Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






-Livre écrit par Thierry Magnin, Préface de Basarab Nicolescu / Editions Lethielleux, DDB 2011
-Le Père Thierry Magnin est théologien et physicien, Recteur de la Faculté Catholique de Lyon
-Basarab Eftimie Nicolescu fuit la Roumanie communiste en 1968 pour s'établir en France. Il devient physicien théoricien au CNRS,Laboratoire de physique nucléaire et de haute énergie, Université Pierre et Marie Curie.



Le terme « incomplétude » dérive du mot « complet » qui désigne, en topologie générale, tout espace où il est question de suites convergentes, d’infini et de limites. En fait les mathématiques ne servent pas seulement de langage logique destiné à décrire en physique des phénomènes, mais elles produisent des modèles possédant une valeur épistémologique significative.

En mathématiques, un espace métrique M est dit complet ou espace complet si toute suite de Cauchy de M a une limite dans M (c’est-à-dire qu'elle converge dans M). La propriété de complétude dépend de la distance. Il est donc important de toujours préciser la distance que l'on prend quand on parle d'espace complet. Intuitivement, un espace est complet s'il « n'a pas de trou », s'il « n'a aucun point manquant ». Par exemple, les nombres rationnels ne forment pas un espace complet, puisque la racine carrée de deux n'y figure pas alors qu'il existe une suite de Cauchy de nombres rationnels ayant cette limite. Il est toujours possible de « remplir les trous » amenant ainsi à la complétion d'un espace donné. De plus un espace complet est nécessairement fermé. Ce qui importe dans ce langage sibyllin n’est pas de comprendre la signification des propositions logiques mais c’est de s’attacher aux mots qu’elles contiennent et de faire une transposition dans le domaine de la philosophie. On comprendra alors que l’incomplétude se rapporte à une situation mentale qui fait intervenir la notion de relation, d’interaction, de connexion, d’infini, d’ouverture et de non connaissance du fond des choses.

-Le physicien d’aujourd’hui prend conscience que le réel lui échappe, mais il est en perpétuelle recherche de l’Un.
-Le théologien vit aussi l’incomplétude face à l’Inconnaissable, le Tout Autre, Dieu, le mal, etc…

Les deux entrent donc dans la dialectique du mystère. L' auteur de ce livre évoque la pensée d’un certain Nicolas de Cues selon laquelle l’union des opposés est possible à l’infini. C’est, je pense, dans cette direction qu’il faut concevoir l’Ultra humain ; au cours de l’évolution, l’homme progresse indéfiniment sans jamais atteindre ce qu’on peut appeler l’origine. C’est alors que le tiers inclus, inaccessible à la raison seule, peut être perçu par l’intellect sous l’angle de la relation, par le double effet de la reconnaissance de la docte ignorance et le travail de la grâce et de la foi. Ce qui est fondamental est la recherche de l’unité dans la relation et non la pure contemplation des contradictions et de la dualité.

Teilhard de Chardin a été l’un des premiers à mettre en évidence un principe d’union dans l’évolution de la matière-énergie. Dans le mouvement de cette matière-énergie, il a perçu un monde immense en travail d’enfantement, convergeant vers un point Oméga. Il s’agit d’une union dans la différentiation et non d’une fusion. C’est tout le domaine de l’autonomie, de la curiosité, du savoir-faire de la socialisation et de la liberté humaine qui s’ouvre vers la connaissance de l’union différenciatrice. Comme symbole de cette union, Teilhard parle de la complémentarité masculin – féminin et de la réalité cosmique de l’éternel féminin.

Avec Nicolas de Cues, nous pouvons affirmer : « Tout connaître n’est rien d’autre que de se voir soi-même ressemblance de Dieu, dans sa filiation » ; c’est la contemplation de l’infini, vécue dans la foi au Dieu un et trine, qui a permis à Pascal d’emprunter le chemin de l’amour-agapè qui l’a rejoint au cœur de son questionnement. Le Dieu créateur, Trinité créatrice, est source des réalités auxquelles il donne un élan créateur.

La relation est l’essence de l’être ! (Lanza del Vasto)




Jeudi 5 Janvier 2012 19:48