Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie
Nous ‘sommes mis au monde pour vivre, et même pour survivre
Nous n’avons pas demandé à naître.
Notre naissance est un instant de l’évolution.

C’est ce que TdC, dans son langage, traduit par :
“Cet état de goût de vivre n’est rien de moins que l’Energie d’Evolution Universelle, qui, sous forme d’attrait plus ou moins inné pour le Créateur de l’Univers, sourd, mystérieusement, au fond de la conscience de chacun d’entre nous.”

J’adhère complètement è cette définition, toutefois :
Je remplacerais volontiers le “créateur de l’Univers” — expression, à mon goût, trop religieuse et anthropomorphique, par :“Ce principe, à l’origine de l’élan initial donné à
l’évolution du Cosmos”.

“Le goût de vivre est le ressort ultime de l’Evolution, il n’y a pas d’autre alternative.”
J’insiste sur l’affirmation qu’il n’y a pas d’autre alternative, idée que je partage, mais qui est en contradiction avec l’affirmation du paragraphe précédent.
S’il n’y a pas d’autre alternative, elle ne peut dépendre de notre volonté (c’est assez souvent que je relève de telles contradictions dans la pensée de Teilhard de Chardin).

Puis, Teilhard de Chardin se livre à un développement sur l’évolution de l’Univers, auquel je souscris totalement :
“L’évolution de l’univers la plus importante ne serait pas la formation des galaxies et des étoiles, mais bien la Genèse des grosses molécules, ces cellules, puis celle des êtres vivants.”

“la matière passe d’états plus simples et moins conscients à des états plus compliqués physiquement— chimiquement parlant et psychiquement plus intériorisés, donc plus conscients.”
Comment expliquer ce mouvement et à quel facteur l’attribuer ? A quelle espèce d’énergie nous est-il possible de l’attribuer ?. C’est bien là la clé du mystère.
Teilhard dit qu’“il est inconcevable que le seul jeu des chances puisse donner naissance à la moindre1ignée d’arrangements.”
Il n’y a sans doute ni probable, ni improbable. Il n’y a qu’une nécessité. Il le répète un peu plus loin :
“Ce n’est pas de la fiction, mais une nécessité.” Teilhard définit à nouveau le goût de vivre
“Le goût de vivre, en dernière analyse, serait le ressort de fond qui meut et dirige l’Univers sur son axe principal, qui est celui de la complexité / conscience ...“
C’est tout à fait admissible !

Il insiste un peu plus loin, il “enfonce le clou”
le “Goût de vivre ... est le facteur essentiel pour la réussite de l’Univers.”
Le goût de vivre débute à l’origine de la vie (vie végétale et vie animale). Finalement, le goût de vivre est une nécessité, faute de quoi l’Evolution s’arrêterait, ce qui n’est pas vraisemblable.
Si l’Evolution de l’Univers a un sens, si -je le répète- elle répond à une nécessité, le rôle des religions n’est probablement pas plus utile que la foi en la Science pour perpétuer le goût de vivre.
La Science et la Religion sont deux voies différentes pour contribuer à cette Evolution.
Un exemple, parmi tant d’autres, de4oût de vivre si vivace. Nelson Mandela, après avoir passé 7 ans en prison, est devenu un acteur irremplaçable pour l’Humanité, alors qu’il aurait dû (pu ?) être détruit par cette épreuve.

Plus concrètement, je cite, parmi d’autres, les principales manifestations du goût de vivre

-l’élan vital (l’instinct de conservation”?)
-la santé physique et morale
-le besoin de se sentir utile pour les autres, pour l’Humanité et, plus inconsciemment sans doute, pour le Cosmos.
-la recherche : fruit du fonctionnement de notre cerveau,
-le sens de l’Espèce : choix utile des découvertes technologiques favorables à la sauvegarde de notre environnement,
-la curiosité, le vif intérêt pour le devenir du Monde, avec une forte tendance à l’anticipation du futur, sans oublier que l’Humanité n’est qu’un maillon dans la chaîne de l’Evolution.

Que quelques personnes perdent le goût de vivre, en raison de la maladie, physique ou mentale (ruine psychique) ou de la vieillesse, ce n’est sans doute pas très grave : il s’agit de cas isolés, mais la perte généralisée du goût de vivre est susceptible d’engendrer la fin de l’Humanité .
La fin de l’Humanité ? par quoi pourrait-elle être remplacée ? Pour que se poursuivre, selon les termes de Teilhard de Chardin, “l’oeuvre évolutive vers la complexité ? Quelque Ultra-Humain, “ne pouvant se construire qu’avec de “Humain”, nouveau maillon nécessaire de l’Evolution.
Mystère !!! Ultime point d’interrogation

Lundi 12 Avril 2010 17:03