Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie
Le chapitre soumis à notre étude de ce soir m'a amenée à étudier le parcours intellectuel du Polonais Zamenhof né en 1859 et décédé en 1917.
Ce nom n'évoque probablement rien dans votre mémoire, pourtant, cet homme a écrit :
« Ma judaïcité a été la cause principale pour laquelle, dès la plus tendre enfance, je me suis voué à une idée et à un rêve essentiel, au rêve d'unir l'humanité. »
Nous voilà très proches de la pensée de Teilhard qui expose le raisonnement selon lequel :
"est et doit être tenu comme d'étoffe proprement organique et évolutive, dans la Nature, tout arrangement dont la réalisation a pour effet de faire monter "la température psychique" du système".
A vingt-huit ans, Zamenhof prit le pseudonyme de Doktoro Esperanto (celui qui espère) et publia son premier essai : "langue internationale".
Il tentait donc de revenir aux temps anciens où les êtres humains pouvaient se comprendre par leur langage, mais c'était avant qu'ils ne fassent comme Icare en se brûlant les ailes pour vouloir côtoyer le Soleil, avant qu'ils tentent de construire un tour assez haute pour prendre la place de Dieu et se voient divisés par la multiplicité des dialectes.
Déjà, en 1879, le volapük avait fait de nombreux adeptes en partant de la même volonté de créer une langue universelle.
Depuis la langue anglaise à pris le pas sur l'espéranto, mais qu'importe, le but est identique, une meilleure compréhension entre les hommes.

Mais il existe bien d'autres exemples dans l'évolution récente du comportement humain pour appuyer les intuitions de Teilhard.

Internet, bien sûr excellent rassembleur ……. D'alcooliques quelques fois avec la mode des apéros géants qu'il a fallu maîtriser. Mais il s'agit là de dérives ……. Simples dérapages liés au fait que les humains sont souvent dépassés par la technologie et ont du mal à suivre en tant que personnes. Ces rassemblements physiques générés par un média virtuel sont la preuve que, pour l'instant, la dématérialisation possible grâce à l'informatique va mettre encore un peu de temps à s'intégrer complètement dans notre quotidien. Il n'y a qu'à voir le nombre de documents imprimés inutilement et directement envoyés dans les corbeilles à papier. Les rencontres virtuelles ne remplissent pas pleinement, pour l'instant, les attentes des jeunes. Il faut qu'il y ait rassemblement physique pour finaliser.
Mais, malgré ces dérapages de début de réforme, Internet rassemble, fait se rencontrer virtuellement des individus qui n'auraient jamais pu se rapprocher physiquement à cause de contraintes géographiques ou autres.

La marée noire causée en 2010 par un record de profondeur pour un forage pétrolier, avec plus de 10 680 mètres de profondeur est aussi une preuve de la difficulté à gérer les progrès technologiques et la maîtrise des situations.
L'évolution des techniques a permit de pomper le pétrole dans des zones jusque là inaccessibles, mais l'appât du gain, ce que j'appellerai "la ruée vers l'or" a été plus fort que la raison et on a creusé avant d'évaluer les risques.

Mais, plus proche de notre quotidien, les progrès de la médecine pour prolonger la vie humaine et l'impossibilité d'assurer le financement des retraites ou les soins aux personnes âgées montrent qu'il serait urgent que :
"un petit nombre d'hommes représentant les principales branches vives de la pensée scientifique moderne (physique, chimie, biochimie sociologie et psychologie) se réunissent pour associer leurs efforts ". (citation de Teilhard)
Mais "les arrangements planétaires à concevoir (par exemple en recherche et en eugénique) …………" ont un goût de déjà vu et une certaine amertume.

L'homme est-il prés à laisser sa "place dans la nature" pour se sentir un "mouvement de la nature" comme le suggère Teilhard ?
Est-il arrivé au niveau de conscience qui lui permettra d'être partie de "l'organisme humain planétaire" et non plus Mr Machin ou Mme Chose ?

Qui détient le thermomètre qui mesure la température psychique de la terre ?

Teilhard n'était pas un utopiste, c'était un précurseur, un visionnaire en avance sur son temps, très en avance …

Dans cette élévation de la température psychique de la terre, l'Humanité en est à son enfance. Elle a encore à apprendre, comme les enfants, elle doit mettre la main sur le poêle pour savoir qu'il est chaud et que s'est dangereux.

Il ne faut pas oublier que l'Humanité est faite d'individus qui ne sont pas des moutons de Panurge, ces individus doivent être inspirés par une foi qui les réunit et les propulse. Mais il faut un autre vocabulaire, l'Eglise a dénaturé le mot "foi" et un grand nombre d'autres, il faut inculquer la culture de l'Homme dans le cœur de chacun de façon nouvelle.











Samedi 29 Mai 2010 18:07