Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Par André Daleux / Recueil de citations de Teilhard / L’Amour selon Teilhard , l’énergie qui construit le monde (Citations)
André Daleux,

Biographie : Médecin. Animateur du Centre Teilhard de Chardin de Lille (en 1994).
Bibliographie , Quelques livres écrits par André Daleux
  • permis de croire en l'au-delà parue aux Editions Aubin
  • Teilhard de Chardin, science et foi réconciliées ?, Éd. Gabriandre
... et beaucoup d'autres écrits.

La vision cosmique liée aux physiques nouvelles vient à l’appui de cette intuition teilhardienne d’un Monde construit par l’Amour.

Citation générale : (Ces citations sont en général prises dans la première édition des œuvres de Teilhard au Seuil)

Le Phénomène humain p 323 : « Pour faire une place à la pensée dans le Monde (c à d, expliquer les particularités de la pensée réfléchie humaine, capable de conceptualiser la notion de transcendance c’est-à-dire de l’Esprit, de Dieu), il m’a fallu intérioriser la matière (c à d, concevoir la présence de l’Esprit dans la Matière dès l’origine du cosmos = notion d’Esprit-Matière) imaginer une énergétique de l’Esprit ; (c à d comprendre que le monde et son évolution n’existent que par et en l’Esprit qui est force d’union par Amour) concevoir au rebours de l’Entropie une montante Noogénèse ; ( c à d admettre que l’avenir du monde n’est par la mort totale par dégradation de l’énergie cosmique, mais une spiritualisation par montée de complexité et de conscience) donner un sens, une flèche et des points critiques à l’Evolution ; (c à d le sens de la spiritualisation croissante passant par les seuils de l’apparition de la Vie et de la conscience réfléchie humaine) faire se reployer finalement toutes choses en ‘Quelqu’un’ (c à d en Dieu qui attire à Soi sa Création).

Notion d’Esprit – Matière :

L’énergie humaine p 121 « Ainsi s’expliquent, sans contradiction, les liaisons en même temps que les oppositions, entre Esprit et Matière. En un sens, l’une et l’autre sont bien fondamentalement une même chose, comme le prétendent les néo-matérialistes : mais entre les deux se place un retournement qui les fait en quelque manière l’opposé l’une de l’autre, comme le voulaient les anciens spiritualistes. Toute antinomie entre âme et corps disparaît dans l’hypothèse d’un mouvement parvenu à son ‘point critique’. »

Prééminence de l’Esprit :

L’énergie humaine p 123 : « Le phènomène spirituel est (…) le mouvement cosmique par excellence, -- celui auquel tout est suspendu et que rien n’explique »
*ETG p 48 : « …nous entrevoyons de plus en plus, comme possible, la spiritualisation de l’Univers. (…) Quand régnera partout l’harmonie finale, (…) l’Esprit aura absorbé la Matière. »

Idem p 305:« La Matière, (…) est découronnée par l’Esprit, qu’elle supporte cependant. Toute la cohésion, la valeur ontologique de l’Univers sont en effet suspendues à l’Esprit, qui seul lie en soi, et relie entre eux, les éléments constitutifs du Monde. »

Idem p 29 « D’un Univers supposé, à l’état initial, entièrement formé de déterminismes, il est radicalement impossible de concevoir que des éléments ‘intériorisés’ et spontanés aient jamais pu se développer. (…) Un Univers à étoffe primitive ‘matérielle’ est irrémédiablement stérile et fixé ; tandis qu’un Univers d’étoffe ‘spirituelle’ a toute l’élasticité requise pour se prêter à la fois à l’évolution ( Vie) et à l’involution (Entropie). Cette considération doit être suffisante pour décider notre option intellectuelle. »
« Non, le Cosmos ne saurait être interprété comme une poussière d’éléments inconscients, (…) …toute son histoire n’est, au fond, qu’une affaire psychique immense : le lent, mais progressif rassemblement d’une conscience diffuse, … »

La Milieu divin p 173 : « Non, ce ne sont pas les rigides déterminismes de la Matière et des grands nombres, -- ce sont les souples combinaisons de l’Esprit qui donnent à l’Univers sa consistance. »

L’énergie humaine p 30 : « … notre pensée a choisi : la genèse de l’esprit est un phénomène cosmique ; et le Cosmos consiste en cette genèse même »

Lettre à Léonine Zanta p 89 : « Je n’ai plus d’autre ligne personnelle de conduite moi-même, que celle-ci : ‘croire à l’Esprit’, -- à l’Esprit, valeur suprême et critère des choses, -- à l’Esprit, organisateur vivant et aimant du Monde. »

Idem p 97 : « Maintenant ‘l’Esprit’ est assez bizarrement devenu pour moi une chose toute réelle, la seule réelle, non pas par suite d’une sorte de ‘métaphysisation’ ( ! ?) de la Matière, mais par suite d’une ‘physicisation’ de l’Esprit. Tous les attributs énergétiques ou historiques, que la science a, depuis 150 ans accumulés sur la Matière, je les vois passer, en se transposant, sur l’Esprit. (…) …à mes yeux, les âmes , et l’Ame des âmes, prennent de plus en plus figure de choses consistantes et réelles. »

La vision du passé p 187 : «Au risque de rendre le Monde impensable et invivable, tenez-vous à placer dans le plural et l’inconscient le primat de l’être ? Tout, alors, ramené vers le bas, devient Matière. – comprenez-vous, au contraire, que seules l’Union, la synthèse, donnent à l’Univers sa béatitude et sa consistance ? (…) Alors, pour vous, en vertu de la liaison établie entre les choses par l’Evolution, (…) … tout devient, sinon l’Esprit, du moins préparation lointaine, ‘matière’ à esprit. »
L’étude de l’Homme, clef de l’Univers :

L’énergie humaine p 30 : « L’Homme (…) n’est plus, dans la Nature, l’énigme stérile, ou la note qui détone. Il est la clef des choses et l’harmonie dernière. En lui tout prend figure, et tout s’explique. »

André Daleux Recension de citations de Teilhard relatives à l’Amour ; (14 pages)
( Ces textes sont en général repris de la première série d’éditions au Seuil)


Définition et présence de l’Amour :

