Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

Aujourd’hui résonne certainement de façon très réelle la voix émise à travers les quelques pages du livre L’Activation de l’Energie ; L’auteur est plus que jamais actuel dans les idées, les schémas, les prospectives qui concernent l’homme, et donc qui me concernent.

Une fois de plus se démontre le génie visionnaire de l’œuvre, indique à qui veut bien l’écouter les chemins à suivre pour plus de mieux être individuellement et planétairement, plus de sens pour l’homme vers sa complétude.

Constat de base et d’évidence, la terre est finie c’est à dire « l’homme en a fait le tour », enroulement forcé de la Noosphère sur elle-même nous est- il alors rappelé ; cela ne semblait pas forcément évident dans les années 50. Actuellement on en est presque à chaque instant convaincu ; les idées, les nouvelles, les courants de pensée, les modes etc., se propagent et sont connus de façon quasi instantanée. Les complexités des pensées individuelles et collectives s’enrichissent à chaque instant ; l’homme de maintenant découvre de nouveaux schémas les utilise, en fait profiter volontairement ou pas l’espèce, et le cycle de l’évolution continue, indéfiniment pouvons-nous dire.

Après l’euphorie moderniste du siècle des lumières, (mais pouvait-il en être autrement alors que tant d’inventions et de découvertes voyaient le jour ?),le 20èmesiècle assiste à de très profonds changements de sociétés ; la noosphère plus que jamais vit, de nouveaux arrangements se font, suite à des organisations anciennes qui de plus en plus rapidement deviennent obsolètes…

Et avec tous ces bouleversements que devenons-nous ?
Si je vais à l’essentiel je ferai court et simplifierai avec les risques que cela peut comporter et je dirai que ma psyché s’enrichit de mes regards neufs, et le groupe lui aussi se refaçonne à nouveau des apports de chaque instant, toujours l’arrangement dans le personnel et le collectif.

Nouveau sens de l’espèce, arrangement optimal en vue d’une humanisation maximale m’est-il dit ;

L’auteur propose trois idées maîtresses pour que soit mené à bien, individuellement et collectivement, la direction qu’il entrevoit ; le Père est audacieux et a sûrement été accusé de sectarisme et de provocation ;il écrit les mots que certains ont déjà marginalisés tandis que pour d’autres (mots), l’existence en a tout simplement été bannie…et ce, par plusieurs de ses pairs ; je m’explique ;

1) Eugénisme, mot qui peut paraître provoquant quand on sait que cinq ans seulement avant son écrit, des soldats effarés découvraient les camps d’extermination suite et conséquence d’idéologies sectaires et totalitaires cautionnées par des nations entières ; mais c’est peut-être parce que tant de choses horribles venaient de se passer que chacun est exhorté au dépassement pour le mieux être des individus, des peuples, des nations, pour plus de recherches dans les sciences, noosphère de la terre dont l’homme est acteur.
2) Face au matérialisme installé, les consciences doivent agir autrement. Bien sûr, le mouvement des prêtres-ouvriers, la J O C, etc. dans les années d’après guerre font un peu bouger les choses, avant-gardes souvent novatrices et courageuses. Mais, au delà de ces apôtres qui souvent « prêchent dans le désert », une nouvelle démarche, vision, nous est proposée ou plutôt m’est demandée :en d’autres termes, aller par un parcours intérieur vers le Soi ou l’Autre, celui qui n’a pas de nom ; ou bien encore être guidé, mais je ne peux en être certain, par celui qui n’est pas nommé car en le nommant je le fourvoie et je m’abuse moi-même, et alors, le considérant fini, je deviens tout simplement prétentieux. Les ors sont bien loin…
3) La troisième idée du père n’est pas la moindre : Dans la bible, Isaïe XXXIII,14, il est dit : « Quiconque est près de Moi est près du Feu, quiconque est loin de Moi est loin du Royaume ». Démarche difficile, certains se sont brûlés par leur superbe ou leur désespérance et d’autres trop tièdes, peut-être par manque de courage, ont préféré tourner le dos ou rester dans des impasses.
Oui il y a risque et il le sait mais il n’aime pas les compromis même s’il sait obéir quand on le lui commande. Pas de haine envers ses détracteurs et il saura attendre 10 ans pour que son œuvre maîtresse Le Phénomène humain soit éditée au grand jour.
Donc la troisième idée qu’il propose pour une humanisation maximale de la Noosphère il la nomme :énergies affectives et précise, sens sexuel sublimé et sens humain généralisé.

Exercice difficile pour un prêtre, profondément religieux et qui entend rester fidèle aux engagements à son Ordre, La Compagnie de Jésus. Le féminin est source de richesse, d’élaboration de futurs, et aussi il est ombre, secrets, trésors enfouis au plus profond ; l’homme le sait et cela le fait vibrer mais parfois aussi frémir ! Chacun doit oser mais l’inconnu fait peur. Cependant l’échange est source de mille soleils.

Lucile Swan* si courageuse et vraie a eu « sa part », (et combien d’autres ), dans l’œuvre de Pierre Teilhard de Chardin. Elle l’a écrit dans ses notes personnelles et elle a voulu qu’on le dise ; merveilleux féminin dans la Noogénèse.

Pour le sens humain enfin, je reprends simplement cette longue phrase qu’il a écrite dans le chapitre La Montée de L’Autre dans L’Activation de l’Energie :
« Si les hommes pouvaient s’aimer, s’ils arriveraient à s’aimer, non plus seulement d’épouse à époux, de frère à sœur, de citoyen à concitoyen, mais d’élément à élément d’un même monde en voie de convergence, alors la grande loi évolutive qui, depuis les origines de la terre, n’a jamais cessé de faire apparaître plus d’Esprit sur plus de Complexité, re-jouerait de plus belle…Plus de termitières dans ce cas : il n’y aurait jamais eu de termitières si les termites avaient pu vraiment s’aimer ».






Samedi 28 Novembre 2009 12:16