Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






PENSER AUTREMENT, PENSER DEMAIN
La trajectoire de l’évolution n’est pas un long fleuve tranquille. Elle est soumise à la
durée qui transforme et qui a ainsi permis à la matière de devenir vivante, puis pensante.
Penser demain, c’est rejeter le culte de l’instant d’une société incapable de proposer un
futur en partage. Or, l’humanité, allant de découvertes en découvertes, éprouve de plus en
plus le besoin de savoir où elle va pour donner sens au progrès. Les croyances définies par les
religions et les philosophies ont été remises en question dès la fin du XIXe siècle. Un doute
profond s’est généralisé grâce aux apports du savoir.
Gérer le présent. Si le savoir enrichit la réflexion, en révélant comment nous sommes
devenus ce que nous sommes, il est aussi cause d’un désenchantement. Galilée découvre que
la Terre n’est plus le centre de l’univers. Darwin démontre que l’Homme s’insère dans le
monde animal. Freud découvre que l’essentiel de la pensée est inconsciente. Ces trois
désenchantements nous incitent à penser autrement en ayant recours au savoir dont le rôle est
de décaper le croire de ses archaïsmes.
Ne pouvant arrêter les changements, nous sommes contraints de les maîtriser. La société
de demain ne sera vivable que si nous nous reconnaissons mutuellement comme personne à la
fois autonome et solidaire!: j’ai besoin de l’autre pour être moi-même. Ma liberté ne s’arrête
plus là où commence celle de l’autre, elle en est solidaire. Sans l’autre je ne suis rien.
Préparer demain. L’avenir n’est écrit nulle part. Penser demain entraîne une exigence
éthique qui consiste à ne pas se satisfaire de ce qui est, mais de ce qui devrait être. Cette
démarche est souvent utopique or toutes les grandes idées qui ont fait progresser l’humanité
sont nées d’une utopie!: le message biblique, la déclaration des droits de l’Homme, la
construction de l’Europe. En 1931, bien avant la deuxième guerre mondiale, l’édification de
la Terre préconisée par Teilhard de Chardin était jugée utopique, or cette utopie est en train de
se réaliser!: «!L’âge des nations est passé. Il s’agit maintenant pour nous, si nous ne voulons
pas périr de secouer les anciens préjugés et de construire la Terre.» Pour Teilhard «!le
progrès est une montée de conscience» qui doit soumettre le domaine économique et
technologique à la poursuite de «!l’hominisation!», dont la finalité est le dépassement de
l’Homme vers «!l’humanisation!» qui est l’humanité en train de se former, pour aboutir à ce
qu’il a appelé la «!Noosphère!», cette couche pensante recouvrant la Terre.
Vivre ensemble. Toutes les prétentions totalitaires ont échoué, parce qu’elles avaient
occulté la notion de transcendance qui pousse l’Homme à se dépasser lui-même dans le regard
de l’autre. Aux droits de l’Homme doivent désormais correspondre les devoirs, pour
responsabiliser chacun par rapport à tous.
Eclairage pour l’avenir. L’absence de projet de notre société brouille l’avenir et
favorise la recherche d’un «!chacun pour soi!» où les plus habiles deviennent les plus forts.
Pour contrer cette déviance, il importe de considérer la transcendance (dépassement vers une
réalité à venir) inséparable de l’immanence (l’évolution qui a fait ce que nous sommes). La
transcendance se situe dans la direction d’une complexité croissante qui ne peut s’abîmer
dans l’absurde, alors que l’évolution révèle une cohérence depuis les origines.
Cette cohérence observée sur la trajectoire de l’évolution est décrite dans le
«!Phénomène humain!», oeuvre maîtresse de Teilhard de Chardin qui analyse ce long parcours
qui, parti de la matière, a abouti à l’esprit. Il s’agit donc, pour nous, de favoriser le
développement de la conscience, face à l’évolution qui n’est plus livrée à elle-même. Elle
dépend désormais de la liberté de chacun à qui il incombe de découvrir un sens qui le projette
vers le futur. Le corollaire de la liberté apparaît alors comme la responsabilité, cette obligation
morale de maîtriser les changements, pour gérer ce paradoxe incontournable!: être responsable d’un avenir imprévisible.


Vendredi 4 Janvier 2008 17:59