Science et Christ : «… l’amour forme supérieure, universelle et synthétique d’énergie spirituelle »

Le phénomène humain p 293 :« De l’amour nous ne considérons d’habitude ( et avec quel raffinement d’analyse !) que la face sentimentale : les joies et les peines qu’il nous cause. C’est dans son dynamisme naturel et dans sa signification évolutive que je me trouve conduit à l’étudier ici, afin de déterminer les phases ultimes du Phénomène humain.
Considéré dans sa pleine réalité biologique, l’amour ( c’est-à-dire l’affinité de l’être pour l’être) n’est pas spécial à l’Homme. Il représente une propriété générale de toute Vie, et comme tel il épouse, en variétés et en degrés, toutes les formes prises successivement par la matière organisée. Chez les mammifères, tout proches de nous, nous le reconnaissons facilement avec ses modalités diverses : passion sexuelle, instinct paternel ou maternel, solidarité sociale, etc. »

L’énergie humaine p 90 : « Quel nom faut-il donner (…) à cette énergie (…)où se réduisent toutes les activités manifestées par l’Etoffe de l’Univers ? Un seul, pourvu que nous lui conférions la généralité et la puissance qu’il doit revêtir en s’élevant à l’ordre cosmique : l’amour. »

L’activation de l’énergie p 77 : « L’amour est puissance de liaison inter-centrique. Donc, présent, (au moins à l’état rudimentaire) dans tous les centres naturels vivants ou pré-vivants, dont est formé le Monde, il représente aussi, entre ces centres, la forme la plus profonde, la plus directe, la plus créatrice d’interaction qui se puisse concevoir. En fait, c’est lui l’expression et l’agent de la synthèse universelle »

Cahier n° 1 p 14 : « L’Amour est la plus universelle, la plus formidable, et la plus mystérieuse des énergies cosmiques. (…) Ne serait-elle pas, tout simplement, dans son essence, l’attraction même exercée sur chaque élément conscient, par le Centre de l’Univers ? »

E T G p 219 : « L’amour est, en nous, la trace consciente de l’action qui nous crée en nous fusionnant. Il est un facteur d’organisation, de construction, physiques. »
(Physique, chez Teilhard = souvent : de l’ordre de la Nature)

E T G p 213 : « Dans la théorie de l’Union créatrice, (…)chaque être ne subsiste, ne tient, que par sa confluence avec les autres … »

ETG p 286 : « …la vraie union est celle qui simplifie, c’est-à-dire qui spiritualise »


L’énergie humaine p 189 : « ‘Aimez vous les uns les autres’. Il y a deux mille ans que ces paroles ont été prononcées. Mais aujourd’hui c’est avec un ton très différent qu’elles viennent de nouveau sonner à nos oreilles. (…) … la voix qui parle se fait plus impérieuse. Elle ne dit plus seulement : ‘Aimez-vous pour être parfaits’, mais elle ajoute ‘aimez-vous, ou vous périrez’.

L’avenir de l’homme p 75 :« L’amour a toujours été soigneusement écarté des constructions réalistes et positivistes du Monde. Il faudra bien qu’on se décide à reconnaître en lui l’énergie fondamentale de la Vie…)

Caractére universel de l’Amour :

Le Phénomène humain p 294 : « Mais c’est ici le lieu de répéter ce que je disais du ‘Dedans des Choses’. Si, à un état prodigieusement rudimentaire sans doute, mais déjà naissant, quelque propension interne à s’unir n’existait pas, jusque dans la molécule, il serait physiquement impossible à l’amour d’apparaître plus haut, chez nous, à l’état hominisé. (…) Sous les forces de l’amour, ce sont les fragments du Monde qui se recherchent pour que le Monde arrive. En ceci, nulle métaphore, -- et beaucoup plus que de la poésie. Qu’elle soit force ou courbure, l’universelle gravité des corps (…) n’est que l’envers ou l’ombre de ce qui meut réellement la Nature. Pour apercevoir l’énergie cosmique fontale, il faut, si les choses ont un dedans, descendre dans la zone interne ou radiale des attractions spirituelles.
L’amour sous toutes ses nuances, n’est rien autre chose, ni rien moins, que la trace plus ou moins directe marquée au cœur de l’élément par la Convergence psychique sur soi-même de l’Univers. »

L’énergie humaine p 181 : « L’Amour est, par définition, le mot dont nous nous servons pour désigner les attractions de nature personnelle. Puisque, dans l’Univers devenu pensant, tout, en fin de compte, se meut dans et vers le Personnel, c’est forcément de l’Amour, une sorte d’amour, qui forme, et qui formera de plus en plus, à l’état pur, l’étoffe de l’Energie humaine. »

L’activation de l’énergie p 274 : « …un Univers amorisé, qu’est-ce autre chose qu’un Univers excité, activé, à l’extrême de ses puissances vitales ? – Que, par nature, l’Amour fût, seul au monde, capable d’entretenir indéfiniment, de déchaîner jusqu’au bout les virtualités de notre action, il y a beau temps que nous le savions. Mais que cette puissance mystérieuse pût opérer réellement ( je veux dire : sans métaphore), à l’échelle, non plus seulement du couple ou de la famille, mais de l’Humanité, ou même de l’Univers tout entier, -- voilà ce que nous ne pouvions sérieusement concevoir, ni espérer, tant que le cosmos ne se serait pas mué en une cosmogénèse d’union, où tout devînt rigoureusement, par structure, aimable et aimant. »

Science et Christ p 213 : « Comme le sentaient et le pressentaient les mystiques, tout devient physiquement et littéralement aimable en Dieu ; et Dieu, réciproquement, devient saisissable et aimable dans tout ce qui nous entoure. »

Les directions de l’avenir p 92 : « Quelque jour, après l’éther, les vents, les marées, la gravitation, nous capterons, pour Dieu, les énergies de l’amour.--Et alors, une dernière fois dans l’histoire du Monde, l’Homme aura trouvé le Feu.»

