Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Considérant l'imperfection du monde, la misère, les guerres, etc ...
peut-on admettre l'existence de Dieu ?

Teilhard ne semble pas répondre directement au difficile problème du mal et de la souffrance. D’ailleurs il écrit que, pour des raisons de clarté, il a choisi de « dégager l’essence positive du processus d’hominisation (…) Ne croyant pas nécessaire de faire le négatif de l’image projetée »

Dans son livre sur le Phénomène Humain JP Frésafond écrit que Le mal est l’absence de bien. Cette formule est intellectuellement satisfaisante pour un esprit entraîné… Mais serait-elle d’une quelconque consolation pour des parents dont l’enfant vient de mourir ? Et l’un des objectifs de notre association n’est-il pas d’avoir un langage accessible et efficace ?

Même si une réflexion pertinente permet de conclure que Dieu est parfait dans un futur encore virtuel, lorsque l’univers aura atteint son apogée d’évolution ; comment oser le faire comprendre et admettre à des parents foudroyés par la peine ?

Teilhard écrit : « Tant que nos constructions reposent exclusivement sur la terre, avec elle elles disparaîtront » . Piètre consolation pour le commun des mortels.

J’ai vu mourir des animaux. Il m’a semblé qu’ils meurent plus facilement que l’Homme. Pourquoi ?
- Sans doute parce que l’Homme a, par nature, une perception que l’animal n’a probablement pas : une obscure conscience qui le dispose à aspirer à autre chose, comme une intuition qui avancerait des tentacules jusque dans l’éternité ou monde des énergies spirituelles. De surcroît, il est ouvert à faire des choix qui peuvent le porter au-delà de ses intérêts personnels et immédiats, au-delà de l’instinct animal, par exemple : avoir une morale et choisir entre un bien ou un mal par rapport à l’intérêt général qui ne coïncide pas nécessairement avec son intérêt particulier… En effet, « croire en l’Homme »c’est reconnaître qu’il est détenteur d’une conscience (en germe ?) pour dépasser son
« moi » dans une décision altruiste, moral .. Ecoutons Teilhard :

-« C’est par son enveloppe tangentielle que le monde va, se dissipant au hasard de la matière . Cette « tangentielle » étant l’énergie motrice des arrangements entre des entités de matière de même niveau d’organisation et d’information, autrement dit, de même complexité/centréité ».

-« C’est par son noyau de radial que l’univers (et nous avec) trouve sa figure et sa consistance naturelle en gravitant au rebours du « probable » vers un foyer Divin d’Esprit qui l’attire . La « radiale » est l’énergie qui pousse une entité de matière placée à un certain niveau d’organisation et de conscience, à monter à un niveau supérieur afin d’y combiner un arrangement d’un niveau de complexité / centréité lui conférant un état de conscience plus élevé ».
C’est là que je place la conscience spirituelle pour faire apparaître la « morale" nécessaire afin de passer de l’individuel au collectif, puis au-delà du collectif . Teilhard pense que le point Omega exerce, à tous les niveaux de la vie et depuis les origines, une attraction nommée
« Amour » et qu’il faut coexister pour aimer.

Au-delà de l'imperfection du monde et de ses épreuves, on peut donc admettre l'existence de Dieu dès lors qu’avec Teilhard on constate que, si la propension à s’unir n’existait pas déjà dans les états rudimentaires de la matière, il serait impossible à l’Amour d’apparaître plus haut. Ce « foyer divin qui nous aspire » relève non seulement de la recherche personnelle, (Cherchez et vous trouverez, frappez et on vous ouvrira, demandez et on vous donnera) mais surtout d’une expérience individuelle. Or, qui dit expérience, dit ouverture accessible à la raison humaine .Foi et raison peuvent conduire à une élucidation des épreuves de la vie lesquelles, dans ce cadre, ne remettent pas en cause la présence divine au sein des la fibre humaine. Certes, c’est très difficile à admettre et, davantage encore, à faire admettre, mais si les mots sont impuissants il est de notre devoir, de rayonner par l’exemple muet.
Que ceux qui ont des oreilles entendent !

Tout au long de la lecture du Phénomène Humain nous progressons dans la démonstration de l’existence de l’intention divine au sein de la matière. L’intention humaine qui a été créée à l’image du Créateur peut donc, elle aussi, être efficiente. La portée de nos actions, même les plus secrètes, trouve une efficacité maximale sous l’impulsion de l’énergie spirituelle. Le chrétien n’est ni le premier ni le dernier à affirmer cette loi … « naturelle » mais, comme tous ceux qui ont beaucoup reçu, il lui sera beaucoup demandé !

A nous de semer l’espoir dans notre rayon d’action afin d’effacer le tsunami de désespérance particulier à notre temps et contre lequel on a raisonnablement tout à gagner de faire le pari sur la vie. L’Humanité est conçue pour marcher convenablement écrit Teilhard et, « marcher convenablement » c’est voir un horizon au-delà de nos épreuves qui ne sauraient de toute façon n’être que ponctuelles et contingentes ; ce qui ne met nullement en cause l’existence d’un Dieu transcendant qui nous attire, individuellement et collectivement, vers un autre univers en cours de construction.


Jeudi 31 Janvier 2008 17:02