Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

Travail pour septembre 3ème partie,


Elias Gottlob Haussmann - Portrait de Jean Sébastien Bach
Elias Gottlob Haussmann - Portrait de Jean Sébastien Bach
Citations de Teilhard
citations d'autres auteurs

Expliquer l’existence du « Milieu Divin » ? Autant demander à un poisson d’expliquer pourquoi le milieu aquatique est son milieu naturel. Un poulpe dispose de 9 cerveaux et de 3 cœurs ce qui est dire de sa capacité à comprendre avec le cœur... le poulpe témoigne si bien d’ affection avec ses 8 tentacules.
Tout en partageant avec le poulpe des facultés, rien qu’avec son unique cerveau et son unique cœur, Sapiens-Sapiens sait qu’il sait et sait aussi qu’il ne sait pas… enfin, en principe. Il faut en déduire que tout en ayant des organes en moins qu’un poulpe, l’homme a quelque chose en plus. C’est pourquoi il a le don de s’exposer hors des limites de son savoir en se posant avec témérité des questions aussi épineuses qu’un oursin ou qu’une bogue de châtaigne ou qu’un hérisson en boule. Or Teilhard ne manquera pas de « mettre en boule » les athées et les fondamentalistes fossilisés en s’aventurant dans l’épineuse question du « Milieu Divin ».

Le « Milieu Divin » exploré par Teilhard n’est autre que le Royaume dont nous serions les légitimes dauphins, héritiers de la couronne. Teilhard n’a pas inventé grand-chose que quiconque ne puisse découvrir par lui-même dans l’Evangile, mais il l'a traduit et prolongé en l’enrichissant selon sa raison scientifique et selon sa sensibilité. D'une manière générale l'Evangile est, pour le moins, en filigrane dans la pensée teilhardienne. Aussi, peut-on se demander COMMENT S’APPUYER SUR CES TEXTES SI ON NE LEUR DONNE PAS DE CREDIBILITE ? C’EST LA QUE LE GENIE DE TEILHARD PEUT PRENDRE LE RELAIS

POUR TENTER D’ILLUSTRER LES EFFETS DU MILIEU DIVIN

j’ai sélectionné le célèbre portrait de JS Bach tenant une feuille manuscrite où il construisit un discours musical selon la science des nombres ; architecture d’une beauté dépouillée et « divine » qui peut résumer l’existence d’échanges mystérieux, subaquatiques, tentaculaires, entre l’Homme et Dieu, et la puissance d’union créatrice qui résulte de la jonction entre ces deux plans.

On peut relier le tableau de Bach à ce que Teilhard écrit pour traduire toute inspiration issue du Milieu Divin : « Au sein du Milieu Divin, tous les bruissements créés se fondent, sans se confondre, dans une note unique qui les domine et les soutient, la note séraphique. Pour répondre à cet appel, toutes les puissances de l’âme se mettent à résonner, et leurs tons multiples, à leur tour, se composent en une vibration ineffablement simple ».

-Matthieu VI-33 "Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, tout le reste vous sera donné par surcroît »
ce que Teilhard traduit par : « Le Milieu Divin, si immense soit-il, est en réalité un Centre. Il a donc les propriétés d’une centre, c'est-à-dire, avant tout, le pouvoir absolu et dernier de réunir (et par suite d’achever) les êtres au sein de Lui-même. Dans le Milieu Divin, tous les éléments de l’univers se touchent."

C’est ainsi que certains êtres humains font « passer Dieu » à travers leurs œuvres géniales ou modestes. Puis l’auteur ajoute qu’en ce lieu, « Les êtres que nous désespérions d’atteindre et d’influencer, ils sont là, tous réunis par la pointe la plus vulnérable, la plus réceptive, la plus enrichissante de leur substance. En ce lieu le moindre de nos efforts est recueilli, conservé et peut faire instantanément vibrer toutes les moelles de l’univers. »

Stupéfiant n’est ce pas ? Mais l’est ce vraiment tant que ça si l'on considère qu'il s'agit d'un " Milieu Divin " tout comme il peut s'agir d'un milieu aquatique et le signe secret de reconnaissance des premiers Chrétiens n'était-il pas un poisson ? Je vous ferai pêcheurs d’hommes Matthieu 4.18-22 Ce à quoi Teilhard répond : « Ce n’est donc point à quelque abandon défait que nous convient les grandes eaux, mais bien à une lutte constante pour nous présenter à leur flux. Leur énergie attend et provoque la nôtre, comme la mer, à certains jours, ne s’éclaire qu’au contact de l’étrave (…) ainsi le monde ne s’illumine de Dieu qu’en réagissant à notre élan. »

VOUS LES RECONNAITREZ A LEURS FRUITS /
LE CHRISTIANISME SERAIT-IL LA VOIE ROYALE?



" C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits (…)tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu " . (Matthieu 7.15-20)

-Reste à savoir si, comme l’affirme Teilhard, le christianisme est la voie royale pour participer à la spiritualisation de la matière et à la métamorphose qui s’en suit. Bien que par culture et par foi je pense que « oui », j’émets des réserves car tout homme est bâti sur le même schéma issu de la même « Information » voulue par le Créateur, indépendamment de son milieu culturel.

A cet égard, Jean IV 4-29 fait entendre Jésus quant à l’universalité de la spiritualité, lors de sa rencontre avec la Samaritaine au puits de Jacob : (…)" Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité ”. La femme lui dit : “ Je sais que le Messie doit venir; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses ”. Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle ”.

Or, si nous adorons en Esprit et en Vérité, quel que soit notre « lieu » et le point de vue qu’il offre, il me semble que nous sommes ipso facto dans les trois vertus qui ne font qu’un seul bloc, prônées par Teilhard pour accroître le Milieu Divin :
- la pureté qui exclut tout mélange et qui, de ce fait, inclut la fidélité et la foi
-la foi, qui annexe la fidélité et la pureté
-et la fidélité, mot issu de « fides », foi, dont procède la pureté des sentiments


L’ENFER, C’EST LA DESESPERANCE,

tout ce qui abat et décourage, démobilise et immobilise.
« Lasciate ogni speranza voi ch’entrate » écrit Dante sur le fronton de la porte de l’enfer dans sa « Divine comédie » où il se compromet à décrire les différents cercles concentriques d’un monde au-delà de la visibilité humaine. Teilhard aussi se risque dans ce domaine …Mais si on ne croit pas que le Milieu Divin existe, n’ayant alors plus rien à perdre, l’être humain se doit de tenter ce que dit le proverbe : « Aide toi et le ciel t’aidera » (Fable d’Æsope, reprise par La Fontaine, "Le Charretier embourbé".)

Que cette expérience courageuse, à la fois matérielle et spirituelle, permette à tout Homme de constater que « Le royaume des cieux (Le Milieu Divin) ressemble à une graine de moutarde qu'un homme a prise et semée dans son champ. C'est la plus petite de toutes les semences, mais quand elle a poussé, elle est plus grande que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.» (Matthieu XII 31-32)

Mardi 19 Août 2014 13:08