Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin


Recherche






Galerie

selon Pierre Teilhard de Chardin (TDC)
dans « le phénomène humain », collection sagesses, p. 159-187
Catherine Godinot


Catherine Godinot / La Naissance de la Pensée
En analysant l’apparition de la Vie sur terre et son expansion, TDC a conclu que l’homme « est un animal comme les autres » (p.160). La Biologie explique sa structure et certains mécanismes de sa physiologie. Cependant, cela ne suffit pas à comprendre comment l’évolution a permis d’aboutir à la naissance de la pensée. Si le dehors des choses est accessible à l’observation, il faut tenir compte du dedans des choses pour aller plus avant. Au cours de l’évolution, la Vie se transforme pour accéder au pouvoir de réfléchir. L’animal peut être doué de multitudes de formes d’instinct considérées par certains comme « une sorte de sous intelligence. Pour le cartésien, la pensée seule existe ... et l’animal dépourvu de tout dedans n’est qu’un automate. Pour la plupart des Biologistes modernes..., rien ne sépare nettement instinct et pensée » (p.165). Chaque forme d’instinct correspond à une particularité de la Vie que tel ou tel animal utilise. Ainsi, les abeilles utilisent leur intelligence travailleuse pour organiser la vie dans la ruche, en élevant les jeunes, en fabricant leur nourriture et en stockant des réserves. Ce sont des animaux qui, non seulement, vivent ensemble mais coopèrent pour la réussite d’un projet de vie, comme le feraient les hommes grâce à leur intelligence. Les araignées chassent en tissant leur toile pour attraper leur proie mais ne stockent pas leur nourriture. L’écureuil cache ses réserves de graines collectées pendant la belle saison pour les retrouver l’hiver venu.
L’homme peut être considéré comme transcendant par rapport aux autres animaux mais il ne représente qu’un terme de plus dans la série animale. « De la cellule à l’animal pensant, comme de l’atome à la cellule, un même processus se poursuit, toujours dans le même sens » (p. 165-66).
Pour que l’homme atteigne le pas de la réflexion, il a fallu qu’un certain nombre de conditions simultanées aient pu avoir lieu. Par exemple, c’est parce que l’homme était devenu bipède que ses mains ont pu lui permettre de prendre sa nourriture et de diminuer le besoin de disloquer cette nourriture avec des muscles faciaux très puissants qui enserraient le cerveau et l’empêchaient de se développer. La taille du cerveau augmente en effet à partir du moment où les singes deviennent bipèdes. Si le passage à la réflexion est vraiment une transformation critique, elle n’a pu se faire que d’un seul coup. « L’accès à la Pensée représente un seuil qui n’a pu être franchi que d’un seul pas » (p. 168). « Après le grain de Matière, après le grain de Vie, voici le grain de Pensée » (p.169). « L’hominisation est le passage instantané de l’instinct à la Pensée » (p.177) . L’Homme sait et il sait qu’il sait tandis que l’animal ne sait pas qu’il sait mais peut-être capable de confectionner des objets utiles et d’utiliser des outils pour se nourrir ou se défendre. « Par l’hominisation, c’est un âge nouveau qui commence » (p,179). Parmi les échelons gravis au cours de l’évolution, la naissance de la Pensée n’est comparable qu’à l’apparition même de la vie.
« Dans le monde, l’homme est entré sans bruit.... L’espèce humaine n’a rien ébranlé dans la Nature au moment de son apparition » (p.181). Cependant le premier homme ne semble pas pouvoir être unique. Il doit plutôt s’agir d’une foule d’hommes qui vivaient en groupe, qui faisait du feu. Ce que nous aimerions savoir, c’est précisément ce qui s’est passé au cours d’un premier millier d’années. A quoi ont pu ressembler nos premiers grand- parents? Pour certains scientifiques, l’Homme a dû commencer simultanément en plusieurs endroits le long d’une zone subtropicale de la Terre qui auraient ensuite fusionné génétiquement quelque part en dessous de la Réflexion (p.184). Mais TDC fait plutôt l’hypothèse que les fibres qui ont fusionné sur l’arbre de la vie devaient être très proches (p.185). De toutes façons, TDC pense que l’homme a dû émerger « d’un tâtonnement général de la Terre ». « Pour saisir l’ampleur du phénomène humain, il est nécessaire d’en suivre les racines à travers la Vie et d’observer ce qu’elle annonce en avant « p.187 ».
 
 
Mercredi 20 Juin 2018 17:21

d'après le chapitre "La Pensée" du PHENOMENE HUMAIN


Christiane Latraiche / LA  PENSEE
Teilhard parle souvent de conscience dans ses écrits et particulièrement dans ce chapitre .