ETG p 186 : « La véritable union que tu dois poursuivre avec les créatures qui t’attirent ne se réalise pas en allant droit à elles, mais en convergeant avec elles vers Dieu, cherché à travers elles. »

ETG p 286 : «la vraie union est celle qui simplifie, c’est-à-dire qui spiritualise. (…) la vraie fécondité est celle qui associe les êtres dans la génération de l’Esprit. »
*Les directions de l’avenir p 218 : «‘Aimer (d’amour, un amour vrai) l’Univers en formation dans sa totalité et tous ses détails’, ‘Aimer l’Evolution’, voilà le geste intérieur, paradoxal, immédiatement réalisable en milieu Christique. Pour qui, en effet, a une bonne fois compris la nature d’un Monde en Cosmogénèse, axée sur l’Anthropogénèse, qui culmine dans une Christogénèse,-- pour celui-là tout, dans chaque élément et événement de l’Univers, s’illumine, s’échauffe, s’anime et devient adorablement aimable,-- non pas directement en soi ( comme le voudrait un panthéisme vulgaire), mais plus profond que soi c’est-à-dire au terme extrême et unique de son développement.»

ETG p 314 : « La variété et la mobilité des êtres que nous rencontrons pulvérise, pour nos sens, la puissance du Monde. -- Du jour où tous ces filets d’amour et de désir apparaissent, confluant dans une aspiration commune, quel torrent ! Et quel choc ! »

L’énergie humaine p 40 : »L’Amour est la plus universelle, la plus formidable et la plus mystérieuse des énergies cosmiques. (…)…il semble que nous puissions donner un nom et une valeur à cette énergie étrange de l’Amour. Ne serait-elle pas, dans son essence, l’attraction même exercée, sur chaque élément conscient, par le Centre en formation de l’univers ? L’appel à la grande Union dont la réalisation est l’unique affaire actuellement en cours dans la Nature ? »

Science et Christ p 217 : « …L’amour est la forme la plus intense que puisse revêtir l’énergie spirituelle. »

Le Milieu divin p 182 : « (En) …un homme devenu conscient de ses relations personnelles avec un Personnel suprême (…) il est inévitable qu’un processus d’unification se trouve amorcé, marqué de proche en proche par les étapes suivantes : totalisation de chaque opération par rapport à l’individu ; totalisation de l’individu par rapport à lui-même ; totalisation enfin des individus dans le collectif humain. – Tout cet ‘impossible’ se réalisant sous l’influence de l’amour. »

L’activation de l’énergie p 215 : « …l’Altruisme des moralistes n’est pas autre chose que la forme revêtue, en s’hominisant, par l’interliaison fondamentale des corpuscules composant, à tous niveaux, l’étoffe d’un Monde qui, au fil des temps, non seulement se condense, mais se concentre. »

L’activation de l’énergie p 125 : « N’est-ce pas de l’amour qui s’ébauche et qui grandit sous l’affinité mutuelle qui fait adhérer et maintient réunies, au cours de leur marche convergente en avant, les particules entre elles ?»

Amour = union = personnalisation :

Le phénomène humain p 295 : « Seul l’amour, pour la bonne raison que seul il prend et joint les êtres par le fond d’eux-mêmes, est capable – c’est là un fait d’expérience quotidienne,-- d’achever les êtres en tant qu’êtres, en les réunissant. (…) En vérité, le geste magique, le geste réputé contradictoire de ‘personnaliser’ en totalisant, l’amour ne le réalise-t-il pas à chaque instant, dans le couple, dans l’équipe, autour de nous ?

« L’Humanité ; l’Esprit de la Terre ; la Synthèse des individus et des peuples (…) pour que ces choses dites utopîques, et pourtant biologiquement nécessaires, prennent corps dans le monde, ne suffit-il pas d’imaginer que notre pouvoir d’aimer se développe jusqu’à embrasser la totalité des hommes de la Terre ? »

L’avenir de l’homme 75 : « Entre éléments humains, du fait de l’apparition de la pensée, se constitue un milieu spécial et nouveau(…) En pareil milieu la différenciation naissant de l’union peut agir sur ce que chaque élément porte en soi de plus particulier, de plus incommunicable : sa personnalité. »

L’énergie humaine p 44 : « Par l’Amour (…) se dessine et s’éprouve l’attraction du Centre vers qui tout converge. Nous découvrons (…) une deuxième composante affective fondamentale du Monde ; l’amour d’inter-liaison, au dessus de l’amour d’attrait,-- les éléments qui se resserrent pour subir l’Union. (…) L’Unité humaine,-- non seulement pour la pitié et la miséricorde, mais pour l’attaque ! »

Les directions de l’avenir p 131 : « …nous ne pouvons progresser jusqu’au bout de nous-mêmes sans sortir de nous-mêmes en nous unissant aux autres, de façon à développer par cette union un surcroît de conscience – conformément à le grande Loi de Complexité. – De là les urgences, de là le sens profond de (…) l’amour, dont la fonction et le charme essentiels sont de nous compléter. »

Les directions de l’avenir p 202 : » L’amour ne peut naître, ni se fixer, a
moins de rencontrer un cœur, un visage. (…) se terminer, non seulement sur un système centré de centres, mais sur un Centre des centres, ni plus, ni moins. »

ETG p 213 : « La philosophie a toujours éprouvé de grandes difficultés à rendre compte de l’interaction des êtres. Le problème de la Transience…(…) Dans la théorie de l’Union créatrice, la difficulté de la transience ne se pose pas, pour la simple raison que cette théorie n’admet pas l’existence de choses isolées (…) la transience, au lieu d’être inexplicable, devient la condition même de l’existence des monades. »

ETG p 217 : »…il est nécessaire que l’Avenir soit doué d’une solidité extrême. (…) la consistance de l’Avenir est la condition indispensable de la consistance de l’unité.
Ainsi l’entend bien la théorie de l’Union créatrice. —A ses yeux, le futur supplante le passé, comme l’Esprit le Corps (…) Et le principe qui fixe la foule mouvante et équivoque des contingences, c’est (…) la Finalité providentielle , l’influence du Centre transcendant dont l’action impeccable sait guider les chances vers leur but infailliblement. »

Idem p 291 : « … la série des attractions successivement traversées qui, depuis les confins du Néant, ont fait accourir et se rassembler les éléments de l’Esprit, -- par amour. »

L’énergie humaine p 190 : « Non seulement l’amour a la vertu d’unir sans dépersonnaliser, mais il ultra-personnalise en unissant »

