Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin


Recherche






Jean-Pierre GIROUD / La nostalgie du front.
Notre auteur est inquiet; en ces années de guerre il fait part à sa cousine de l’état étrange qui l’habite, nous sommes en aout 1917. Il a peur que la nostalgie de la guerre, l’imprègne pour longtemps. Il veut comprendre ce sentiment qu’il sent réel en lui, qui l’étonne.
Il va clarifier ses pensées et s’ expliquer dans ce chapitre.
Dimanche 29 Novembre 2015 08:59

Claude Guyot / La nostalgie du front
Monsieur,
Je viens de lire ce texte que vous intitulez La Nostalgie du Front. L'introduction est superbement écrite. Ce paysage que vous sublimez nous enchante par son calme, sa plénitude, sa lumière. C'est beau. C'est mystico-romantique.
Et je bute soudain sur "la ligne sacrée des levées de terres et des éclatements..." Vous vous interrogez vous-même sur les propriétés de cette ligne fascinante et mortelle.
Dimanche 29 Novembre 2015 08:57

L'Esprit soufflant où il veut, ce texte témoigne de la convergence des pensées de Zundel et de Teilhard... ce que vous avez certainement observé.


LE GÉNIE DE LA PRIÈRE D’APRÈS MAURICE ZUNDEL

LE GÉNIE DE LA PRIÈRE D’APRÈS MAURICE ZUNDEL
(page 55 du livre L’EVANGILE INTÉRIEUR de 1991
Lundi 23 Novembre 2015 11:44

Les Aumôniers héroïques dans l'enfer de la guerre 14 - 18


Les Aumôniers héroïques dans l'enfer de la guerre 14-18
Pour illustrer le thème de travail du groupe Teilhard de LYON, "Écrits du temps de la guerre", voici le lien du podcast de KTO : http://www.dailymotion.com/video/x2a4oml_les-aumoniers-heroiques-dans-l-enfer-de-la-guerre-14-18_tv
 
Vendredi 13 Novembre 2015 17:36

exercice de réflexion pour novembre
Après de multiples lectures de ce chapitre, j'ai opté pour ne citer aucune phrase sur le sujet de Teilhard par crainte d'en déformer le sens profond en sortant une citation de son contexte (à la fois historique et teilhardien) duquel on ne peut pas la détacher sans trahison.


Lutte de Jacob avec l'ange, par Delacroix
Lutte de Jacob avec l'ange, par Delacroix
Il suffit d’observer avec quelle violence peuvent œuvrer des forces de destruction et de haine pour se persuader que des forces antagonistes de vie, d’amour et de beauté soient aussi à l’œuvre. Pour faire simple je dirais que si on croit au diable, on ne peut que croire également en son contraire, Dieu. Telle est la loi de la dualité dans la matière.

Le niveau spirituel de Teilhard lui confère une vision au-dessus de la portée du vulgum pecus ; vision-refuge exacerbée dans un paroxysme d’ horreur sur le front de la guerre de 14/18. Oui, il est hautement probable que l’humanité soit « manipulée » comme des pièces de jeu d’échec par des forces invisibles que Teilhard, lui, perçoit, témoin du combat de Jacob avec l’Ange de Dieu (Genèse, chapitre 32). Le corps à corps dura toute une nuit et le vainqueur fut Jacob.

- Lucifer aurait-il revêtu ses apparences les plus séductrices quand Teilhard écrivit ces lignes à haute présomption d’incompréhension ? - Difficile, pour lui aussi, d’échapper aux extensions possibles, ambigües et perverses, entre bourreau et victime . Dans la suite de ses écrits au cours de sa vie, Teilhard exposera de manière moins « à chaud » l’existence des rapports antagonistes entre forces spirituelles.
Mardi 10 Novembre 2015 11:13

Écrits du temps de la guerre


Marcel COMBY /   LA NOSTALGIE DU FRONT (Pages 169 – 184)
Ce titre peut paraître tout-à-fait incongru face aux souffrances et aux désastres laissées par la première guerre mondiale. En réalité, le récit de Teilhard représente une métaphore qui entre dans le cadre de la condition humaine et en particulier de la dualité : douleur – plaisir. Lorsque tout homme vit physiquement et moralement une situation violente et douloureuse, son esprit se trouve projeté dans un autre monde d’idées et de sensations, dans un autre cadre de vie. Vivre certaines expériences fortes n’a cependant pas toujours les mêmes conséquences et pour Teilhard cette expérience du feu est, semble-t-il, très positive. Elle lui fait entrevoir certaines faces sublimes d’une réalité qui reste cachée pour tous ceux qui vivent dans un monde banal au sein duquel il ne se passe rien.
Mardi 10 Novembre 2015 10:03

"Ecrits du temps de la guerre" Réflexion pour octobre


Jean-Pierre GIROUD / Le Milieu Mystique
Dans ce chapitre l’auteur expose des pensées qui lui tiennent vraiment à coeur. Imprégné de mystique il désire en faire connaitre « tout le réalisme », ce sont ses paroles.
Ses réflexions apparaissent pour beaucoup comme un non sens, une non-existence; il le pressent. Il en dit toute la difficulté, l’écrit à sa cousine Marguerite Teilhard.
Jeudi 5 Novembre 2015 06:57