« Pour que tous soient UN comme vous mon père, vous êtes en moi et moi en vous , pour que eux aussi ils soient un en vous afin que le monde croie que vous m’avez envoyé . »(St Jean)
L’Esprit Saint est lieu de convergence spirituelle entre Dieu et nous. Un tel dialogue n’est pas humain , un impératif domine la volonté de Dieu dans sa propre trinité .
Teilhard invite à intensifier le courant de prière. Cette prière commune alimentée par la parole de Dieu est une source inépuisable où les chrétiens de toutes confessions peuvent venir se désaltérer ensemble dans le respect et l’amour mutuels; chacun conservant son identité propre tout en respectant celle des autres

La conscience : Le sens psychologique est la connaissance ,l’intuition ou le sentiment qu’un sujet possède de lui-même de ses états et de ses actes . Le sens moral est la capacité de formuler des jugements moraux sur le bien et le mal .

Par la conscience le monde devient objet de connaissance et de réflexion . Elle permet à l’homme de répondre de ce qu’il est . Ceci l’élève au dessus de l’animal . « L’ animal sait bien entendre ,mais il ne sait pas qu’il sait. »
Qui dit conscience dit toute remise en question des perceptions , des opinions et des jugements. Le doute a pour but d’aboutir à la découverte d’une vérité fondatrice indubitable et certaine à partir de laquelle la science et la connaissance pourraient être refondées .
Les sens peuvent être trompeurs ,les pensées aussi ,comme celles qui ne procèdent pas de l’expérience et sont dans notre esprit . Mais il faut bien qu’un être les y ai mises . Douter de ces vérités , c’est donc nécessairement poser l’hypothèse de l’existence de Dieu . Pour douter il faut penser et pour penser il faut être soi. Kant présente la conscience comme une fonction nécessaire de la pensée mais ne donne pas la connaissance de ce que nous sommes .
Chez Bergson la conscience est une chose concrète c’est à dire une réalité dont nous faisons l’expérience à chaque instant, elle accompagne chacune de nos perceptions et chacun de nos actes .La conscience est le lieu dans lequel les évènements s’impriment. Etre conscient signifie être capable d’effectuer le lien entre un évènement présent et un évènement passé Elle est aussi tension vers l’avenir et relation au monde .
Bergson dit « La conscience est la puissance de choix . »

Pour Teilhard : « La conscience n’étant rien moins à son tour ,nous le savons maintenant que la substance et le sang de la vie en évolution . »
 
Samedi 26 Mai 2018 09:26

Les Directions de l'Avenir


Nouvelle chaîne YouTube "NOOSPHÈRE PLUS"
Dans le cadre de l'association nationale des "Amis de Pierre Teilhard de Chardin, nous avons le plaisir de vous présenter la chaîne YouTube NOOSPHÈRE PLUS.
https://www.youtube.com/channel/UCQifW32y439swtCxckzL-5g

Régulièrement des vidéos de 3 à 5 min seront mises en ligne. Celles-ci seront généralement associées avec une conférence ou une discussion plus complète.
 
Abonnez-vous et  demandez à recevoir les notifications !
Lundi 21 Mai 2018 10:09

Le sujet de ce mois mérite d’être développé. J’en ai donc fait un résumé en me référant aux travaux du Père Brune qui associent science et spiritualité

François Brune, né le 18 août 1931 à Vernon dans l'Eure, est un prêtre catholique français. Il est auteur de nombreux ouvrages concernant la théologie, la spiritualité, la vie après la mort et le paranormal en rapport avec la foi catholique.


Marcel  Comby / LA SURVIE   Chapitre I : L’ISSUE COLLECTIVE (LE PHENOMENE HUMAIN)
Les problèmes actuels liés à l’augmentation du nombre des Terriens dans les années à venir et à l’évolution due au réchauffement climatique, conduisent l’homme à envisager une migration vers des terres inconnues : la lune, la planète Mars et même une exo planète. La technologie le permettra sans doute. La notion de Noosphère épousant exactement la rotondité de la Terre deviendrait donc obsolète. La survie de l’humanité devrait donc être pensée selon des critères de nature cosmique et universelle.
 
Jeudi 17 Mai 2018 15:56

chapitre extrait du livre "LE PHENOMENE HUMAIN"


