Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






IMAGINEZ :
Un évènement absurde fait que vous êtes absolument seul sur une terre jusqu’alors inconnue où il n’y a âme qui vive, à part vous.

Votre nudité psychologique, face à vous-même, est mille fois pire encore que votre nudité physique.

Vous vous sentez gommé sans le regard des autres, sans la dynamique des technologies qui assuraient votre bien-être, votre survie et qui vous suppléaient quand vos limites naturelles étaient atteintes.


Pas la moindre faune, fut-elle minuscule. On dirait que tout vous évite.

Quelques rares arbres plusieurs fois centenaires se sont développés à leur aise, loin de toute pollution et de toute destruction liée aux guerres économiques. Leurs larges troncs s'élancent librement, très haut, et leurs branches vous sont inaccessibles. Vous ne pouvez même pas vous construire un abri … mais pour vous abriter de quoi ? de qui ?

Dormir !
Mais le sommeil vous fuit aussi : un épais silence accroît votre sentiment d’isolement et votre angoisse. Vous vous mettez à hurler … comme une bête aux abois.

Que ne donneriez-vous pas
pour rencontrer une personne, même si elle était votre pire ennemi !
Vous ne pouvez même pas tromper votre solitude en dialoguant sur un mode virtuel avec quelqu’un via internet…

Que ne donneriez-vous pas
pour penser, fantasmer, concevoir, élaborer, construire comme avant au sein d’un groupe humain !
La macro cellule que constitue le réseau humain vous manque maintenant. Et dire qu’avant il vous arrivait de ne plus supporter rien ni personne ! D’en vouloir au monde entier !

Votre cerveau a besoin de vos mains pour tenir un outil, faire un relais efficace qui pallie vos limites physiques … Mais vos mains sont vides, désespérément vides : aucun matériau autour de vous pour façonner un outil, même archaïque.

Avant cette terrible expérience, survenue brutalement comme un accident, vous étiez Compagnon du Devoir . Non seulement vous maîtrisiez la compréhension et l’utilisation des outils traditionnels, mais vous dominiez aussi les techniques les plus sophistiquées à la pointe du progrès… Cette Tradition vous avait été transmise par vos maîtres, puis, après leur avoir présenté votre chef d’œuvre, à votre tour vous avez enseigné, perpétué la Tradition ; mais, cette fois, augmentée de VOTRE esprit, de VOTRE âme et de VOTRE irremplaçable savoir faire.

Malgré les résistances de la matière, vous aimiez tant accomplir votre travail en alliant quatre énergies: l’esprit, l’intelligence, votre Art, et la solidarité des hommes entre eux, au-delà de leurs différences …

Soudain vous pensez aux Bâtisseurs de cathédrales, vos prédécesseurs,..Toujours en remontant le temps, la Tradition vous conduit à la légende de la construction du temple de Salomon…

Sans savoir pourquoi vous tombez à genou, face contre terre … Un grand calme vous envahit.
Dans votre tourmente, vous aviez juste oublié que vous aviez un cœur ! Un centre de toutes ressources ! Ne le nommez pas encore.

Combien de temps êtes-vous resté prostré comme ça, branché sur un « ailleurs » plus proche de vous-même que votre jugulaire ?

Un bourdonnement persistant tournoie au-dessus de votre tête : une équipe d’ hommes en hélicoptère vous a repéré. Elle vient pour vous sauver.


… ALORS ?
-Vous avez découvert l’impact de la solitude quand disparaît la technologie dans une biologie générale de l’humanité …qui " n’est pas un agrégat, elle forme un tout structurel ».
« Le phénomène social se rapproche d’un phénomène biologique »
« L’outil est passé de l’individu au groupe. Alors apparaît cette entité de machinisme dont les développements sont tellement solidaires que morale et machine ne peuvent progresser l’un sans l’autre. »
Après démonstration, l'auteur résume que « La technique a un rôle biologique proprement dit et à ce titre, poursuit l’auteur, elle entre de plein droit dans le naturel. »

Vous étiez disposé à rencontrer votre pire ennemi disiez-vous ?
Vous vous êtes rencontré vous même.

-Vous avez surtout découvert que malgré sa vulnérabilité et son dépouillement l’Homme -et lui seul dans la création- peut solliciter une Force cachée mais agissante qui est en lui et tout autour de lui , à condition qu’il la revendique.
Le progrès des technologies « n’est pas un accident mais constitue un évènement susceptible d’entraîner les plus grandes conséquences spirituelles. »
Par le jeu d’un centre divin « à la fois émergé et immergé dans la matière s’établit une relation entre technique et conscience. »
« A travers l’homme, l’évolution rebondit plus haut " c'est à dire vers sa complétude.

(Les phrases entre guillemets sont extraites du chapitre en question dans le livre de Teilhard L'ACTIVATION DE L'ENERGIE)


Vendredi 15 Mai 2009 18:31