Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin


Recherche






Galerie

MARCEL COMBY


L’homme et son rapport au monde au début du XXe siècle
    Dès la fin du XIXe siècle s’opéra en Europe un grand bouleversement culturel
du à de nouvelles visions du monde et en particulier au transformisme. Cette théorie s’opposait alors au fixisme, système de pensée qui perçoit le monde selon une conception figée des choses. Citons alors l’avènement du créationnisme aux U S A. Dieu a créé le monde à un certain moment de l’histoire puis s’en est retiré laissant à la nature et à l’homme le soin de se gérer de manière parfaitement autonome.
     La, ou plutôt les doctrines transformismes s’appuient sur la notion d’évolution et on les trouve chez divers penseurs de l’époque suivant des modalités diverses. Je pense à Lamarck, Darwin, Saint-Hilaire et bien sûr Teilhard de Chardin qui, contrairement aux autres, exprima sa pensée de manière cosmique. L’univers et l’homme sont élément d’un Tout dont l’évolution suit une règle d’orthogénèse déjà présente chez Bergson.                          
    On distinguera donc deux paradigmes ou deux modèles de vision du monde :
 
  • Le modèle laplacien qui précède le XXe siècle. C’est un modèle mécaniste, déterministe,  précis, stable, immuable. La spiritualité se confond très souvent avec la pratique d’une morale de type juridique.  La pratique religieuse doit obéir à des principes rigides. Dieu est avant tout un juge. Matière et Esprit sont considérés comme des réalités juxtaposées.
  • Le dehors et le dedans des choses sont deux mondes bien séparés.
 
  • Le modèle induit par la physique moderne qui  apparait avec Einstein et Heisenberg, un des fondateurs de la mécanique quantique.
     Il apporte une véritable révolution culturelle aussi bien dans le domaine scientifique que dans les arts tels que la peinture (les impressionnistes) et la musique atonale. L’espace n’est plus tridimensionnel et le temps n’est pas une entité séparée. La physique quantique a démantelé les notions classiques d’objets solides et de lois de la nature strictement déterministes. L’exploration de l’atome nous ouvre vers des réalités imprévues portant sur la notion de vide et celle de non séparabilité.  La matière se comporte comme un réseau serré de relations complexes entre les différentes parties d’un tout.
La conception du monde réel est essentiellement organique et dynamique.
C’est dans ce contexte de nouveauté qu’apparait Teilhard de Chardin.
     Teilhard de Chardin pense que l’évolution ne s’est pas terminée avec nous, mais que nous faisons partie d’un processus cosmique continu qui demande notre engagement. Je pense que la physique moderne nous a ouvert un horizon selon lequel notre identité d’homme n’est pas seulement soumise à une morale ou à des idéologies contraignantes, mais à un travail sur nous-même fondé sur une certaine idée de notre place dans le cosmos, sur une sagesse et une coopération fondées sur une vision optimiste de la condition humaine.  Celle-ci s’inscrit dans le cadre de l’harmonie universelle qui est beauté, ordre, répétition et rythme. Alors justement notre participation à une cosmogénèse du monde doit être au diapason de sa merveilleuse organisation.
Mercredi 17 Janvier 2018 16:42

La notion d’évolution selon la vision de Teilhard de Chardin


Marcel Comby / La notion d’évolution selon la vision de Teilhard de Chardin
Teilhard fut un précurseur dans l’étude des systèmes complexes qui traitent des relations entre leurs composants et de l’architecture de ces relations. Il pensait comme Aristote que « Le tout est plus que la somme des parties ».                   
Le modèle qu’il propose se vérifie, en fait, en amont avec la notion de Cosmo genèse et en aval avec celle de Noogénèse. Le fait de l’évolution fait apparaître une généalogie des êtres vivants mis en relation de manière logique et organisée.
Dimanche 19 Novembre 2017 10:24

