Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Comment participer à l’Âme du monde ?


Jean-Marie MERMAZ / "L'Âme du monde"
« Indubitablement, nous avons conscience de porter en nous quelque chose de plus grand et de plus nécessaire que nous-même. » ETG

C’est dans les heures les plus sombres et les plus cataclysmiques d’un monde en totale désintégration, que le Père Teilhard de Chardin, à l’épreuve révélatrice de l’horreur tout en coïncidence avec sa vision mystique, a été poussé à discerner ce que pourrait être « L’âme du monde » : Une zone immanente et transcendante en même temps, dans laquelle se mêle mémoires, consciences et expériences multiples de toutes les âmes humaines et cosmiques. Par la suite dans le tome 7 « L'ACTIVATION DE L’ÉNERGIE », sa pensée se précisera pour se dégager de cette dualité encombrante et finalement construire la synthèse la plus étonnante qui fît la grandeur de sa pensée, nous citons :

Jean-Marie MERMAZ / "L'Âme du monde"
« … / D’où, pour finir, par remontée ultime vers le moins connu, une dernière et suprême définition du point Oméga : foyer à la fois un et complexe, où, cimentés par la personne christique, trois centres emboîtés (pourrait-on dire) se découvrent de plus en plus profonds :
1. extérieurement, le sommet immanent (« naturel ») du cône humanocosmique ;
2. plus en dedans, au milieu, le sommet immanent (« surnaturel ») du cône « ecclésiastique » ou christique ;
3. et, tout-à-fait au cœur, enfin, le centre transcendant trinitaire et divin. Le Plérôme complet se rejoignant sous l'action médiatrice du Christ-Oméga. »


« N.B. Dans cette combinaison, on peut discuter si le sommet humanocosmique « exige » un sommet christique. Mais il paraît clair que le sommet christique ne pourrait se former sans l'existence d'un sommet humano-cosmique. »
« Esquisse d’une dialectique de l’Esprit »Tome 7 « L’ACTIVATION DE L’ÉNERGIE » Seuil p156

L’enjeu primordial pour l’humanité sera donc de rapprocher les multiples couleurs arc-en-ciel des formes humaines et spirituelles, pour mieux pénétrer l’Absolu dont on tient manifestement « la vie, le mouvement et l’être », Actes 17,28. Entre la réalité quotidienne de nos vies besogneuses et la notion ultime de l’absolu, il n’y a qu’une continuité relationnelle ; les prémisses de cette expérience sont à la portée de tous, encore faut-il vouloir faire le silence au plus profond de son être.

Cependant, un grand nombre d’hommes encore piégés par leurs natures physiques et psychiques auront toutes les difficultés à entrevoir une logique autre que celle qui leur est directement utile ; il en découlera une distorsion incompréhensible entre ce qu’ils croient être, et l’absolu de Dieu. C’est le terreau de l’athéisme et des spiritualités plus ou moins exotiques, enfermé dans les limites du dualisme.
Pour celui qui cherche, un lien symboliquement raisonnable semble s’imposer à sa raison ; nous l’avons dans notre tradition appelé : âme. Dans le dictionnaire Larousse une définition propose l’âme comme : Principe de vie, de mouvement et de pensée de l'homme, différent de l'esprit, conçu comme activité intellectuelle et fréquemment opposé au corps, du moins dans la tradition judéo-chrétienne.

Naturellement une confusion s’invite dans notre monde moderne, entre ce qui différencie l’esprit d’avec l’âme. En effet, l’une des définitions de l’esprit toujours dans le Larousse est : Principe de la pensée ; activité intellectuelle, intelligence. Nous comprendrons donc que dans son domaine, si cette définition n’est pas fausse, elle ne correspond absolument pas avec la vision chrétienne qui s’impose ici dans notre réflexion, puisque nous parlons de l’Esprit de Dieu dans une tripartition : corps - âme - Esprit.
Saint Irénée écrivait à propos de cet aspect corps - âme - Esprit : « La chaire modelée, à elle seule, n'est pas l'homme parfait : elle n'est que le corps de l'homme, donc une partie de l'homme. L'âme à elle seule n'est pas davantage l'homme, elle n'est que l'âme de l'homme, donc une partie de l'homme. L'esprit non plus n'est pas l'homme, on lui donne le nom d'esprit, pas celui d'homme. C'est le mélange et l'union de toutes ces choses qui constituent l'homme parfait. » ( Penser l'humain au temps des nouvelles technologies ) par le P. Thierry Magnin.

Nous comprendrons donc ainsi cette notion de continuité : corps - âme - Esprit comme une symbolique ternaire et donc non dualiste. Dans ce dernier terme nous avons bien compris qu’il était question de l’Esprit de Dieu et donc lié intimement au niveau de l’autre ternaire : la trinité Père - Fils - Saint-Esprit.
Nous pouvons aussi noter que pour le chrétien, le corps et l’âme peuvent être conjugués au pluriel, mais que l’Esprit est toujours au singulier. Ainsi par là, nous passons naturellement du multiple à l’Unité.
Par extension de cette modalité individuelle à l’humanité, Teilhard a proposé « l’âme du monde », comme l’unification des âmes de tous les hommes. Nous aurions donc une continuité des personnes humaines – « de l’âme du monde » — de l’Esprit. Une structure ternaire équivalente aux deux premières !

