Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie
-En guise de bilan pour les trois années écoulées, on pourrait représenter nos réflexions et nos travaux par une courbe parallèle à celle de l’évolution de la matière, marquée par les phases que nous avons franchies avec notre propre évolution. Ces étapes correspondent à l’étoffe de l’univers, le dedans des choses, puis la terre juvénile.
Partant dès lors de notre planète, nous avons examiné l’apparition de la vie et son expansion.
Enfin (si l’on peut dire), nous avons assiste à la naissance de la pensée, puis à son déploiement dans la noosphère. Vous l’avez compris, il s’agissait du Phénomène Humain, le plus grand mystère de l’univers, dont Teilhard est l’un des premiers scientifiques à en avoir compris le principe et la finalité. Car telle est bien l’originalité de la pensée de Teilhard : le phénomène humain a un objectif voulu par le Créateur qui, pour être en harmonie avec la fonction qu’on lui attribue, n’entreprend rien qui ne puisse avoir une quelconque utilité. Il a besoin des Hommes pour atteindre son objectif.
Selon Teilhard, Dieu est dans la matière et, pour cette raison, il a probablement besoin de l’Humanité pour se réaliser dans une existence non virtuelle désespérante. Peut-être avait-Il envie de se manifester pour se prouver à Lui-même qu’Il était si non, pourquoi aurait-Il pris tant de risques ?

-Toujours à propos du phénomène humain, Teilhard aborde les problèmes générés par la terre moderne et l’aveuglement des hommes qui refusent de voir ce qui, pour certains, parait évident : participer à la grande manip divine. Comment est-il possible de refuser cet effort collectif nécessaire au navire et à son équipage, en montant sur le pont pour régler les voiles et faire le point ? Cela revient à dire que certains hommes refusent de voir, de comprendre et d’agir et préfèrent se terrer dans une superstition insensée « panurgersque ».
Teilhard dénonce souvent cet état de fait et propose en échange la survie par l’issue collective, l’au delà du collectif, la terre finale, et la convergence de toutes les noosphères sur le Point Omega (ou Christ Universel).

-Le livre de Teilhard, Le Phénomène Humain, est la seule « bible totale et scientifique » existante et, si l’on ne devait lire qu’un seul livre du Père Jésuite, ce serait celui-là car il peut être lu et relu tous les dix ans avec un regard nouveau.

-Le livre l’Activation de l’Energie reprend et développe toutes les idées du précédent ouvrage mais de manière encore plus ciblée et plus philosophique. Ce sont des réflexions écrites et publiées pour des conférences entre les années 1939 et 1946 pendant son exile forcé à Pekin occupée par le Japonais , et poursuivies jusqu’au premier janvier 1955, trois mois avant sa mort le jour de Pâques.

Ce livre est plus facile à comprendre que le Phénomène Humain car il touche directement les humains que nous sommes, parce qu’il parle de nous (notre sujet de conversation préféré).
L’Activation de l’Energie est, lui aussi, un livre incontournable, véritable « Evangile » à lire et à relire tous les dix ans !

-Après de telles lectures, il est difficile de trouver des sujets d’étude aussi fondamentaux. Les autres livres de Teilhard sont moins globalisants ; ce qui n’enlève en rien l’intérêt suscité par les quatre autres livres proposés à nos travaux futurs. Ces livres sont moins « cosmiques » mais plus « terrestres ».

-LE MILIEU DIVIN est on ne peut plus mystique. De mon point de vue, la pensée mystique doit rester intime. Elle est tellement personnelle qu’elle est incommunicable. La diffuser expose à l’incompréhension et à la risée. Une pensée mystique n’a d’importance que pour celui qui la formule. Mais il existe des modèles à étudier.

-L’ETERNEL FEMININ !!! Que pouvait bien connaître Teilhard des femmes, de LA femme, en dehors de la douzaine d’amies avec lesquelles il entretenait une correspondance épistolaire sur les thèmes de ses propres livres. Il existe L’ESPECE HUMAINE, ouvrage où sont inclus femmes et hommes, peu différenciés entre eux hormis la différence sexuelle pour la reproduction ainsi que des différences de polarités et de sensibilités qui, en fait, ne sont pas absolument caractéristiques de leurs sexes respectifs, en raison du fait que la répartition de ces caractéristiques est extrêmement variable, personnelle et secrète. Ils ne représentent donc pas forcément le critère proprement dit de distinction homme/femme. Mis à part ces critères, nous sommes égaux en devoirs, en droits et en force. Que serions-nous l’un sans l’autre ?
Il est un facteur dont les ayant droit auraient dû tenir compte : je crois savoir que Teilhard détruisait sa correspondance épistolaire féminine et on ne doit pas trahir ses volontés « testamentaires » libres. Si ses correspondantes n’en ont pas tenu compte, c’est leur affaire ! Dans certaines lettres à

Lucy Swan, il terminait par un « je vous aime » et, à partir de cela, lire ces lettres est du voyeurisme ; curiosité malsaine aggravée par le fait que Teilhard était prêtre ! Certaines personnes poussaient l’inconvenance jusqu’à lui demander si l’abstinence lui posait des problèmes … s’attendaient-elles à ce que Teillhard leur répondent autre chose qu’un «pas de problème» ?

-L’HYMNE DE L’UNIVERS est aussi un ouvrage mystique, du même genre que LE MILIEU DIVIN. Mêmes commentaires, donc.

-Il reste L’AVENIR DE L’HOMME. Cet ouvrage est dans la ligne des deux ouvrages que nous avons étudiés. Il conviendrait bien pour faire la transition vers les deux ouvrages mystiques cités ci-dessus.

-Tous les livres de Teilhard valent une étude approfondie de notre part et je n’en écarte aucun, nous les étudierons tous, mais dans un certain ordre, si l’Association vit suffisamment longtemps.

-Avant tout, nous devons tenir compte de nos lecteurs (810182 à ce jour). Ils sont plus lourds que nous ! Notre site Teilhard est, peut-être, l’un des plus visités car il est unique en son genre.
De toute façon, diffuser la pensée de Teilhard selon notre manière est non seulement conforme à nos statuts, mais aussi à son propre souhait de s’adresser au plus grand nombre.

Samedi 11 Septembre 2010 11:06