« le phénomène humain », collection sagesses, p. 65-94 /Teilhard de Chardin


Catherine GODINOT / Apparition de la Vie
La réponse à la question de savoir quand, où et comment la vie est apparue sur terre reste encore incertaine malgré les efforts de chercheurs dans plusieurs disciplines. Dans le précédent chapitre du phénomène humain, TDC décrit « la terre juvénile » apparue il y a au moins 4,56 milliards d'années, TDC s'est donc d'abord intéressé à la naissance de la terre. Il fallait bien sûr que la planète terre soit vivable pour permettre la vie de l'homme mais aussi celle de toutes les créatures existant dans le monde. Il pense que la terre probablement entourée d'une nappe aqueuse ne contenait que des agrégats inertes. A un moment donné, inconnu pour lui, ces eaux « ont commencé à grouiller d'êtres minuscules ». C'était « le commencement d'un ordre nouveau ».
Vendredi 20 Octobre 2017 14:07

Marcel Comby /  La notion d’évolution selon la vision de Teilhard de Chardin
Teilhard fut un précurseur dans l’étude des systèmes complexes qui traitent des relations entre leurs composants et de l’architecture de ces relations. Il pensait comme Aristote que « Le tout est plus que la somme des parties ».Les concepts nouveaux qu’il forgeât en son temps ne furent vraiment compris que bien plus tard. Le modèle qu’il propose se vérifie, en fait, en amont avec la notion de Cosmo genèse et en aval avec celle de Noogénèse. Le fait de l’évolution fait apparaître une généalogie des êtres vivants mis en relation de manière logique et organisée.
Le processus de l’évolution suppose l’existence de principes et de lois spécifiques. Ainsi, avec Darwin, apparait le principe de « sélection des plus aptes ». Mais il faudra attendre les découvertes de la génétique pour croire pouvoir expliquer par le hasard des mutations génétiques l’origine de ces dits : « plus aptes » qui seront ensuite triés par le filtre de la sélection naturelle. Il s’agit d’une théorie néo-darwinienne de l’évolution sacralisée par Jacques Monod dans son célèbre ouvrage : « Le hasard et la nécessité ».
Dimanche 1 Octobre 2017 20:02

Le phénomène humain, chapitre 1


Marcel PRADINES  /  LA TERRE JUVENILE
« Dis Papy, on m'dit que la terre elle est née en 6 jours ,tu y crois toi ? »
« Mon petit ,je vais te raconter une belle histoire,écrite par un grand penseur, Teilhard de Chardin, et le titre de son livre est « le phénomène humain »

Écoute bien ,car c'est incroyable , prodigieux ,fantastique, une merveilleuse histoire dont je vais te raconter le premier chapitre ,il s'intitule "La terre juvénile".
 
Dimanche 24 Septembre 2017 09:37

"LE PHENOMENE HUMAIN", la Prévie, chapitre 3


Marcel COMBY / LA TERRE JUVENILE
La terre juvénile représente pour Teilhard le substrat matériel sur lequel va germer la Vie. Notre paléontologue insiste sur le fait qu’il existe un Dehors de la matière, celui que nous voyons et que nous savons transformer physiquement, et un Dedans invisible et mystérieux qui a valeur de psychique et de conscience.

Energie et matière : Ces deux notions sont de nature universelle

 
Jeudi 31 Août 2017 10:51

Pour contacter l'Association culturelle MARCEL LEGAUT : http://www.marcel-legaut.org/


