Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






REFLEXION POUR LE 23/5/14 /MILIEU DIVIN, 2e partie


Henri Guyot / DIVINISATION DES PASSIVITES
Je suis un peu cette fois-ci en opposition avec le texte de Teilhard justement à propos de nos passivités : passivité de croissance et passivité de diminution. Cette notion de passivité qui nous conditionne secrètement paraît tout au plus séduisante intellectuellement mais moins que l'introspection freudienne. Il est vrai que, pour le moment, je suis sous l'influence d'un ouvrage édité par Françoise Gange concernant les évangiles retrouvés en 1945 à Nag Hammadi*. Ces évangiles sont ceux de Thomas, Marie Madeleine et Philippe. Ils sont, dit-on, interdits. Peut-être parce qu'ils présentent un enseignement de Jésus nettement moins traditionnel que celui qu'on trouve dans le Nouveau Testament.

Ils sont d'abord une reconnaissance plus amorisante et plus charnelle des femmes. Marie Madeleine y est à la fois plus terrestre et intellectuellement spirituelle. Elle aurait été pour le Christ et les apôtres leur centre d'accueil et de réflexion (leur think tank comme on dit maintenant). Ces évangiles apocryphes s'opposent par leur posture aux attitudes « patriarcales » de Pierre et plus tard de Paul.

Et en ce qui concerne Teilhard, on peut aussi y déceler une opposition sur un plan différent concernant l'utilité et nos capacités d'introspection. Je n’adhère en effet qu'avec difficulté à certaines de ses déclarations : par exemple Nous n'émergeons dans la réflexion et dans la liberté que dans une étroite mesure .Ou encore Un autre personnage se découvre en moi qui n'obéit plus. Nos dépendances (je ne comprends pas : il me semble que plus on vieillit, moins on n'a de dépendances et plus on se connaît.) Encore plus loin : Dieu combat avec nous : on ne combat pas avec Dieu, il est en nous. Cette notion de combat est issue d'une réflexion anthropomorphe.

Il est d'ailleurs, me semble-t-il, évident qu'il faut se connaître soi-même pour se débarrasser des passivités qui nous échappent. En outre, les connaissant, elles peuvent éventuellement être utiles : par exemple on sait bien que lorsqu'on subit quelque orage ou triste coup du sort il est heureux de se sentir fonctionner un peu comme un végétal pour entamer une guérison.

On trouve encore plus loin dans le texte l'expression résignation des croyants. Là je ne comprends vraiment pas ; Il me semble plutôt que Teilhard nous dit souvent Cherche et conserve même devant l'échec probable l'espoir de trouver.
Voici donc maintenant quelques logions extraits de ces évangiles apocryphes.

Logion** 2 : Jésus disait :
Thomas Que celui qui cherche
soit toujours en quête
jusqu'à ce qu'il trouve
et quand il aura trouvé
il sera dans le trouble
et ayant été troublé
il s'émerveillera
il régnera sur le Tout


Logion 67 Jésus disait :
Thomas celui qui connaît le Tout
s'il est privé de lui-même,
il est privé de tout

Logion 71 Celui qui connaît le Tout
Thomas mais manque seulement à se connaître
manque à connaître tout le Lieu

Logion 89 Pourquoi lavez-vous l'extérieur de la coupe ?
Thomas Ne comprenez-vous pas que celui qui a fait l'extérieur
est aussi celui qui a fait l'intérieur de la coupe

Citation de l'évangile selon Marie Madeleine:
Paix à vous. Que ma paix
s'engendre en vous.
Veillez à ce que personne ne vous égare en disant :
le voici ou le voilà.
Car c'est à l'intérieur de vous qu'est le fils de l'Homme. Suivez-le.
Ceux qui le cherche le trouveront.

En somme ce que ces évangiles proposent, c'est une vision signifiante en amour et connaissance, en goût de la liberté. C'est-à-dire une ouverture au monde plutôt qu'à des passivités larmoyantes.

*Hammadi : cité égyptienne située près du Nil à mi-chemin entre Louksor et Le Caire. Elle est encore aujourd'hui à 75 % copte et, se faisant, souvent victime d'attentats d'intégristes musulmans.
** « Paroles nues » attribuées à Jésus de son vivant (en grec : réponse d'oracle)





 

Jeudi 22 Mai 2014 12:38