Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie
Dans son essai sur la Centrologie, le père Teilhard se dit convaincu qu’une règle fondamentale existe, qui rend l’univers intelligible dans ses débuts, ses évolutions, ses transformations, son devenir. Cette démonstration magistrale se conclut par l’affirmation de la culmination de la Personnalisation avec et dans le seul qui soit : Oméga.

Pour commencer, l’homme est situé : il est évolution à la suite de la multiplicité grouillante ; Les centres fragmentaires ouverts alimentent le jeu de tous les possibles et des hasards. Puis les structures granulaires déjà organisées, sécables, transmissibles, ayants leur ego nucléaire (c’est à dire leur état propre) et la vie est en marche. Enfin, ultime produit du mouvement planétaire, l’être humain.
L’univers, dans ses groupements, ses formes, ses états, est marqué par un certain degré d’intériorité, ou de centréité, qui est fonction des degrés de complexité. Un coefficient de centro-complexité (ou de conscience) mesure la classification des éléments de l’univers (C, page107) ; dans le mesurable ils s’ordonnent non pas du plus petit allant vers le plus grand mais de l’infiniment simple vers l’infiniment complexe. Et le père explique encore :nous pouvons représenter des sphères concentriques ou le rayon de chaque sphère diminue à mesure que croît la complexité. De la sorte se dessine un Univers centré,.. avec au cœur du système un foyer de synthèse universelle, le Point Oméga.
Il n’est certainement pas de mon propos de faire le résumé de ce chapitre du livre , mais d’en tirer simplement quelques réflexions .

Voir deux sortes d’ego dans chaque centre phylétique, l’un nucléaire (plus ou moins élaboré) et un autre incomplètement individualisé sécable, capable après séparation de faire naître un nouvel ego ayant à son tour son identité propre, après de multiples étapes de la centrogénèse, nous situe et nous réconforte aujourd’hui et permet une prospective pour demain.
Et en effet maintenant et à chaque instant, dans le temps et dans l’espace, l’évolution individuelle et spatiale est présente ; l’Hominisation se construit chaque jour, et si l’on en voulait qu’une preuve regardons en arrière et nous verrons tout le chemin parcouru ; le monde où nous sommes, où nous vivons est évolution ; la complexité de chaque individu, et nous sommes des milliards, fait instant après instant la nouvelle humanité. Chaque richesse individuelle grandit, donne, engendre des nouveaux devenirs plus riches ; Omega y est présent, quantum , croissance et finalité de la Centrogénèse car comme il l’a été démontré mainte fois toute force ne peut être mue par elle-même.

Inter-sympathie, amour du genre humain lance-t-il. Les hommes de plus en plus ont conscience de quelque chose, de la justice de la vérité. C’est la Noosphère qui se resserre ; des arrêts, ou ici et là des marches à reculons dirons certains en voyant guerres et injustices et pourtant toujours par sa nature même qui est union ou amour, avancée vers la centréité, Omega. L’amour est l’énergie propre de la Cosmogénèse conclut-il.
Amour donc moteur de l’Energie.
Mais qu’est cette Energie ? On distingue deux Energies : l’une physique, l’autre psychique nous dit encore le père. Si la première est évidente, la deuxième bien que généralement acceptée soulève bien souvent étonnement et angoisse. En effet il peut être difficile de se regarder dans le miroir, pourtant passage obligé afin de se connaître réellement, en vérité afin de grandir, Omega nous y invite ; « le pénible étranglement, la porte étroite, la descente dans le puits profond » C.G.Jung nous en parle longuement dans son livre :Les Racines de la Conscience…
Pour terminer il nous est parlé de Matière et Esprit. Il n’y a dans l’univers, que de l’Esprit à des états ou degrés divers d’organisation ou de pluralité dit-il. Cette affirmation arrive étrangement en écho avec les mots de la bible « Avant que le monde soit, je suis » et aussi « Je suis l’alpha et l’oméga »apocalypse de St Jean 22,13.

Bien d’autres richesses se devinent qui ne peuvent que laisser chacun sur sa fin et le père termine ayant sûrement entrevu mille devenirs possibles par « …il ne saurait toujours y avoir qu’un seul Oméga ».



Dimanche 1 Mars 2009 09:33