Editorial sur  Marcel LEGAUT
Il y a peu, j'ai découvert sur les ondes le nom et la biographie de Marcel LEGAUT. Je fus d'autant plus intéressée que son nom était associé à Teilhard de Chardin, à la campagne du Diois que j'ai parcouru en solitaire, un peu comme une chèvre sauvage, attendant le retour glorieux des "varapeurs" qui escaladaient quelque somptueuse falaise locale. Je vous transmets donc un article écrit par Thérèse de Scott . Puissiez-vous être poussés par l'Esprit vers le gîte de l'Abbaye de Valcroissant et ce pays béni des dieux !
Anne-Marie Tisserand


http://www.marcel-legaut.org/
Lundi 26 Juin 2017 10:05

LA PRÉVIE


Marcel COMBY / LE DEDANS DES CHOSES
     Teilhard de Chardin, étudiant, en tant que paléontologiste, l’évolution de l’infiniment petit, fut conduit à conjecturer qu’il existait une sorte de psyché qu’il nomma le Dedans des choses. Il y aurait donc, selon lui, dès le niveau corpusculaire élémentaire (proton, neutron, électron) un aspect extérieur (le Dehors des choses) susceptible d’être décrit et analysé par notre physique habituelle, et aussi un aspect intérieur irréductible à l’aspect matériel seul.
     Ce Dedans des choses aurait été, d’après Teilhard, le moteur capable d’édifier les premières structures vivantes. Cependant le passage du corpuscule élémentaire, même avec son Dedans, à la structure vivante plus complexe, telle qu’une cellule, marque le franchissement d’un seuil, avec des variations quantitatives et aussi des variations qualitatives des propriétés du Dedans. Entre le Vivant formé d’un assemblage de cellules (comme le végétal ou l’animal) et l’Homme, il y aurait notamment le franchissement d’un nouveau seuil, avec la naissance de la pensée humaine, pointe actuelle de l’évolution. Teilhard suggère que, dans un futur qui s’inscrit dans un au-delà de la prévie, il y aurait un phénomène pensant toujours en progrès : on irait vers une sorte de psychisme total que Teilhard appellera : Noosphère où sphère de la pensée pour notre terre, avec une convergence finale à l’échelle de l’Univers entier vers un certain point Oméga que Teilhard identifie au Christ.
 
Samedi 24 Juin 2017 10:02

1er chapitre du PHENOMENE HUMAIN


Anne-Marie Tisserand / LE DEDANS DES CHOSES
Selon Teilhard, " En chaque élément particulaire, l’énergie fondamentale se divise en deux composantes " :

1-Le dedans des choses : est le fruit de l’ENERGIE RADIALE « qui attire ces éléments dans la direction d’état toujours plus complexe et centré, une ENERGIE d’EVOLUTION »

Au dedans des choses correspond un dehors des choses, globalement, pour faire simple, mais ce doit être certainement plus compliqué que ça .

2- Le dehors des choses est un lieu d’ENERGIE TANGENTIELLE « qui rend chaque élément solidaire de tous les éléments du même ordre, c'est-à-dire de même complexité et de même centréité que lui-même ; il s’agit d’une ENERGIE de LIAISON ».
Vendredi 23 Juin 2017 08:16

1° chapitre sur la prévie dans le phénomène humain de Teilhard de Chardin


Catherine Godinot / Evolution de la Matière depuis son état élémentaire

L'étoffe de l'univers est constituée d'un dehors matériel des choses et d'un dedans sur la face interne, conscience spirituelle des choses.
L’histoire de l’Univers devient celle de l’émergence de l’homme, qui en est le sommet observable. C'est le phénomène essentiel de l’Univers par le degré supérieur de complexité et de conscience qu’il représente. Ce phénomène est le reflet de la nature de l’Univers. L’étoffe de l’Univers, l’étoffe cosmique, atteint son plus haut degré de réalisation en et par l’homme.

Une interprétation scientifique générale de l’Univers doit couvrir aussi bien le dedans que le dehors des choses, l'esprit autant que la matière». L’homme constitue l’ «axe» et la « flèche de l’Evolution ».
L’Univers évolue, à travers l’homme et l’humanité, en cheminant, à partir de l’atome primitif , vers un point dénommé Oméga.
Mercredi 21 Juin 2017 15:18

1 2 3 4 5 » ... 74