Idem p 194 : Dieu amour, et ne s’atteignant finalement que dans l’amour : voilà la révolution psychologique et le secret de l’essor chrétien. »

L’activation de l’énergie p 54 : « …l’amour est par définition le nom que nous donnons aux actions ‘inter-centriques’. L’amour est, par nature, la seule énergie de synthèse dont l’action différenciante puisse nous super-personnaliser. »

Le phénomène humain p 290 : « …la concentration d’un Univers conscient serait impensable si, en même temps que tout le conscient, elle ne rassemblait en soi toutes les consciences : chacune de celles-ci demeurant consciente d’elle-même au terme de l’opération, -- et même, ce qu’il faut bien comprendre, chacune devenant d’autant plus soi, et donc plus distincte des autres, qu’elle s’en approche davantage en Oméga. »

L’Union créatrice :

ETG p 213 ; « Dans la théorie de l’union créatrice, la difficulté de la transience ne se pose pas, pour la simple raison que cette théorie n’admet pas l’existence de choses isolées. Dès lors que chaque être ne subsiste, ne tient, que par sa confluence avec les autres, la transience, au lieu d’être inexplicable, devient la condition même de l’existence des monades. » (Transience = interaction entre les monades)

Les directions de l’avenir p 222 : « Plutôt que de regarder (…) l’esse comme ultérieurement définissable par l’unire (ou l’uniri), mieux vaudrait peut-être considérer les deux notions d’être et d’union (…) comme formant un couple naturel dont les deux termes ( aussi primitifs l’un que l’autre et radicalement irréductibles l’un à l’autre) sont cependant ontologiquement inséparables (telles les deux faces d’un même plan) et assujettis à varier simultanément dans le même sens. …. Ce dernier point caractérisant ce qu’on pourrait appeler les couples de première espèce. Dans d’autres couples ( de deuxième espèce) – par exemple Esprit-Matière ( c’est-à-dire Unité-pluralité), les deux termes associés variant en sens inverse l’un de l’autre.) (en note)

idem p 208 : « …l’être, loin de représenter une notion terminale et solitaire, est en réalité définissable ( génétiquement au moins, sinon ontologiquement), par un mouvement particulier, à lui indissolublement associé, -- celui d’union. En sorte que l’on puisse écrire selon les cas :
Etre = s’unir soi-même ou unir les autres ( forme active)
Etre = être uni ou unifié par un autre ( forme passive) (…)
Dans un premier temps, il faut commencer par supposer toute donnée (…) la présence irréversible et self-suffisante d’un ‘Etre Premier’ (notre Point Oméga). (…)Mais afin que ce Centre initial et final subsiste sur lui-même en son splendide isolement, force est de nous le représenter (…) comme s’opposant trinitairement à lui-même.(…) Dieu lui-même, en un sens rigoureusement vrai, n’existe qu’en s’unissant.

Idem p 209 : « Le Multiple pur (…) ou ‘Néant créable’ (…) est une possibilité ou imploration d’être, -- à laquelle (…) tout se passe comme si Dieu n’avait pas pu résister.

Science et Christ p 73 : « L’Union créatrice est la théorie qui admet que, dans la phase évolutive actuelle du Cosmos (…) tout se passe comme si l’Un se formait par ramifications successives du Multiple, -- et comme s’il était d’autant plus parfait qu’il centralise sous lui plus parfaitement un plus vaste multiple. »

idem p 78 : « …toute réalité autour de nous ( si spirituelle soit-elle) est indéfiniment décomposable en termes de nature inférieure à la sienne. (…) les organismes vivants sont réductibles en éléments physico-chimiques (…) l’acte libre en déterminismes, -- l’intuition en syllogismes, -- la foi en raisons de croire. (…) Mais chaque degré nouveau de réduction au multiple ( de matérialisation) laisse échapper une âme. L’analyse, admirable et puissant instrument de dissection du réel, abandonne entre nos mains des termes toujours (…) plus appauvris. »

Les directions de l’avenir p 211 : « Créer, c’est unir »

ETG p 304 : « Il m’a semblé que le développement entier du Monde surnaturalisé, vu à travers l’expérience humaine, aurait la forme d’un vaste mouvement d’unification, convergeant vers le Christ »

Idem p 450 : « Le point de vue de ‘l’Union créatrice’ (…) consiste à admettre que, dans notre Univers, tout degré de plus dans l’être (c’est-à-dire dans la spiritualité) coïncide avec un degré de plus dans l’unification d’un Multiple originel, extrêmement dispersé, qui est la figure la plus inférieure du Monde, sa forme la plus voisine du Néant. (…) Dans cette hypothèse, chaque monade plus spirituelle est formée par l’organisation d’une pléiade de monades moins spirituelles, sous un principe d’action tout nouveau. »

Idem p 281 : « Tout, dans l’Univers, se fait par union et fécondation,-- par rassemblement des éléments qui se cherchent, et se fondent deux à deux, et renaissent dans une troisième chose. »

Idem p 289 : « L’amour seul est capable de mouvoir l’être. »

ETG p 286 : « …la vraie union est celle (…) qui spiritualise »

L’activation de l’énergie p 60 : « …dans le cas d’éléments incomplets qui ne peuvent exister pleinement qu’en se rapprochant. Pour de telles particules, la sympathie devient élan pour forcer tous les obstacles et trouver toutes les issues en vue de la réunion. »

Idem p 126 : « Dans un Univers de structure centro-complexe, l’amour essentiellement, n’est autre chose que l’énergie propre de la Cosmogénèse. L’union, disions-nous, personnalise. Ceci toutefois, ne l’oublions pas, à une condition : c’est que les centres groupés par elle se rapprochent entre eux, non pas de façon quelconque ( forcée ou oblique), mais spontanément, centre à centre,-- c’est-à-dire en s’aimant. »

ETG p 223 : « Ainsi s’achève en une Mystique, hautement réaliste, la philosophie de l’Union créatrice. Commencée sur des observations physiques et biologiques, continuée par des vues métaphysiques, elle se prolonge – toujours la même – en morale, en ascèse, en religion . »

Montée de complexité-conscience :

Science et Christ p 217 : « …l’Univers, considéré dans sa fraction montante, dérive et se groupe du côté où la complexité organisée est la plus haute. (…)…lois fondamentales de la ‘Psycho-dynamique’ »
.
Noosphère :

