Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie
Le père Teilhard de Chardin a cherché dans toute son œuvre à jeter un pont entre la science et la foi. De sa formation scientifique, il a gardé le goût profond de l’observation et de la réflexion. Mais il ne se contentait pas d’observer et d’enregistrer tout simplement les faits, il voulait découvrir leurs rapports mutuels et leur sens profond. Il supposait partout la présence qui provoque et dirige l’évolution de l’Homme., Dieu.


Pourquoi parler de l’homme ? Parce qu’il est la clef de l’univers et pour VOIR :


« L’histoire du monde vivant se ramène à l’élaboration d’ yeux toujours plus parfaits au sein d’un cosmos où il est possible de discerner toujours davantage…..Les premières fibres du composé humain vont se confondre pour notre regard avec l’étoffe de l’univers.»… « L’homme est une représentation en réduction de l’univers…Il commence à peine à prendre une vue scientifique de sa signification dans la physique du monde. »Il entre tout juste dans la phase de l’éveil. Il doit prendre sa place : sommet momentané de l’anthropogenèse couronnant une cosmogénèse « Je doute qu’il y ait pour l’être pensant une minute plus décisive que celle où il découvre qu’il n’est pas un élément perdu dans la solitude cosmique mais que c’est une volonté de vivre Universelle qui converge et s’hominise en lui » …


PLAN DE TRAVAIL :

-LA PREVIE

-LA VIE

-LA PENSEE

-LA PREVIE


La matière élémentaire de l’étoffe de l’univers a trois faces qui sont :

-la pluralité

-l’unité

-l’énergie



1-La pluralité :

Le substrat de l’univers est vertigineux en nombre et en petitesse.


2-l’unité :

L’unité du monde se traduit par une étonnante similitude des éléments rencontrés.

Molécules, atomes, électrons, ces minuscules entités manifestent quelque soit leur ordre de grandeur et leur nombre une parfaite identité de masse et de comportement.

Les éléments qui composent la matière sont reliés par quelque chose qui les fait solidaires : L’ENERGIE.


3-L’énergie :

Pour la science physique l’ énergie est l’expression d’une capacité d’interaction, elle a un pouvoir de liaison mais aussi une valeur de constitution.

Les corpuscules matériels peuvent se traiter comme des réservoirs passagers d’une puissance concentrée.

Pour la science, l’énergie est la forme la plus primitive de l’Etoffe universelle. L’Univers trouverait donc sa consistance et son unité finale au terme de sa décomposition. Il tiendrait donc par le bas. Au contraire Teilhard pense que la connaissance plus complète des mouvements du monde nous obligera peu à peu à découvrir que les choses ne se tiennent qu’à force de complexité, c.à.d. par en haut.


La matière totale :


L’étoffe de l’univers ne peut se déchirer. C’est une sorte d’atome gigantesque insécable.

Cosmos : -un système (multiplicité)

-Totum (unité)

-Quantum : énergie





I : Le système :


C’est l’agencement des parties de l’univers, toujours plus étonnant. L’univers tient par son ensemble.


II : Le Totum :


Les enveloppes dont la matière se compose sont foncièrement hétérogènes les unes par rapport aux autres. Tissée d’une seule pièce, l’étoffe de l’Univers forme structurellement un tout.


III : Le Quantum :


La matière ne nous paraîtrait sans bord que parce que nous n’en pouvons pas émerger. Introduisons la durée. Le monde apparaît comme une masse en cours de transformation. Le Totum et le Quantum universels tendent à s’exprimer et à se définir en cosmogénèse.


A : La figure :


Evolution de la matière : règle suivie


1-Théorie : simplicité encore irrésolue de nature lumineuse, puis brusquement, fourmillement de corpuscules élémentaires.

2-Série harmonique de corps simples : H ou Uranium.

3-Immense variété des corps composés.

4-La vie

Tous les corps dérivent d’un seul type initial corpusculaire. Historiquement l’étoffe de l’univers va se concentrant en formes toujours plus organisées de matière. Ces métamorphoses se passent uniquement au cœur et à la surface des étoiles.

Une chose est assurée c’est que la fabrication des composés matériels élevés ne peut s’opérer qu’à la faveur d’une concentration préalable de l’étoffe de l’univers en nébuleuses et en soleils.


B : Les lois numériques :


Elles permettent de mesurer la puissance colossale que met en cause toute transformation de la matière.


Lois de l’énergétique :


-premier principe : toute synthèse coûte. Tout progrès nécessite un effort et donc de la puissance.

Rien ne se construit qu’au prix d’une destruction indépendante.

-deuxième principe : il faut ajouter à la transformation physicochimique la thermodynamique (fraction d’énergie dépensée sous forme de chaleur).

Plus le quantum énergétique du monde fonctionne, plus il s’use.

L’univers matériel peut se ranger parmi les réalités qui naissent, grandissent et meurent.

La science s’est-elle donné la peine jusqu’ici de regarder le monde autrement que pas le dehors des choses ?


C : Evolution de la matière :


Aujourd’hui, on introduit une nouvelle dimension dans la physique : la durée : - temps : chaque élément des choses se prolonge aussi bien en arrière qu’en avant. Le monde est une masse en cours de transformation

TOTUM + QUANTUM COSMOGENESE

1- Simplicité de nature lumineuse.

2-Puis fourmillement de corpuscules élémentaires positifs et négatifs.

3-Série organique de corps simple.

4-Les corps composés.

5-La VIE.


Tous les corps dérivent par arrangement d’un seul type initial corpusculaire.








Mercredi 17 Mars 2010 13:24