Christiane Latraiche /  LA NOOSPHERE,
Selon la définition d'internet la noosphère se présente comme un ensemble organiquement articulé trahissant manifestement un phénomène de croissance. La noosphère est la dernière des nombreuses étapes de l,évolution de la biosphère dans l'histoire biologique. L'itinéraire de cette évolution commence seulement à nous apparaître plus clairement à travers l'étude du passé géologique de la biosphère . La noosphère développée paTTEILHARD connait aujourd'hui un deuxième souffle avec internet
Mercredi 9 Mai 2018 12:43

selon le chapitre du PHENOMENE HUMAIN de Teilhard de Chardin


Marcel COMBY / Le déploiement de la noosphère / Les dernières avancées en paléontologie
L’histoire de la paléontologie a débuté par la curiosité que les hommes ont éprouvée lors de la découverte de fossiles pétrifiés dans le sol. Cela date de l’Antiquité. Cependant la paléontologie dans le sens moderne, basée sur des méthodes scientifiques, n’a connu un véritable essor qu’à partir du début du XIXe siècle. La prise de conscience de la nécessité de cette discipline nouvellement baptisée « paléontologie » en 1822 s'est produite progressivement et conjointement avec l'avènement de la théorie de l'évolution des espèces (se rapporter à Lamarck et Darwin). Puis à l'époque où la paléontologie française n'était encore qu'une science annexe de la géologie, le Père Teilhard de Chardin lui apporta une dimension nouvelle et une méthode d'étude révolutionnaire par son aspect évolutionniste. Pour lui en effet, le mot évolution n'était pas seulement un terme biologique, mais également une méthode historique d'étude des êtres vivants. C'était, en d'autres mots, retracer l'histoire de la vie. En outre, pour Teilhard, l’apparition de l’homme marque la naissance de la Noosphère. Mais depuis Teilhard, s’est écoulé un temps durant lequel les scientifiques ont mis leur savoir au service de la recherche en paléontologie.
Lundi 19 Mars 2018 09:00

« le phénomène humain », La naissance de la pensée


Marcel Comby / La pensée
Toutes nos pensées créent ce qui est notre réalité d’être humain et contrôlent notre univers mental. Elles accompagnent le regard de notre esprit.
 
     Dans son livre : Le Phénomène Humain (Chapitre  p 179) Pierre Teilhard de Chardin aborde l’étape la plus spectaculaire de l’Evolution, à savoir la naissance de la pensée. D’abord, ce qu’il considère comme un paradoxe, est le fait que d’une part l’être humain diffère morphologiquement  très peu de l’animal et que, d’autre part, le même être humain est né d’une véritable métamorphose dans le chemin déjà vertigineux emprunté par les sphères mouvantes de la Vie. En fait, selon Teilhard, le Pas de la Réflexion est le pouvoir acquis par une conscience de se replier sur soi et de prendre possession d’elle-même de sorte que la connaissance de l’environnement est doublée de la connaissance de sa propre faculté de connaitre. Les conséquences en sont immenses : c’est un autre monde qui naît écrit Teilhard. On peut donc parler de l’apparition  d’un Univers de la Pensée ! A ce stade de l’Evolution, la Vie s’est comme transformée en profondeur.
 
Mercredi 14 Mars 2018 10:50

chapitre extrait du PHENOMENE HUMAIN / Demeter


Christiane Latraiche / L'importance de la transmission
La transmission fait partie intégrante de l’évolution, aussi bien chez les humains que chez les animaux ,pour ces derniers nous parlerons plus de transmission que d’évolution.
Il n’ a jamais été aussi important de transmettre, ce qui est le travail de tout un chacun . La tendance de la société actuelle est de mettre de côté les anciens ,les rapports familiaux changent ainsi que la relation famille/école ,l’individualisme triomphe . Aller de l’avant est important sans faire abstraction des repères anciens mais, au contraire, de s’en servir comme d’un tremplin .
Transmettre est consubstantiel à la nature humaine ,qu’il s’agisse de la vie que l’on donne ,du savoir que l’on partage ,des rites et des croyances que l’on diffust oralement ou par écrit. Le niveau intellectuel global des familles et de la société a progressé ,informations et savoirs circulent de toute part . Dans les années à venir un métissage croissant de différents modes d’enseignements ,les formes traditionnelles à coté des pratiques nouvelles se développeront,demandant beaucoup de discernement .

« L’évolution des mammifères. »
La morphogenèse et l’origine des coaptations (ajustement immédiat et parfait de deux organes d’un même individu) : le biologiste et généticien CUENOT pensait qu’une forme de conscience des besoins ,une sorte de démon organisateur était à l’origine de ces formidables outils qui ne devaient rien au hasard tesl le bouton pression de la carapace du crabe et les canules perforées de côté injectant un liquide toxique paralysant chez les araignées et les scorpions . L’évolution des mammifères risque de se dégrader sans efforts importants et sans réorientation des priorités .En effet les lieux où les mammifères sont le plus menacés ne sont pas ceux où les politiques de protection sont aujourd’hui les plus actives et les zones protégées pourraient ne pas être suffisantes pour atténuer les pertes .
La transformation des espèces évoluera au fil des années sans jamais pouvoir vraiment entrer dans une catégorie historique épistémologique tel que le darwinisme le suggérait , d’où l’ambiguïté .Un animal est au bout de quelques mois ce qu’il sera toute sa vie .Les sociétés animales sont rigoureusement immuables . L’animal est de part en part programmé par la nature .

