Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






"Le Milieu Divin", 1er chapitre / Editions du Seuil


Jean-Pierre GIROUD / La Divinisation des activités, de la vie de l'homme, de ma vie
Citations de Teilhard

Le Milieu Divin, c'est exactement moi-même a aimé à rappeler Teilhard, parlant plus particulièrement de cette partie de son oeuvre.
Il y écrit sa vision de la nature fondamentale de l'homme et il désire avec intensité nous la faire partager.
Ce qu'il nous présente est une proposition logique, argumentée souvent difficile à comprendre et à admettre, qui touchera l’âme, dans la vérité originale qu'il pressent et qu'il veut nous faire partager.

D'abord il pose comme rappel de base, en insistant sur son importance, la vivacité de la nature humaine; je suis acteur créateur, parfois sûrement aussi dominé par les actions, les événements et de toutes sortes de mouvements, non statique, (extension, dit-il) en constante activité.
Teilhard précise: à la faveur et par l'extension totale de notre action, le Divin fait pression sur nous, cherche à entrer dans notre vie.
Vision globale, cosmique, transcendentale du Divin de la Terre, avec et dans l'homme. Mais voyons comment Teilhard s'en explique .

-De par son passé et sa culture : enfance dans une famille très religieuse, ses études, sa formation, auraient pu le couler assez aisément dans le moule de la catholicité dogmatique plutôt fixiste, sûrement un peu sclérosée. Les activités dites sanctifiantes, l'assiduité au devoir d'état lui auraient évité de se poser bien des questions, mais Teilhard n'est pas de cette nature !

Son interrogation il la précise en ces termes :
"Cette pensée, ce perfectionnement matériel, cette exquise complexité d'un sourire ou d'un regard, cette harmonie (peut-être songe-t-il à ses échanges avec Lucile Swan qui l'a beaucoup aidé dans l'élan, l'élaboration et la clarification de ses écrits, dynamique vivifiante, moteur véritable comme souvent sait l'être une femme) cette nuance particulière d'amour, toutes ces beautés,...sur le visage humain de la Terre, je les chéris comme des enfants, dont je ne puis croire que, dans leur chair, elles mourront complètement.

Les vibrations, les oeuvres, tout cela il ne peut croire que ce soit là pour un instant seulement et que demain les fasse disparaître comme si elles n'avaient jamais existée. Il a la profonde intuition que l'intensité de la Terre vit, comme à chaque printemps le jaune or de la fleur à nouveau s'offre au soleil, alors que le fond de l'air est encore bien frais;
Le sublime est présent, encore l'ouverture et toutes ses promesses; pas de regard en arrière; le passé n'est pas effacé mais sa mémoire le fait s'émerveiller pleinement du présent.
L'idée centrale qui se découvre il la précise: Sous nos efforts de spiritualisation individuelle, le Monde accumule lentement, à partir de toute matière, ce qui fera de lui.la Terre nouvelle.

"Spiritualisation individuelle" ! Cela parait un peu compliqué. Prenons quelques idées de l'auteur.
Ce qu'il souligne comme important, se sont trois états que nous tous avons, dont nous sommes constitués (si nous le voulons par acte d' adhésion ) : La Matière, l'Ame, Le Christ
-Etre vivant, je suis de la Terre avec mes activités, mon travail...
-Etre pensant (hominisation) je suis en relation dans la mesure de ma volonté, (un acte de foi, c'est ma liberté)
Par le Christ,(la croix), Celui, Homme et Dieu, qui est allé là où on sait...pour nous, pour chacun.
Existe en moi le lien dans l'Esprit, avec la Transcendance, Dieu.
C'est totalement comme dit que : Par chacune de nos oeuvres, nous travaillons, atomiquement (dans notre état actuel en tant que constitués de matière), réellement à construire le Plérôme, c'est-à-dire à apporter au Christ un peu d'achèvement
. En d'autres termes, suivant notre tradition, le Christ est le Jésus de Nazareth, et également le crucifié du Golgotha: il est lien phénoménal, Homme et Dieu, de la Terre et aussi du Ciel, éternel Présent.
Le chrétien, est pleinement embarqué dans l'aventure de la Terre par sa vie d'homme, et tout aussi intensément, à la mesure de son vouloir, "fonction de diviniser le monde en Jésus Christ".
Et encore:
"D'idéal à nourrir et à défendre, de victoire en victoire sur l'inertie et le repli sur soi, peu à peu l'ouvrier de la Terre ne s'appartient plus", , il est brillance du Ciel.
Ce n'est pas soi-même qu'il cherche mais le plus Grand que lui-même, il s'est oublié et perdu dans l'effort qui le perfectionne.
La dynamique s'est inversée; l'attrai le plus fort a remplacé la peur, l' hésitation, un plaisir nouveau au plus profond de lui-même le fait se diriger heureux, vers des horizons ou avant il n'aurait jamais osé et voulu aller,
"La Lumière Céleste dans le cristal des êtres"

Oui, tournés vers un Esprit nouveau Le Milieu Divin nous emmènera vers bien des Espaces

Samedi 26 Avril 2014 17:19