Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






La crise que le monde traverse actuellement est plus que conjoncturelle, elle est de nature structurelle et cosmique. Voilà la conviction de Teilhard, conviction qu'il veut nous faire partager à l'issue d'un cheminement en 4 étapes :
1) Il y a de plus en plus d'hommes sur la terre : la montée de l'autre.
2) Les hommes établissent de plus en plus de relations entre eux : la montée du collectif.
3) L'évolution constatée depuis la prévie se poursuit, et en extrapolant, pourquoi pas dans le futur, un organisme super humain ? "La synthèse de (avec ?) avec l'Autre".
4) La sympathie (l'amour ?) pour l'autre, la "montée du sens humain".

A terme, quand la" terre aura acquis la conscience de sa cohésion et de sa convergence spirituelles" la Charité pourra s'y établir et les molécules pensantes pourront s'ultra centrer.

Pour ma part, je relie cette vision de Teilhard aux idées nouvelles qui se font jour dans la physique actuelle; plus précisément aux expériences d'Alain Aspect en 1982, puis de Gisin en 1998 (Orsay, Genève). Ces expériences portaient toutes deux sur une paire de photons issus d'une même source. Après 2 parcours semblables, chacun avait à choisir à un moment donné entre deux itinéraires possibles. Dans les deux expériences les 2 photons d'une même paire faisaient le même choix alors que ,selon les lois de la physique classique, ils ne pouvaient pas communiquer et auraient dû faire tantôt le même choix, tantôt le choix contraire.
J'ai noté deux explications à ces expériences. Elles émanent
-l'une d'un physicien Trinh Xuan Thuan
-l'autre d'un bouddhiste, Matthieu Ricard ("L'infini dans la paume de la main/Fayard/dépôt mai 2000)

-Pour Trinh, ces résultats en apparence paradoxaux ne le sont plus si on considère que les 2 photons font partie d'une même réalité globale. Quelle que soit la distance qui les sépare ils restent constamment en relation par une interaction mystérieuse. Où qu'il soit, chacun continue à faire partie de la même réalité que l'autre.

-Pour Matthieu Ricard, des photons sont interdépendants , ils coexistent au sein d'une réalité globale qui fonctionne sur le mode de la causalité réciproque. Si on raisonne de proche en proche on s'aperçoit que, d'une manière ou d'une autre, tout est nécessairement relié à tout.

Lorsque dans le dernier alinéa de son texte Teilhard évoque "la synthèse psychique de l'univers" ou encore les "liaisons croissantes du collectif" ne pressent-il pas les liaisons mystérieuses mises en évidence par ces expériences ? Liaisons que, pour le moment, nous ne pouvons mettre davantage en évidence avec nos moyens d'investigations actuels, mais qui dans l'avenir seront peut-être accessibles à une mesure directe et, par là, mises sur le même plan que les liaisons que nous connaissons aujourd'hui


Lundi 1 Décembre 2008 13:50