Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Chapitre extrait du livre « ACTIVATION DE L’ENERGIE »
(tome 7 au SEUIL et tome 2 dans le manuel d’étude de l’Association)

Teilhard développe ce thème en quatre temps :
1. Le phénomène humain et l’existence d’un Dieu transcendant
2. La création évolutive et l’attente d’une révélation
3. Le phénomène chrétien et la foi en l’incarnation
4. L’Eglise vivante et le Christ-Omega

Dans le présent travail, je n’aborderai que le premier temps, le plus largement ouvert à la compréhension de tous : « Le phénomène humain et l’existence d’un Dieu transcendant ».

Citation de Teilhard : « Au sein de l’univers, cette immensité inter dépendante se dessine, nous l’avons vu précédemment, à l’inverse d’une tendance à la désintégration, un courant montant de conscience. Suivons jusqu’au bout cette loi de récurrence, elle est susceptible de devenir l’axe d’une espérance (…) »

Les religions védantes n’ont pas l’exclusivité de la méditation transcendantale . On la trouve dans l’Islam Soufi où l’œuvre du Créateur prouve l’existence de Dieu et le thème central est un double mouvement : flux de l’Homme vers Dieu er reflux de Dieu vers l’Homme (systole et diastole du fidèle).
L’ésotérisme chrétien avec maître Eckhart (1) a pour devise « Dieu en nous, nous en Dieu ».

Ces visions et intuitions mystiques sont critiquées par les rationalistes qui voient en elles plutôt des projections psychologiques renvoyées à leur émetteur par un miroir hallucinatoire placé dans l’inconscient de chacun… personne n’a accès à la vérité suprême, mais il n’est pas interdit de rêver…

Teilhard imagine le processus de réflexion suivant : pour cohérer l’univers autour de la pensée humaine, celle-ci ne procède pas uniquement par tâtonnements réitérés, mais aussi par va et vient successifs depuis la condition humaine vers le milieu divin, puis redescend vers la pensée de l’Homme, augmentée d’un supplément de conscience. Ensuite, la pensée repart vers le haut, et ainsi de suite. De la sorte, à l’inverse de la tendance naturelle de la matière à se diriger vers sa désintégration, par cette démarche spirituelle nous percevons l’espérance d’un axe montant de conscience qui défie l’entropie.

Ce processus isolé de culmination de la centréité/conscience peut-il être produit, dans l’Homme, comme une loi récurrente s’appliquant logiquement à l’univers tout entier ?
C’est dans l’être humain que culmine le monde, dit Teilhard, s’appuyant sur les observations faites, directement, dans le champ de nos propres expériences. Poursuivant sa réflexion, l’auteur ajoute que tout porte à penser que le phénomène ne s’arrête pas là mais qu’il se reproduit à un niveau supérieur dans un Cerveau des cerveaux …

Concrètement, depuis le commencement des temps historiques, nous constatons que la masse humaine, de plus en plus solidaire, évolue vers un point planétaire de convergence : les états se réunissent pour créer des organismes de surveillance et de régulation mondiales des sociétés. C’est incontestable. Les réseaux de communication enveloppent notre planète. Tous les domaines sont concernés. A une échelle microscopique, le site internet de notre Association créée il y a un an et demie reçoit mensuellement un millier de visites, dix pages sont lues en moyenne par visite et ces consultations proviennent des cinq continents ! Il a suffi d’ouvrir un site sur Teilhard pour que des teilhardiens du monde entier s’y intéressent… encourageant, non ? Excusez moi si je vous semble optimiste mais il faut croire qu’il y a des « éveillés » dans le monde.

En attendant, et en dehors de l’hypothèse d’une communication entre la noosphère terrestre et d’autres noosphères (ce qui dans le domaine hors espace/temps des énergies spirituelles n’est pas improbable), l’humanité terrestre reste seule face à elle-même avec la plus fondamentale vertu théologale : l’espérance.

Nous sommes condamnés à avancer, dit Teilhard qui n’hésite pas à prendre la bicyclette comme exemple : « Si elle s’arrête, elle tombe. » L’humanité n’a pas droit au repos. Lutter c’est vivre. Dans l’absolu, toutes les formes d’action sont de même valeur, qu’il s’agisse du concret ou de la méditation, elles sont les deux faces du même élan vital.

Je terminerai par le symbole de la croix initiatique : l’axe horizontal représente l’exploration de la vie ; l’axe porteur vertical représente la vie de l’esprit. A l’intersection de ces deux pivots, la rose représente la vie consciente d’elle-même. Le « je » doit céder sa place au « nous » et monter en direction du « Lui », puis, redescendre vers un « nous » replacé désormais à un niveau supérieur ; et ainsi de suite.

Tout comme l’échelle de Jacob et l’arbre des séphirotes, la croix initiatique est un outil pour .structurer la pensée et favoriser


(1) Maître Eckhart : Dominicain allemand du XIVe siècle, condamné à titre posthume par le pape d'Avignon Jean XXII. A la fin du 20e siècle, le cardinal Ratzinger indique que, selon lui, il n'y avait pas d'hérésie dans la pensée de Maître Eckhart.

Mercredi 22 Avril 2009 18:51