L’apparition de l’homme p 355]b : « Lorsque je parle d’Humanité unanimisée, ce à quoi je pense n’a rien de commun avec une sorte d’euphorie confortable et vertueuse. (…) une Hominisation de convergence ne peut finir qu’en paroxysme. »

La vision du passé p 378 : »…loin de se repousser par nature, les corpuscules pensants sont cosmiquement polarisés vers une sorte d’arrangement où chacun d’eux est destiné à trouver, par effet de réflexion collective, le véritable bout de lui-même, -- alors, de matérialisante,(…) la totalisation qui nous effraie tant se muerait (…) en quelque attirante unanimité. »

L’avenir de l’homme p 99 : »…la rencontre, centre à centre, des unités humaines telles que peut la réaliser un amour mutuel commun. (…) Entre éléments humains, innombrables par nature, il n’y a qu’une manière possible de s’aimer : c’est de se savoir surcentrés, tous ensemble sur un même ‘ultra-centre’ commun, en qui ils ne puissent parvenir chacun à l’extrême d’eux-mêmes qu’en se réunissant. »

Idem p 118 : « …très en avant, un état final se dessine où, associés organiquement les uns aux autres (mieux que les cellules d’un même cerveau), nous ne formerons plus, tous réunis, qu’un seul système ultra-complexe, et, par suite, ultra-centré. »

Idem p 119 :«…l’énormité affolante du Cosmos n’a plus rien d’épouvantable, puisque les nappes indéfinies du Temps et de l’Espace, loin d’être le désert inanimé où nous nous croyons perdus, se découvre le sein qui rassemble les parcelles d’une grande Conscience en voie d’émersion. »

Idem p 302 : « Seule, une union réalisée par amour et dans l’amour (…) ‘affinité mutuelle interne’ (…) parce qu’elle rapproche les êtres non pas superficiellement, tangentiellement, mais centre à centre -- a physiquement la propriété non seulement de différencier, mais de personnaliser, les éléments qu’elle organise. »

La vision du passé p300 : « …l’humanité semble positivement parvenue au stade de son évolution où elle ne peut plus (…) faire face aux problèmes que lui posent les accroissements de son énergie intérieure sans se définir un foyer d’amour et d’adoration. »

Les directions de l’avenir p 175 : « Biologiquement, dans le cas (posé par la formation d’une Noosphère) d’une totalisation personnalisante, l’amour ( un amour universel) est la seule forme concevable que puisse prendre une énergie vraiment évolutive. »

L’énergie humaine p 162 : « L’Amour, aussi bien que la pensée, est toujours en pleine croissance dans la Noosphère. L’excès devient chaque jour plus flagrant de ses énergies grandissantes sur les besoins chaque jour plus restreints de la propagation humaine »

Idem p 165 : « Mais aujourd’hui que s’opère, sous nos yeux et dans notre conscience, la prise en masse de la couche humaine (…) l’Homme (…) voit s’ouvrir devant lui un champ nouveau et illimité d’évolution. (…) Dominer et canaliser les puissances de l’éther et de la mer, c’est bien. Mais qu’est ce triomphe comparé à la maîtrise globale de la pensée et de l’amour humain ? »

Les directions de l’avenir p 202 : « Pour se grouper ‘centriquement’, les particules humaines, si comprimées soient-elles, doivent finalement s’aimer, s’aimer toutes à la fois et toutes ensemble. »

dem p 137 : « Le seul amour vraiment béatifiant est celui qui s’exprime par un progrès spirituel réalisé en commun.—Décentration . »

Le Phénomène humain p 295 :« L’Humanité ; l’Esprit de la Terre ; la Synthèse des individus et des peuples (…) pour que ces choses dites utopiques et pourtant biologiquement nécessaires prennent corps dans le monde, ne suffit-il pas d’imaginer que notre pouvoir d’aimer se développe jusqu’à embrasser la totalité des hommes de la Terre ? »

L’union vraie, de Centre à Centre :

Le Phénomène humain p 293 : « Pour que, sous l’influence créatrice de l’Union, les particules humaines se personnalisent vraiment,(…) elles ne doivent pas se rejoindre n’importe comment. Puisque, en effet, il s’agit d’opérer une synthèse des centres, c’est de centre à centre qu’elles doivent entrer en contact mutuel, et pas autrement. (…) Et nous voici par le fait même ramenés au problème d’aimer.

L’activation de l’énergie p 125 : « Dans un Monde dont la formule est ‘vers la personnalisation par l’Union’, il est évident que les forces d’amour prennent une place prépondérante, -- puisque l’amour est précisément le lien qui rapproche et unit les personnes entre elles. (…) Dans les zones du Pré-vivant et de l’Irréfléchi, l’amour, à strictement parler, n’existe pas encore, puisque les centres, ou bien ne sont pas encore noués sur eux-mêmes, ou bien ne sont qu’imparfaitement centrés. Mais n’est-ce pas déjà de l’amour qui s’ébauche et qui grandit sous l’affinité mutuelle qui fait adhérer et maintient réunies, au cours de leur marche convergente en avant, les particules entre elles ? (…) … à travers le pas critique de la Réflexion, c’est en amour que se transforme, en s’hominisant, cette inter-sympathie obscure des premiers atomes et des premiers vivants. (…) Dans un Univers de structure centro-complexe, l’amour, essentiellement, n’est autre chose que l’énergie propre de la Cosmogénèse. »

Les seuils de l’Evolution :

L’énergie humaine p121 « Prise intégralement, dans sa totalité temporelle et spatiale, la Vie représente une transformation de grande amplitude, au cours de laquelle ce que nous appelons ‘Matière’ (au sens le plus compréhensif du mot) s’invertit, se reploie sur soi-même, s’intériorise – (…) Le phénomène spirituel (…) trahit le passage graduel et systématique de l’inconscient au conscient, et du conscient au self-conscient. C’est un changement d’état cosmique. Ainsi s’expliquent, sans contradiction, les liaisons, en même temps que les oppositions, entre Esprit et Matière »

cy[Le mysticisme :]]cy

Science et Christ p 213 : « Comme le sentaient et le pressentaient les mystiques, tout devient physiquement et littéralement aimable en Dieu ; et Dieu réciproquement, devient saisissable et aimable dans tout ce qui nous entoure. »

