois la situation n'est pas si éloignée que cela!

Ecoutons ce que dit Teilhard:
"Une dimension de plus existe qui permet à Dieu d'opérer, insensiblement, un mystérieux retournement du Mal en Bien... le chrétien accède par un effort de confiance au plus grand que lui... Si mon effort est courageux, persévérant, je rejoins Dieu à travers le Mal."

L'accès par un acte de confiance est la clé pour rejoindre Dieu à travers le mal.

"Je mets mon espoir dans le Seigneur, je suis sûr de sa parole.
Des profondeurs je crie vers toi Seigneur
Ecoute mon appel !
Que ton oreille se fasse attentive
Au cri de ma prière"
. Psaume 129

Si mon effort est courageux, persévérant...Et si je ne crois pas, si je ne veux pas croire, que je pense que je ne peux pas le rejoindre, que la nuit est venue et que demain il ne fera pas jour ?

Alors Teilhard répond simplement : croire qu'une dimension de plus existe, un mystérieux retournement du mal en bien, commencer par un premier acte de confiance.
 

Samedi 24 Mai 2014 15:46