Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






LE MILIEU DIVIN, Editions du Seuil


Renée Joubert / Quelques vues d’ensemble sur l’ascétique chrétienne
Après avoir traité des passivités de la vie, passivités de croissance et passivités de diminution Teilhard invite les chrétiens à réfléchir aux possibilités qui leur sont offertes pour atteindre DIEU : « Qu’y a-t’il de mieux pour un chrétien :l’agir ou le pâtir ?La vie ou la mort ?La croissance ou la diminution ? Le développement ou le retranchement ? La possession ou le renoncement ? » (page 96)

Mais pourquoi se poser cette question ? Il s’agit d’abord d’être et pour être un chrétien doit grandir.
Développez-vous dit le christianisme …’’ .pas égoïstement , pour vous-même, mais en gardant très vive (Dieu aidant) la vision passionnée du plus grand que tout .’’(page 96)

"Le monde évolue ; l’humanité mûrit Elle poursuit sa route dans la découverte du vrai et du beau de la création’’. Le chrétien , dans sa vie quotidienne ,doit savoir se détacher de ce qu’il aura acquis difficilement parfois .Mais tout homme qui aura œuvré a développé la conscience humaine par son travail (famille, pays, cause à défendre ,vérité à découvrir) de manière continue de l’attachement au détachement .
Certains seront appelés par le Créateur à renoncer à la vie ordinaire et à évoluer ‘’hors des sphères de l’humanité normale’’ Ils pourront être conviés à une vie ascétique mais ils devront renoncer à toutes mutilations volontaires. La mort viendra bien suffisamment tôt et à ce moment là il faudra être prêt à l’accueillir comme un feu aimant’’.
« Ainsi dans le rythme général de la vie chrétienne développement et renoncement ,attachement et détachement ne s’excluent pas .Ils s’harmonisent au contraire …..Ce sont les deux temps de la respiration de l’âme »(page 101) Quelle belle expression : mouvements de la vie et mouvements de l’âme !

Pour chacun de nous, comme chacun respire à un rythme différent , l’évolution sera différente. Pour certains elle pourra se présenter sous la forme du’’ désintéressement et de l’effort ‘’.Pour d’autres il se produira au cours de leur vie une fracture qui les fera passer de la vie ordinaire au ‘‘palier des renoncements de choix et des états mystiques’’.

Mais pour tous l’issue finale est la mort , prélude à l’incorporation finale en ‘’JESU CHRISTO.’’
« Pour tous, ce qui fait la réussite de la vie ,c’est la plus ou moins harmonieuse proportion suivant laquelle les deux éléments ,grandir par le CHRIST et diminuer en Lui sont combinés suivant les aptitudes naturelles et surnaturelles engagées »(page 102)Dans la vie spirituelle ,il existe pour chaque individu un optimum qu’il est aussi dommageable de dépasser que de ne pas atteindre.
Ce que Teilhard dit des individus doit se transposer à l’ensemble de l’église. Elle a, au cours des siècles, tantôt œuvré aux valeurs terrestres et tantôt veillé à son avenir spirituel. Pour vivre ses préoccupations peuvent être les plus profanes du monde ,bassement matérielles autant que spirituelles afin de veiller à développer sur terre l’amour du Christ.
TEILHARD compare l’Eglise à un ‘’arbre puissant’’ et comme lui Elle a besoin de « racines nerveusement ancrées dans la Terre et de ses feuilles sereinement exposées au soleil »(page 103) Dans la religion chrétienne l’arbre joue un rôle symbolique important. Au jardin d’Eden poussent côte à côte l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance .L’arbre représente la liaison entre la terre et le ciel .C’est un symbole présent dans de nombreuses religions .
Le père Amphiloque , moine de l’île de Patmos écrivait : « Celui qui n’aime pas l’arbre n’aime pas DIEU…..Lorsque vous plantez un arbre ,vous plantez de l’espoir, la paix ,l’amour et vous recevez la bénédiction de Dieu. »
L’arbre se dresse comme un axe vertical montant vers le ciel , comme la croix du Christ se dresse face au monde .

SENS DE LA CROIX

La croix peut apparaitre aux hommes comme un principe d’attraction ou de répulsion. Pour ces derniers il semble que le règne de DIEU ne peut s’établir qu’à force de peine et de deuil.
Pour les autres, le sacrifice du CHRIST signifie que la création ne se termine pas par la mort et que, suivant l’axe vertical de la croix ,ce n’est pas une fin mais une montée vers le divin ,vers la résurrection.

LA MATIERE

Ce même regard porté sur la croix se retrouve sur la matière .TEILHARD explique que la matière n’est pas ce que l’on pense communément , une chose vile ,vulgaire où l’on peut s’enliser. Elle est au contraire l’ensemble de toutes les choses ,de toutes les énergies ,de toutes les créatures qui nous entourent et dans lesquelles l’évolution se poursuit : « …Aucune âme ne rejoint DIEU sans avoir franchi à travers la matière un trajet déterminé, lequel en un sens, est une distance qui sépare ,mais ,en un sens aussi ,est un chemin qui réunit. »(page 115)
Mais au fur et à mesure que l’évolution se poursuit et au fur et à mesure que l’humanité avance ,celle-ci doit sentir de moins en moins le besoin de certaines nourritures terrestres et avancer vers la spiritualité.
Le père est optimiste ;’’un jour toute la matière sera divinisée ‘’et le chapitre se termine par une prière à la matière : « Matière fascinante et forte, Matière qui caresses et qui virilises, Matière qui enrichis et qui détruis…je m’abandonne à tes nappes puissantes. La vertu du CHRIST a passé en toi »

Samedi 28 Juin 2014 13:18


Nouveau commentaire :