ETG p 158: « Avec l’amour large et pur, une énergie nouvelle a pénétré en moi ( ou est sortie de moi, je ne sais) qui m’a fait éprouver que j’étais aussi vaste et aussi riche que l’Univers »

Comment je crois p 75 : Faut-il ajouter que le Tout, parfois, se manifeste directement à nous,-- s’impose presque intuitivement à nous ? C’est possible. Quand on lit les témoignages de certains mystiques chrétiens ou païens… »

Les directions de l’avenir p 77 : « Si fondamentale soit-elle, la maternité de la femme n’est presque rien en comparaison de sa fécondité spirituelle. La Femme épanouit, sensibilise, révèle à lui-même celui qui l’aura aimée. (…) … il semble bien que la ‘liberté’ actuelle des mœurs ait sa véritable cause dans la recherche d’une force d’union plus riche et plus spiritualisante que celle qui se limite aux horizons d’un berceau. (…) Ce n’est pas isolément ( mariés ou non mariés), mais c’est par unités couplées que les deux portions masculine et féminine de la Nature doivent monter vers Dieu. »

idem p 136 : « Il y a une façon d’aimer, -- mauvaise, stérile --, par laquelle nous cherchons à posséder, au lieu de nous donner. (…) Le seul amour vraiment béatifiant est celui que s’exprime par un progrès spirituel réalisé en commun. »

L’activation de l’énergie p 251 : « La tension vitale du Monde (…) directement infusée au fond de notre être, sous sa forme supérieure directe et extrême : l’Amour, par effet de ‘Grâce’ et de ‘Révélation’.(…)… une liaison suprêmement intime se découvre entre Mystique, Recherche et Biologie. »

Comment je crois p 75 : « …le Tout, parfois, se manifeste directement à nous (…) Quand on lit les témoignages de certains mystiques chrétiens ou païens (…) on se demande sérieusement s’il n’y aurait pas, dans notre âme, une sorte de conscience cosmique (…) une sorte de sentiment de la présence de tous les êtres à la fois (…) faisant partie d’une même unité, au moins à venir. »
*Les directions de l’avenir p 227 :« Essentiellement, le Sentiment mystique est un sens et un pressentiment de l’Unité totale et finale du Monde par delà sa multiplicité présente et sentie.(…) Ceci vaut pout l’Hindou et le Sufi aussi bien que pour le chrétien. (…) Mais ceci s’exprime suivant (…) deux façons principales (…) Première voie : devenir un avec tout par coextension ‘avec la sphère’. C’est-à-dire par suppression de toute détermination interne et externe.(…) Ce geste aboutit (…) à un Ineffable de dé-différenciation et de dé-personnalisation. Par définition et par structure, une mystique SANS AMOUR. Deuxième voie : devenir un avec tout par accession au Centre de la sphère cosmique (…) Non plus par ‘dissolution’, mais au contraire par paroxysme de ce qu’il y a de plus incommunicable en chaque élément. Ce geste aboutit à une UNIFICATION ultra-personnalisante (…) effet spécifique de l’AMOUR. »

Lettres intimes p 105 (Extrait d’une lettre à Breuil du 9-9-1923) « La Mystique est la grande Science et le grand Art , la seule puissance capable de synthétiser les richesses accumulées par les autres formes de l’activité humaine »

Idem p 273 : » …distinguer ‘ deux types essentiels’ de mystiques possibles. (…) la Mystique orientale comme exemple aussi rapproché que possible, de négativisme. »

Le Milieu divin p 160 : « Ne nous laissons (…) pas déconcerter par les erreurs manifestes où sont tombés bien des mystiques dans leurs tentatives pour fixer, ou seulement nommer l’Universel Sourire. Comme toute puissance ( plus elle est riche) le sens du Tout naît informe et trouble. »

ETG p 159 : « …l’homme exclusivement positif (…) est médiocrement sensible à l’auréole émotive, envahissante, par laquelle se décèle à nous, en tout contact, le seul Essentiel de l’Univers. Le mystique est celui qui est né pour donner à cette auréole la première place à son expérience. Le mystique ne prend que peu à peu conscience de la faculté qu’il a reçue de percevoir la frange indéfinie et commune des choses avec plus d’intensité que leur noyau individuel et précis. ‘ Ce que tu as vu passer comme un Monde, derrière le chant, derrière la teinte, derrière les yeux, n’est pas ici ni là : c’est une Présence répandue partout, Présence unique des autres présences, par qui nous sommes tous présents les uns aux autres’… »

Idem p 161 « …il n’existe qu’un seul sentiment fondamental à la base de toutes les mystiques, à savoir : l’amour inné de la personne humaine, étendu à tout l’Univers.»

Idem p 190 - 192 : « Les expériences que je relate dans cette étude ne sont qu’une Introduction à la Mystique. Au-delà du point où je m’arrête, l’Être en qui s’est personnifié adéquatement le Milieu cosmique supérieur, révèle, comme il lui plaît, les charmes de son Visage et de son Cœur. Il y a d’infinis degrés dans cette initiation amoureuse d’une personne à une autre insondable Personne. (…) Nul ne comprendra, je pense, les grands Mystiques, ni saint François, ni la Bienheureuse Angèle, ni les autres, s’il n’a profondément compris que JESUS DOIT S’AIMER COMME
UN MONDE. »

La vision du passé p 188 « …le propre de l’action divine est (…) de ne pouvoir être saisie ni ici, ni là (sauf, jusqu’à un certain point, dans les relations mystiques d’esprit à Esprit), mais de se trouver répandue partout… »

L’Amour dans le couple :

L’énergie humaine p 41 : « L’Amour ‘hominisé’ se distingue de tout autre amour parce que le ‘spectre’ de sa chaude et pénétrante lumière s’est merveilleusement enrichi. Non plus seulement l’attrait unique et périodique en vue de la fécondité matérielle ; mais une possibilité, sans limite et sans repos, de contact par l’esprit beaucoup plus que par le corps : antennes infiniment nombreuses et subtiles, qui se cherchent parmi les délicates nuances de l’âme ; attrait de sensibilisation et d’achèvement réciproque, où la préoccupation de sauver l’espèce se fond graduellement dans l’ivresse plus vaste de consommer, à deux, un Monde. »

