Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






3ème question : La croyance aux dogmes religieux, tels qu'ils sont imposés depuis l'origine des religions, est-elle compatible avec le triple Principe d'un "Point Omega" Créateur, évoluteur et attracteur ?




Définition du mot dogme par le dictionnaire le Robert :
Point de doctrine établi ou regardé comme une vérité fondamentale, incontestable, dans une religion ou une école philosophique.

Synonymes : croyance, doctrine, règle, mystère, certitude, loi.

Et si toute assertion utilisée inconsidérément relevait de la notion de dogme ? Alors, on constate qu’en dehors des religions le dogme sévit aussi dans de nombreux domaines et on pourrait citer des exemples d’idées reçues qui se répètent et se transmettent bêtement et deviennent des conventions aveugles et aveuglantes … mais ceci est un autre sujet …


Je repère 2 manières d’adhérer à un dogme :


-Première manière : consiste en une allégeance absolue et inconditionnelle vis-à-vis de ce qui peut être nommé un « mystère ». Dans ce cas il semble, effectivement, que le dogme risque de devenir totalement ou partiellement incompatible avec le triple Principe d’un Point Omega Créateur, évoluteur et attracteur. Souhaitons simplement que, dans ce cas de figure, le Point Omega restera quand même « attracteur », au-delà de l’endormissement intellectuel présumé de cette catégorie de personne.


-Seconde manière : Si l’on considère le dogme comme une énigme intéressante, ou comme une balise lumineuse qui brille au loin, dans la nuit, sur une haute montagne, alors, il faut se mettre en route et marcher en direction de cette Lumière. Chemin faisant, on s’apercevra que le dogme était véhiculé par des mots usés, déformants qui recouvrent et cachent un trésor inestimable et -hélas !- peu transmissible au tout venant car, parler d’un "Mystère", relève quasiment d’une langue d’extraterrestre, surtout à notre époque qui accuse un appauvrissement vertigineux du vocabulaire, et la perte de sens des mots.Dommage car on pense avec des mots.

j’évoquerai comme exemple le célèbre dogme de « l’Immaculée Conception » défiguré car il n’a rien à voir avec la connotation sexuelle devenue prépondérante dont il est affublé. Mais qu’est-ce que c’est qu’une âme vierge ? C’est l’état de conscience exceptionnellement élevé d’un être humain qui s’est centré sur le Point Omega en lui et autour de lui, qui vit de cette « sur centration » selon une formule de Teilhard, et qui peut communiquer et dialoguer avec le Point Omega. Une telle relation ne peut qu’élever l’évolution de la matière de l’univers en y injectant davantage d’Esprit; ce qui, pour un catholique, se réfère directement à la Vierge, Mère du Jésus historique.


Conclusions

Le « dogme » n’est à considérer
-ni comme une vérité à croire sans discuter sous peine de sanction
-ni comme un concept abstrait qui relèverait de la supercherie.
mais comme l’expression mentale et verbale, donc humaine, d’une Réalité transcendante. Et je pense que le rôle d’une religion est bien de mettre ces Réalités transcendantes à la disposition de notre réflexion et qui dit « réflexion » dit recherche .

Or, pour être en capacité de chercher la Réalité transcendante je peux m’octroyer toute la liberté intérieure nécessaire pour réfléchir. L’inquisition, c’est du passé.
Face à cette Réalité préexistante et transcendante que Teilhard nomme Intention au sein de la matière , la liberté de conscience n’autorise aucun dogmatisme, fut-il anti-dogmatique ! car certaines formes d'anti dogmatismes peuvent , elles aussi, instaurer une véritable dictature ; ce qui est largement vérifiable dans certaines sociétés occidentales contemporaines.


La balise lumineuse du dogme est aussi à considérer comme un panneau indicateur (et non pas comme un panneau dans lequel il faut tomber), complètement compatible avec le triple Principe d'un "Point Omega" Créateur, évoluteur et attracteur. Mais, pour terminer, je place le terme « attracteur » en priorité car, sans cette « attraction » nous n’aurions pas l’impulsion nécessaire pour franchir notre pas individuel de la réflexion (pour évoquer la formule de Teilhard : "le pas de la réflexion").


Jeudi 20 Décembre 2007 18:27