« Les Primates . »
Ils représentent le phylum de pure et directe cérébralisation . Ils consomment quotidiennement 50% de calories en moins que les autres mammifères .Ce métabolisme lent expliquerait pourquoi les humains et les autres primates grandissent lentement et vivent mieux . La mise en place des différents caractères propres à l’homme s’est faite sous l’action de l’évolution darwinienne et est toujours en action à l’heure actuelle.

« L’INDIVIDU »
Teilhard dit « Pour arracher l’individu à sa paresse naturelle …… »
Tout au long de sa vie l’être humain a à faire des choix qui le font évoluer .Il n’y a pas de hasard mais des chances que la vie lui propose . « Avec l’âge les qualités et les défauts se développent . »C’est ainsi que certaines personnes deviennent agressives ,aigries et d’autres tout amour selon le chemin qu’elles ont choisi .
« Ne pas chercher par le dehors ce qui se trouve à l’intérieur de nous . » Teilhard invite à nous intérioriser ,à développer le perfectionnement de notre cerveau . Il y a en nous une faculté de se perfectionner qui réside autant dans l’individu (c’est le rôle de l’éducation) que dans l’espèce ( c’est le domaine de la culture et de la politique) et ne pas oublier la réflexion .
Habiter son corps ,c’est sentir le corps intérieur ,sentir la vie en nous et découvrir que nous somme autre chose au-delà de la forme extérieure. Le mental veut toujours catégoriser ,comparer ,accaparer toute notre attention ,alors nous sommes coupés de notre être. Il est important d’être profondément enraciné . Si nous sommes contrôlés par le mental c'est-à-dire par l’égo nous prenons part à la folie collective . Pour devenir conscient l’homme doit se réapproprier sa conscience au détriment du mental « Bienheureux les pauvres d’esprit ... » .Une connaissance vivante ancienne et pourtant toujours nouvelle est ainsi réactivée et libérée dans chacune des cellules de notre corps.

L’homme doit pour ainsi dire s’inventer lui-même ,s’éduquer et se perfectionner sans cesse ,sans autres limites que celle de sa vie , telle est sa liberté.
Au fil d’une autre histoire ,celle de l’évolution ,il a acquis cette capacité à être libre .
 
Dimanche 25 Février 2018 14:56

« le phénomène humain », collection sagesses, p. 95-135


Catherine GODINOT / L'EXPANSION DE LA VIE
Commentaire par Catherine Godinot

       La Vie est apparue une seule fois sur notre terre dans un océan primitif. Les fossiles les plus anciens connus sur terre, des protoplasmes, ressemblent aux bactéries que nous connaissons aujourd’hui et datent d’environ 3,5 à plus de 4 milliards d’années.  Une soupe primitive contenant des composés organiques simples se sont ensuite combinés pour former des composés plus complexes, ce qui a finalement conduit à la vie. Pour que la Vie ait pu ainsi apparaître, c’est sans doute parce que la terre se trouvait à ce moment-là dans une situation privilégiée qui favorisait l’édification des premiers organismes vivants connus, des protoplasmes.. Cette situation a très peu de chances de se renouveler, sauf, peut-être artificiellement (p.93) . En effet, à partir d’eau, de méthane, d’ammoniac et d’hydrogène, Miller-Urey et ses collègues [Shapiro, R, Origins: a skeptic’s guide to the creation of Life on Earth. Bantam books 1987(o671-45939-2) p. 110] ont en effet observé la formation d’acides aminés, de sucres, des lipides, de composants des acides nucléiques mais pas d’ADN ou d’ARN entier. En 2009, L’équipe de Sutherland réussit à synthétiser des nucléotides dans les conditions plausibles d’une atmosphère prébiotique. [Matthew et al., Synthesis of activated pyrimidine ribonucleotides in prebiotically plausible conditions; Nature 2009, 459:239-242]. A partir de ces éléments, des gènes et des protéines essentiels pour le fonctionnement de la vie se sont formés et la vie a évolué pour donner naissance à des espèces de plus en plus perfectionnées. Les gènes essentiels au fonctionnement de la Vie se retrouvent très similaires dans ces différentes espèces.
 
Mercredi 21 Février 2018 09:16

MARCEL COMBY


L’homme et son rapport au monde au début du XXe siècle
    Dès la fin du XIXe siècle s’opéra en Europe un grand bouleversement culturel
du à de nouvelles visions du monde et en particulier au transformisme. Cette théorie s’opposait alors au fixisme, système de pensée qui perçoit le monde selon une conception figée des choses. Citons alors l’avènement du créationnisme aux U S A. Dieu a créé le monde à un certain moment de l’histoire puis s’en est retiré laissant à la nature et à l’homme le soin de se gérer de manière parfaitement autonome.
Mercredi 17 Janvier 2018 16:42

1 2 3 4 5 » ... 74