Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

ACTIVATION DE L'ENERGIE: PAGES 327 A 332 DU TOME 7 DU SEUIL



Citation : L’AVENIR DE L’HOMME, p. 95
« Arrière les pusillanimes et les sceptiques, les pessimistes et les tristes, les fatigués et les immobilistes. La vie est perpétuelle découverte. La vie est mouvement. »

Voici ce qui,à mon sens, est le cœur du message que Teilhard a voulu transmettre.

Le présent travail est subjectif, c’est inévitable par le fait même qu’il est une interprétation dont le but est d’inciter à lire l’oeuvre originale de Teilhard. Le sujet traité est le but suprême que nous pouvons espérer pour la cosmogénèse et son fer de lance : « le Phénomène Humain ». En voici les sept points forts :


Planétairement, l’Humanité se construit vers un super-organisme constitué de toutes les âmes humaines, centré sur lui-même, c'est-à-dire qui tend lui-même à se personnaliser ; suivant en cela le sens de toute l’évolution de la matière, de palier en palier, jusqu’à rejoindre le point OMEGA.

Dans un premier temps, cette personnalisation de l’Ensemble va à l’encontre des intérêts immédiats des Eléments ; ce qui ralentira la maturation pourtant logiquement probable de l’Ensemble, en vertu du fameux « Principe d’Emergence » inventé par Teilhard (cf : le Phénomène Humain).
Cette maturité de l’Ensemble doit se développer vis-à-vis des Eléments, dans un contexte de synergies et de rétroaction, d’une part et d’autre part dans le sens d’un super-développement de la conscience des Eléments eux-mêmes et cela jusqu’à ce que se produise indéfiniment un effet « retour » venant de l’Ensemble et ainsi de suite…Désormais nous devons considérer que nous évoluons dans un Ensemble complexe que peut être la « systémique » nous aidera à comprendre.
Selon Teilhard, il est urgent de prendre conscience de ce processus et de créer des centres d’étude pour l’analyser, le comprendre, l’accompagner, le diriger si possible voire l’utiliser. L’Humanité est entrée dans une phase de super-réflexion devant aboutir à un état de self-évolution contrôlée.
Il semblerait que l’Humanité soit programmée pour faire ce qui est dit ci-dessus, puisque depuis ses origines elle n’a cessé de s’organiser spontanément géopolitiquement. Les Etats ainsi constitués sont autonomes dans un premier temps, s’affrontent et paradoxalement deviennent de plus en plus interdépendants. En effet, depuis quelques décennies, les Etats les pus forts ont créé des super-organismes dont le rôle est de réguler le fonctionnement de la planète dans tous les domaines importants : justice, droit international, commerce, armement, santé, productions industrielles, productions agricoles, diffusion de la culture, écologie des êtres vivants etc… Certes, les résultats sont embryonnaires, mais ils sont prometteurs si on compare ceux obtenus depuis cinq siècles avec ceux obtenus depuis cinq décennies. Nous savons maintenant que l’avenir est entre les mains de l’Humanité, c’est une certitude. Il faut absolument prendre conscience de cela et lutter contre un pessimisme aveugle et absurde. Il ne faut pas tomber non plus dans un optimisme béat. Il faut fuir le Dogme et la Superstition et aller vers la Raison et la Foi.




Maintenant, au point où nous en sommes, l’obstacle le plus difficile à vaincre n’est pas d’admettre cette perspective (tout le monde rêve d’horizons meilleurs) mais de comprendre que l’attitude que nous devons adopter ne portera ses fruits que dans les siècles à venir. L’Humanité (autant les individus que la globalité) doit cultiver en elle le sens de l’Espèce mais aussi le sens de la Cosmogénèse, avec pour seul réconfort l’idée que chacun d’entre nous est à la fois minuscule et immense, bref comme une étincelle et éternel comme l’Esprit, faible par sa force physique mais puissant par son influence morale. « Stupide cette autosuggestion ! », diront les paresseux cherchant un prétexte à leur passivité.
Pour obtenir cette Foi et cette Espérance en l’avenir de la Cosmogénèse, la pensée de Teilhard est l’une des voies possibles, elle est même l’une des mieux assises car elle s’appuie sur des bases logiques et scientifiques quasi concrètes hors du principe de croyance mais dans celui de la raison. La Foi étant définie comme un « état de tension », on peut donc l’associer à l’Espérance, qui dans ce contexte est la Raison. « Foi et Raison » est un thème d’actualité dans l’Eglise catholique, mais il est traité avec frilosité comme s’il s’agissait de l’Hérésie gnostique. En outre, seuls les intellectuels catholiques osent s’avancer sur le terrain scientifique de Teilhard et seulement entre intellectuels trahissant en cela la pensée du Père jésuite et aussi les Evangiles (« heureux les simples en esprit etc…. »). Il faut bousculer ce tabou insensé. Pour comprendre la pensée de Teilhard, il suffit d’avoir l’envie et la volonté de la pénétrer ainsi qu’un minimum de culture et de bon sens.


Enfin pour conclure, voici quelques remarques personnelles. Certains penseront que je fais preuve d’un anticléricalisme viscéral.

Rien n’est plus faux ! Je respecte les religions dans la mesure où elles ne cherchent pas à devenir des pouvoirs théocratiques. Tout comme Sigmund Freud dans son livre « l’avenir d’une illusion » je considère que les religions sont nécessaires jusqu’à un certain point, celui de l’initiation.


Quand j’ai été accusé d’anticléricalisme je n’ai fait en réalité que divulguer les vraies raisons des problèmes qui opposaient Teilhard de Chardin du Vatican. Dans le manuel d’Etude du livre « le Phénomène Humain »je n’ai pas repris certains propos très durs que Teilhard tenait à l’égard de l’Eglise Catholique. Je n’exprime pas du tout des pensées personnelles. Que les Teilhardiens peu convaincus et les catholiques conservateurs se le disent pour dit,» « l’avenir de l’homme est indiqué par la pensée progressiste du Père Jésuite, qu’elle soit récupérée ou qu’elle soit reprise ! ».










NB :

La Foi, état de tension correspondant à une INTUITION.
L’Espérance correspond à une RECHERCHE dans laquelle la RAISON n’est pas absente.

Lundi 24 Mai 2010 20:38