Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Triste nouvelle
En pièce jointe : l'une des dernières photos d'Yves, prise en février 2012 et, en annexe au texte, la fiche de présentation qu'avait faite Yves lorsqu'il intégra notre groupe de réflexion. Nous remercions Henri Guyot qui nous l'a remise.

Nous avons la tristesse de vous faire part du décès d’Yves GOURBEAULT. Il venait d’avoir quatre vingt onze ans lundi dernier.
Depuis plusieurs années, il était membre actif du groupe Teilhard de Chardin.
Il y a quelques années, Yves se disait athée, puis il finit par accepter le terme agnostique. Son honnêteté et sa rigueur intellectuelles lui faisaient souvent utiliser un « point d’interrogation » .
En fin de compte, Yves concéda qu’une « Intelligence Supérieure », mais lointaine, pourrait éventuellement être à l’origine des choses.

La survie après la mort ? Il la concevait comme une dispersion et une réutilisations des particules qui constituèrent le corps de la personne, admettant qu'il ne serait pas si étonnant après tout que ces particules gardent quelque trace, comme une mémoire, de la vie de l'être humain disparu.

Yves revendiquait son état de "Citoyen du monde". Alors, souhaitons-lui d’arriver, selon ses rêves de toujours, sur une planète où les êtres humains sont tous frères et se respectent les uns les autres, où la nature est traitée avec égards.

Ce qui ne disparaitra pas dans nos coeurs ce sont ses marques de fidèle amitié, son humanisme dynamique et agissant, la vivacité de son intelligence, sa culture...
Nous présentons à sa fille, Murièle, nos sentiments les plus attristés, ainsi qu’à ses proches amis qu’il considérait comme de sa famille.


FICHE DE PRESENTATION PAR YVES GOURBEAULT
LORSQU’IL EST ENTRE AU SEIN DE L’ASSOCIATION LYONNAISE TEILHARD DE CHARDIN


-Je suis né en 1914 à St Malo. J’ai vécu une enfance très heureuse, au sein d’une famille d’enseignants laïques et agnostiques, très unie.
-Mon adolescence a été bien entendu perturbée par la guerre … J’ai néanmoins pu obtenir mon diplôme d’H.E.C. en 1942.
-Pris en chasse par le S.T.O., j’ai pu y échapper en devenant mineur de fond à St Eloy les Mines. J’ai donc arraché du charbon pendant un an jusqu’en mars 1944.
-Successivement passé dans la Résistance, puis engagé dans l’Armée De Lattre De Tassigny, j’ai été blessé au front, à côté de Montbéliard. Je suis donc mutilé de guerre.

-Ma carrière professionnelle s’est déroulée en qualité de directeur commercial : d’abord à Orléans, où je me suis marié et où est née ma fille Murièle ; ensuite à Pau, où j’ai vendu des bérets basques dans le monde entier ; puis à Lyon où j’ai terminé mon activité professionnelle à la SABLA, dans les travaux publics.

-Veuf en 1960, je me suis consacré à ma fille et à ma vie professionnelle.
-Depuis tout jeune, je suis « mordu » de minéralogie. J’ai, parallèlement, toujours été intéressé par l’international, la géopolitique et la réflexion socio économique.

Lundi 23 Avril 2012 17:03