Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

Chapitre 16 de "Comment je crois" éditions du Seuil


-Dans la campagne lyonnaise, qui n'a pas connu ou vu ces croix à l’intersection des chemins et sentiers empruntés par les marcheurs de fin de semaine, ou les retraités des autres jours ?
Croix réalisées en fer aux formes ouvragées, courbes façon art nouveau ou style rustique finition peinture gris argent dont l'effet est dénué assurément de toute prétention.
D'autres, peut-être plus mystérieuses, sont en granit, sobrement construites et taillées, parfois ornées en leur centre d'un semblant de rosace ; leur allure emmène vers des temps anciens où, disait-on, bien des dieux avaient été aperçus dans la plaine assoupie, au solstice d'hiver ou peut-être après...
Parfois on voit même sur les assises d’où ces croix se dressent, une date gravée dans leur dalle de pierre, mémoire des moments intenses vécus ensemble .
-Aujourd'hui, elles sont enchantement pour certains, pour les croyants souvent sûrement, mais cependant pas toujours ; pour d'autres elles sont crispation, et pour beaucoup, indifférence.

-Dans le calme de l’hiver la nature se repose, elle aussi.
C'est la croisée des routes, ouverture vers tous les possibles, et d'abord le regard, l'horizontalité ; l'espérance, malgré tout ou plutôt à cause de tout... le sourire, à celui qui veut regarder ; La fraîcheur dont parle Teilhard.

-Les chaines ultimes de l'homme ne sont-elles pas le désespoir ?
Et la crispation vis à vis de ces croix pour certains, ne vient-elle pas qu'il est vu dans cette forme un marquage, un sceau autoritaire apposé sur la matière, mère nature .
Et alors, comme le dit le Père, il y a non sens, mais plutôt,l'homme les deux pieds dans la glaise , veut aimer, découvrir, construir, est en chemin tout entier à chaque instant vers la Transcendance.

-Alors le père me fait redécouvrir le sens de cette croix :
« Je me sens passionnément séduit et satisfait par une Croix en laquelle se synthétise les deux composantes de l'avenir : le transcendant et l'Ultra-humain ; ou comme je disais en commençant l'En haut et l'En avant »

-L'En-Haut, ce que je ne connais pas mais qui comble, au delà de la mesure de mon espérance ; mystère et joie de la recherche de l'Inconnu.
« Console-toi, tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais trouvé »(Blaise Pascal, Pensées 553, Section VII la morale et la doctrine )

-L'En-Avant, foule innombrable des hommes, communion des Saints, ceux d'ici et ceux de là-bas, vie du pire comme celle du meilleur, et Teilhard de dire :
« Univers en état de personnalisante évolution.



Samedi 25 Janvier 2014 15:51