Idem p 91 : « Quels sont donc exactement le sens et l’essence de l’amour-passion dans un Univers à étoffe personnelle ? Sous ses formes initiales, et jusque très haut dans la Vie, sexualité semble identifiée avec propagation. (…) Mais dès l’instant critique de l’Hominisation, un autre rôle, plus essentiel, s’est trouvé dévolu à l’amour, -- rôle dont il semble que nous commencions seulement à sentir l’importance : je veux dire la synthèse nécessaire des deux principes masculin et féminin dans l’édification de la personnalité humaine. »

Idem p 93 : « La molécule humaine complète est déjà autour de nous un élément plus synthétique, et partant plus spiritualisé que la personne-individu – elle est une dualité, comprenant à la fois du masculin et du féminin. (…) Ceux là donc seulement s’aiment légitimement que la passion conduit, tous les deux, l’un par l’autre, à une plus haute possession de leur être. Ainsi la gravité des fautes contre l’amour n’est pas d’offenser je ne sais quelle pudeur ou quelle vertu. Elle consiste à gaspiller, par négligence ou par volupté, les réserves de personnalisation de l’Univers. »

Idem page 95- 96 : « L’Amour est une fonction à trois termes : l’homme, la femme et Dieu. Toute sa perfection et sa réussite sont liées à l’harmonieux balancement de ces trois éléments. (…) Sans cesser d’être physique, pour rester physique, l’amour se fera plus spirituel. »

idem p 162 : « Entre l’homme et la femme, un pouvoir spécifique et mutuel de sensibilisation et de fécondation spirituelle sommeille vraisemblablement encore, qui demande à se dégager en irrésistible élan vers tout ce qui est beauté et vérité. (…) …l’amour spiritualisé pénètre l’inconnu : il va rejoindre à nos yeux, dans le mystérieux avenir, le groupe attendu des facultés et des consciences nouvelles (…) des modes plus directs de perception et d’action qui viendraient, conformément à de bien vieux espoirs, manifester la plasticité et la transparence de la Matière par rapport à l’Esprit. (…) En accord avec les vues récentes qui nous orientent vers la conception d’une essence spirituelle de la Matière (…) je pense ici à la ‘Mystique’. (…) Mais c’est dernièrement seulement, grâce aux données précises fournies par la Science sur l’unité des énergies et des corps, et aussi sur la réalité d’une cosmogénèse, que ces vagues désirs commencent à prendre la forme rationnelle propre aux conquêtes définitives de l’esprit.»

Idem p 186 : « Quand un homme aime noblement une femme de cette passion vigoureuse qui exalte l’être au dessus de soi-même, la vie de cet homme, son pouvoir de créer et de sentir, son Univers tout entier, se retrouvent directement contenus en même temps que sublimés, dans l’amour de cette femme. »

Cahier N° 1 p 14 : « Vers l’Homme, à travers la Femme, c’est en réalité l’Univers qui s’avance »

Science et Christ p 77 : « …le charnel, qui essaie de rejoindre l’objet de sa passion autrement qu’en allant vers l’élévation de son être, c’est-à-dire sans chercher à former par l’union de deux vivants une sorte de nouvelle âme plus riche et plus haute, -- le charnel, dis-je, place dans sa tentative d’adhésion un incurable principe de séparation : chaque pas nouveau dans la jouissance matérielle l’éloigne de son amour. »

Comment je crois p 75 : « L’Homme adorerait-il la Femme s’il ne croyait voir dans les yeux de celle-ci se mirer l’Univers ? »
*Les directions de l’avenir p 86 : « Plus j’y pense, donc, moins je puis arriver à trouver absurde cette idée de l’héroïne d’un roman russe que ‘ nous finirons par trouver une autre manière d’aimer’. (…) Cet usage spirituel de la chair, au fond, n’est-ce pas celui que, sans demander permission aux moralistes, ont instinctivement découvert et adopté beaucoup de génies qui ont vraiment créé ? »

Idem p 76 :« Le Femme est pour l’Homme, le symbole et la personnification de toutes les complémentarités attendues de l’Univers. »

Idem p 80 : « Le Féminin est la plus redoutable des forces de la Matière. Ceci est vrai. ‘Donc il faut l’éviter’, disent les moralistes. ‘Donc il faut s’en emparer’, répondrai-je. Dans tous les domaines du Réel ( physique, affectif, intellectuel) le ‘danger’ est un symptôme de puissance. (…) Eviter le risque d’une faute est devenu plus important à nos yeux que remporter pour Dieu une position difficile. Voilà ce qui nous tue. ‘ Plus une chose est dangereuse, plus sa conquête est ordonnée par la Vie’. »

Le Phénomène humain p 295 : « En vérité le geste magique, le geste réputé contradictoire de ‘personnaliser’ en totalisant, l’amour ne le réalise-t-il pas à chaque instant, dans le couple, dans l’équipe, autour de nous ? Et ce qu’il opère ainsi quotidiennement à une échelle réduite, pourquoi ne le répèterait-il pas un jour aux dimensions de la Terre ?

ETG p 284 : A propos de l’Eternel Féminin : « Celui qui m’a trouvée est à l’entrée de toutes choses. Non seulement par l’intermédiaire de sa sensibilité à lui, mais par les connexions physiques de ma nature à moi, je me prolonge dans l’âme du Monde ; -- ou plutôt je suis l’attrait de l’universelle présence et son innombrable sourire. C’est moi l’accès au cœur total de la création, la Porte de la Terre, -- l’Initiation. (…) Et il a pu sembler que j’étais la perte de l’Humanité, -- la Tentation ! O Hommes, pourquoi vous arrêter dans l’effort de purification laborieuse auquel mon charme est fait pour vous convier ? »

Les directions de l’avenir p 83 : « Chasteté, donc, vertu de participation et de conquête. Non point école de restriction et de fuite. (…) (En note) « …le meilleur réactif pour reconnaître dans quelle mesure un amour est élevé serait d’observer dans quelle mesure il se développe dans le sens d’une plus grande liberté d’esprit. Plus une affection est spirituelle, moins elle absorbe, -- et plus elle pousse à l’action. »