« L’Âme du monde. »
Plusieurs fois millénaire, cet aphorisme a été utilisé par les présocratiques, par Platon et par Aristote ; Frédéric Lenoir en a fait le titre d’un de ses romans.
Teilhard avait proposé cette égalité : « L’âme du Monde = l’Unité “in fieri“ » qui veut dire ni plus ni moins que l’Unité des âmes est en train de se faire, et qui n’est donc pas encore achevée “in esse“..
En fait, par ce mode d’un temps “in fieri“ (en train de se faire) de « l’âme du monde », c’est en continuité du chapitre précédent que Teilhard nous invite à poursuivre l’étude de « l’Union créatrice ».
Voici la théorie du ‟Noûs” d’Anaxagore, « c’est-à-dire l’Esprit, principe spontané de mouvement, de pensée, de connaissance, de vie. Subtil, mais non immatériel, il est transcendant au mélangé, infini, autarcique, et ne se mêle à rien, bien qu’il soit présent. »
Du Noûs à Noos, en passant par les ambiguïtés de notre auteur préféré jusqu’à la Noosphère, nous assistons toujours à la même genèse d’une pensée.

Peut-on appeler de « l’Unité “in fieri“, alors même que Teilhard parlait de schismes ?
En tout cas, Teilhard nous invite à voir dans « l’âme du monde » ou par la suite, la « noosphère », la zone où toutes les âmes sans exception sont reliées et unifiées en continuité de l'immanente vers la transcendante, dans un changement de plan. C’est seulement sur le point de vue de la raison que les divergences apparaissent, divergences de conception ou d’incapacité de représentation. Teilhard parlera de schisme, et ainsi nous propose la clef et le sens de l’action.
En parfaite harmonie avec ce que nous dit bien sûr l’évangile :
« Tout royaume divisé contre lui-même court à la ruine ; et nulle ville, nulle maison, divisée contre elle-même, ne saurait se maintenir. Or, si Satan expulse Satan, il s'est divisé contre lui-même : dès lors, comment son royaume se maintiendra-t-il ? » MT 12,25
« Qui n’est pas avec moi est contre moi, et qui n’amasse pas avec moi dissipe. » Luc 11,23


Le père Teilhard nous parle de ce schisme qui atteint les couches pourtant les plus spiritualisées de l’humanité, l’athéisme matérialiste se nourrissant de cette querelle : « Je voudrais montrer, en ces pages, que le malaise dont nous soufrons à son origine dans une mésentente survenue entre le Dogme et la Pensée libre au sujet de ce que j’appellerai, faute de mon meilleur, l’âme du monde ».
Il nous semble que celui-ci ait été particulièrement préoccupé à ce moment-là par une séparation toute récente de l’église et de l’état. Mais n’oublions jamais que le monde est en train de se faire. De ce fait même, Il en découlera que « l’âme du monde » est elle aussi en train de se faire : in fieri.

Un constat d’échec relationnel, une occasion pour trouver des solutions.
Le sujet nous paraît fondamental pour retrouver un langage plus adapté aux défis multiples de notre siècle. Nous avons compris qu’au sein d’une « Union qui différencie », il est incontournable d’adapter notre langage pour préserver la fraternité humaine. Comment peut-on parler d’un “Christ inaccessible“ à quelqu’un qui vit plus ou moins bien l’expérience directe et essentielle à son équilibre psychique et spirituel ?
Il n’y a pas besoin d’être un fin psychologue pour se mettre à la portée de tous ! Teilhard l’a très bien compris : « L’Âme du Monde est une Réalité inévitable, plus immédiate, en un sens, que le Christ. Vouloir imposer le Christ sans elle, ou avant elle, c’est inverser ou détruire l’ordre ontologique de la Création ; c’est créer une fausse apparence de dualité dans les aspirations de notre cœur. Il est urgent de remettre les choses en place, de ne plus brûler une étape dans l’apologie et la vie du Christianisme. »

La pédagogie de l’église humaine a manqué son but, c’est la psychologie des canapés qui en a profité !

À notre grande déception, le divorce entre une grande partie du monde moderne et de notre tradition chrétienne est consommé pour diverses raisons que nous connaissons tous. Il en découle que pour une bonne partie de nos contemporains, nombre de valeurs spirituelles ne peuvent plus s’accrocher sur des mots, des dogmes, des rites qui ont structuré notre tradition. Il y a un refus catégorique et viscéral, alors même qu’une spiritualité multiple et confuse apparait. Paradoxe !
• Comment passer un message salvateur au plus grand nombre sans risquer d’être censuré ?
• La pensée du père TEILHARD n’est-elle pas entravée en ce moment par ce phénomène ?

Autant de questions qui s’offrent à nous. Le sujet nous semble donc pertinent dans la manière de propager la pensée du père Teilhard afin de rendre plus profonde et plus personnalisée la dimension spirituelle de tout être, la dimension la plus mystique de toute personne.
Sans perdre notre âme, il nous faudra beaucoup de subtilité et de diplomatie pour passer le message chrétien et évangélique, avec toujours le risque d’être perçu comme manipulateurs-évangélistes !

Pierre Teilhard de Chardin nous paraît être de plus en plus incontournable pour nous aider à comprendre les enjeux d’un monde à la découverte de son origine, de lui-même et de sa destinée.

Lundi 29 Février 2016 09:09