Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Réflexion proposée pour réunion du 24 février 2012


Sur la quinzaine de citations proposées, extraites du chapitre 3, j’en ai traité 6, de manière quasi spontanée et subjective. C’est d’ailleurs ce qui nous a été demandé par notre président. Ce petit "état des lieux" avant travaux n'est pas inutile et je ne doute pas que l’étude de ce tome 10 va nous faire aller de l’avant.

Page 42 :" Le Créateur n’a pas le champ aussi libre que nous le supposons, Il a devant Lui d’énormes difficultés à surmonter et des risques aussi grands à éviter".

Sortie de son contexte, cette phrase (qui n'est qu'une étape de réflexion de l'auteur) pourrait bien fabriquer des idoles en tous genres car elle ne répond pas au besoin vital d’absolu de l’être humain. La nature ne donnant rien d’inutile, en écho à cet appétit d’absolu, LA réponse doit certainement exister : Un Dieu ne serait pas Dieu s’Il n’était pas Bien souverain, Sagesse et Intelligence, Toute Puissance indépendante, le « Je suis Celui qui Suis » (Exode 3 /14) ou encore El Houssoul, la Présence, comme disent les musulmans.

Si Dieu semble impuissant et limité, c’est que, individuellement et collectivement, nous ne savons pas lui laisser assez de place ("Père, pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu'ils font").

L’homme a le pouvoir temporaire de diminuer en lui la présence divine, de la défigurer, de l’ignorer et même de la rejeter. Serait-ce là que résiderait la vraie liberté ?
- Comme si l'incommensurable différence de nature entre Dieu et sa créature ne suffisait pas.
-Comme si cet appétit d'absolu pouvait altérer notre besoin légitime de joie de vivre;

ce qui réitère en permanence, à travers les générations successives, le supplice historique de Jésus, jusqu’à son ultime « Tout est consommé » ; sauf que,, la Passion se déroule en nous et se répercute inévitablement sur l’environnement . Or la création a été confiée à l’Homme par Dieu (voir Genèse + Matthieu 27:50-28:10 + Jean 5 :24-29 ). D’ailleurs, l'impact possible du niveau de conscience humain sur son environnement devient une évidence -que l’on soit croyant ou pas- en notre temps où l’équilibre écologique est dangereusement détérioré par l’homme.

(page 36) Alors, comment « Dieu nous est connaissable » ?

[...] "là où IL passe, aucune effraction, aucune fissure. Le réseau des déterminismes reste vierge, l'harmonie des développements organiques se prolonge sans dissonance. Et cependant, le Maître est entré chez Lui" écrit Teilhard page 38... "Le Maître est entré chez Lui" ... "Pour la joie de notre coeur qui ne saurait se reposer pleinement en un Dieu qu'il ne sentirait pas plus fort que tout ce qui existe !" (page 39) et l'auteur ajoute à propos des miracles que la "propriété du divin est d'être insaisissable à toute emprise matérielle"

C'est pourquoi nous ne pouvons connaître Dieu que partiellement, à notre mesure, par des moyens "expérimentaux" comme la prière, la méditation, et par la conscience dans une acception teilhardienne.

(page 38)… « L’élément (chaque être humain) est habité par la Cause Première »

Ce qui ramène au Prologue de Jean versets 5 et 11 :
-La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue
-Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue »


(page 40). C’est pourquoi « Pour comprendre la Cause Première il faut développer une certaine sensibilité de l’âme »

Mais pour entrer dans ce processus de développement de la sensibilité de l’âme, encore faut-il avoir la Grâce, et être sur son Chemin de Damas ; et là, c’est effectivement un grand mystère ; nous ne gérons pas car, pour les chrétiens, la foi est une vertu théologale, qui vient de Dieu : « Mes brebis connaissent ma voix » (Jean X) et
« J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger ». (Jean X-17).
Avec tristesse je me demande souvent : pourquoi mais pourquoi certains et pas d’autres ?

Il faut se consoler avec cette parole de Gandhi : « Toute âme qui s’élève élève le monde » en accord avec Teilhard qui pense que
(page 43) « La création est un tout indivisible comprenant l’humanité, la terre, l’univers, et un Christ Universel ».
(page 37) Or La création ne peut être colmatée que par le ciment et la truelle de « l’Ame du monde » ce «Centre qui est partout et la circonférence nulle part », Alfa-Omega, Le Christ .

Vendredi 3 Février 2012 11:44