Idem page 88 : « …L’unification spiritualisante des monades humaines est dominée par deux attractions de même nature, mais de valeurs différentes : l’amour réciproque de l’Homme pour la Femme, et l’amour divin. Chaque élément est à la fois sollicité, pour s’achever dans l’unité, par des forces passionnelles et par des forces mystiques, associées. Il lui faut à la fois compléter, dans le Féminin, son unité humaine, -- et, dans le Divin, son unité cosmique. »

Idem page 92 : « La véritable union que tu dois poursuivre avec les créatures qui t’attirent ne se réalise pas en allant droit à elles, mais en convergeant avec elles vers Dieu, cherché à travers elles. »

L’amour Charnel :

ETG p284-285 : « …il a pu sembler que j’étais la perte de l’Humanité,-- la Tentation. (…) …car, ce qui fait descendre la Matière, c’est l’union stérile et neutralisante de ses éléments.(…) Plus vous me cherchez dans la direction du Plaisir, ô Hommes, plus vous vous éloignez de ma Réalité. »

Science et Christ p 77 :«… le charnel, qui essaie de rejoindre l’objet de sa passion autrement qu’en allant vers l’élévation de son être, c’est-à-dire sans chercher à former par l’union de deux vivants une sorte de nouvelle âme plus riche et plus haute, -- le charnel, dis-je, place dans sa tentative d’adhésion un incurable principe de séparation : chaque pas nouveau dans la jouissance matérielle l’éloigne de son amour. »

L’énergie humaine p 96 : « S’il est vrai, donc que l’homme et la femme s’uniront d’autant plus à Dieu qu’ils s’aimeront l’un l’autre davantage, -- il est non moins certain que, plus ils seront à Dieu, plus ils se verront amenés à s’aimer d’une plus belle manière.(…) Sans doute vers une diminution graduelle de ce qui représente encore ( et nécessairement) dans le sexuel le côté admirable, mais transitoire de la reproduction. (…) Sans cesser d’être physique (…), l’amour se fera plus spirituel »

ETG p 218 : « L’amour qui tend à la spiritualisation mutuelle des amants, l’amour qui les fait moins s’atteindre directement que converger ensemble vers le même Centre divin, voilà l’amour indéfiniment progressif et rajeuni au sein duquel les êtres construisent peu à peu leur unité ! Cet amour, bien sûr, comme l’âme elle-même, ne peut ni ne doit se passer de la matière. »

L’Union différencie :

L’énergie humaine p 185 : « Il est exact, sans doute, que si j’ai découvert Oméga, toutes choses me deviennent en quelque façon la même chose ; mais cette unité fondamentale n’a rien de commun avec une dissolution dans l’homogène. (…) …elle accentue, loin de l’affaiblir, le relief des éléments qu’elle rassemble.

L’énergie humaine p 188 : « Nous avons déjà insisté plusieurs fois sur cette vérité capitale que ‘l’union différencie’. L’Amour n’est que l’expression concrète de ce principe métaphysique . »

Triomphe de l’Amour en Oméga :

L’énergie humaine p 185 :« Dans le cours superficiel de nos existences, c’est une chose différente de voir ou de penser, de comprendre ou d’aimer, de donner ou de recevoir, de grandir ou de diminuer, de vivre ou de mourir. Mais que vont devenir toutes ces oppositions dès lors que, en Oméga, leur diversité se découvre comme les modalités infiniment variées d’un même contact universel ? (…) …elles vont tendre à se combiner dans une résultante commune, où leur pluralité, toujours reconnaissable, jaillisse en une ineffable richesse. Non point interférence, mais résonance. »

Le Milieu Divin p186 :« Quand un homme aime noblement une femme de cette passion vigoureuse qui exalte l’être au dessus de soi-même, la vie de cet homme, son pouvoir de créer et de sentir, son Univers tout entier, se retrouvent distinctement contenus en même temps que sublimés, dans l’amour de cette femme. (…) Si donc l’amour d’un élément pour l’élément se montre si puissant (…) quelle ne sera pas la vibration tirée de nos êtres par leur rencontre avec Oméga ? »

Les directions de l’avenir p 202 : « …pas d’amour vrai dans une atmosphère, si chaude soit-elle, de Collectif, c’est-à-dire d’Impersonnel. L’amour ne peut naître, ni se fixer, a moins de rencontrer un coeur, un visage. Plus on approfondit ce mécanisme psychique essentiel de l’union, plus on se convainc que la seule manière possible pour l’enroulement cosmique d’aboutir est de se terminer, non seulement sur un système centré de centres, mais sur un Centre des centres, -- ni plus ni moins. »

Science et Christ p 215 : « En vertu de sa position à l’Oméga du Monde, le Christ, nous l’avons vu, représente le foyer vers qui et en qui tout converge.(…) Qu’est-ce à dire, sinon que toute opération, dès lors qu’elle est orientée vers Lui, prend, sans altération d’elle-même, le caractère psychique d’une relation centre-à-centre, c’est-à-dire d’un acte d’amour (…) l’amour, non seulement facteur commun grâce auquel la multiplicité des opérations humaines parvient à se nouer,
-- mais l’amour forme supérieure, universelle et synthétique d’énergie spirituelle ,en laquelle toutes les autres énergies de l’âme se transforment et se subliment, pour peu qu’elles tombent dans le champ d’Oméga. »

Les directions de l’avenir p82 : « …Dieu n’est pas une personne de même ordre que nous-mêmes. Il est une ‘super-personne’ un ‘hyper-centre’, -- c’est-à-dire quelqu’un de plus profond que nous-mêmes. »

Idem p 139 : « Sous l’effort persistant de la pensée chrétienne, l’énormité angoissante du Monde converge peu à peu vers le haut jusqu’à se transfigurer en un foyer d’énergie aimante ! »

L’activation de l’énergie p 127 : « De tout ce que nous avons dit jusqu’ici il résulte que l’Univers pris dans sa totalité, se concentre, en se compliquant, sous l’influence d’une attraction dérivant d’Oméga. A partir de l’isosphère humaine (ou Noosphère), cette attraction prend la forme d’amour. »

Vendredi 14 Juin 2013 13:33