Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

chapitre IV du manueld'étude


Le titre de ce chapitre est à rapprocher directement d’un précédent intitulé « L’Atomisme de l’Esprit » qui se réfère, lui aussi, à ce que Teilhard nomme la Centrogénèse.
La propriété récurrente de la matière à se centrer est constatable de palier en palier, lorsque l’on remonte la courbe de l’évolution depuis la particule jusqu’à Omega, en passant par l’Homme.
L’Homme est l’élément de construction du phénomène Omega.

On ne peut comprendre le principe du phénomène qu’est la centrogénèse que si l’on y intègre l’énergie qui l’anime à savoir : l’amour universel qui, au sens scientifique du terme, peut se traduire par attraction universelle. Pour faciliter l’approche de ce concept je reprendrai une phrase de Teilhard que l’on trouve page 25 du tome II dans le chapitre centrologie :
« L’amour est par nature la seule énergie de synthèse dont l’action différenciante puisse nous super personnaliser. »
Le paradoxe entre les mots « différentiante » et « super personnaliser » est une des clefs de la pensée teilhardienne. Il souligne cette position en précisant que : centrer son ego en l’isolant de l’extérieur produit des effets aussi pervers que de le diluer dans le tout ; ce qui peut donner cette interprétation : seul l’aller-retour permanent de l’ego au tout produit ce PLUS recherché qui est le but du phénomène humain. Cette interprétation est prouvée par la physique qui énonce la loi suivante : « Le quantum d’énergie d’un ensemble est supérieur à la somme de l’énergie de chacune de ses éléments. » (ce sont les énergies de liaison qui font la différence).

Après cette présentation générale des ensembles centrés, nous allons examiner le détail de son organisation, de son fonctionnement et de sa conception.
L’organisation et la conception sont les clefs du bon fonctionnement d’un ensemble. Il y a plus d’informations dans la conception d’une cathédrale que dans celle d’un tas de sable. L’organisation est nécessaire pour le bon fonctionnement d’un ensemble complexe, dans lequel tout converge vers le centre de décision. Même un système parfaitement autorégulé (pour les décisions courantes) ne peut se passer d’un centre de décision pour résoudre les problèmes improbables, d’ailleurs, tous les ensembles de la matière sont centrés depuis la particule jusqu’à l’homme et les sociétés.

-Dans la chaîne de l’évolution tous les éléments ne sont pas centrés. C’est ce que Teilhard a démontré avec les figures 2 et 4 dans le schéma n°1 du tome II (manuel d’étude) . Dans la fig.2 ce sont les arcs de cercle qui tendent à devenir des cercles, et dans la fig.4 ce sont déjà des cercles. L’univers est courbe et tend à se centrer, tel est le but de ces démonstrations.

-Dans le chapitre Atomisme de l’Esprit on a vu que la centréité est une propriété qui s’applique autant à l’énergie qu’à la matière tangible (l’énergie spirituelle fait partie des énergies). Pour appuyer ces idées, je cite encore Teilhard : « La conscience est une propriété moléculaire universelle » ou encore : «L’univers nous apparaît, ainsi que nous y oblige le phénomène humain, comme formé de noyaux psychiques virtuellement coextensifs à l’univers et doublement solidaires ».

-Tous ces constats font dire aux scientifiques que l’univers est courbe. La courbure de l’univers est un début de centréité (figure 2). C’est encore cette force de l’amour (ou de l’attraction universelle) qui donne l’explication. Dans l’univers il y a toujours une particule ou un rayon qui dévie la trajectoire d’une autre particule ou d’un autre rayonnement plus faible en masse ou énergie. Cela permet de dire que dans l’univers la ligne droite n’existe pas, c’est un concept théorique, et que l’univers est courbe.

-Je terminerai en disant : courbure et centréité sont deux phases de la même propriété. C’est pourquoi la terre est une boule enveloppée de sphères.

Lundi 23 Février 2009 12:03