Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie
Il est difficile et par certains côtés unique, de parler Esprit , car ce sujet est perçu comme tellement riche et personnel que, de développer idées ou schémas, peut être trouvé farfelu prétentieux ou tout simplement hors sujet ;

Cependant, à partir de l’anthropologie c’est-à-dire l’étude de l’homme, essayer de regarder une partie de son âme ; par les formes, les symboles, les actes de ma psyché, instruire, guider mon parcours individuel et collectif.


Dans l’organisme individuel humain (page 150) nous dit le père, c’est-à-dire en soi même, culmine le courant montant de complexification accompagnée de conscience, loi de récurrence, loi évidente et démontrée ; et il veut en faire l’axe normal vers une Foi véritable et achevée.

Il dit encore, « Dans le flux complexe des énergies évolutives qui nous pénètrent la question se pose maintenant de savoir s’il n’y aurait pas, négligées encore par notre observation, des paroles cachées » Et on remarque que là se termine le développement de ce chapitre et laisse une impression de manque ou de non dit ; peut-être que simplement il ouvre une porte de notre monde intérieur et ensuite s’efface comme sait le faire le Maître.

C.G. Jung * Le Divin dans l’homme.

« A un destinataire non nommé USA

2 Octobre 1954


Dear Mr, N.

…. "Le problème de la religion n'est pas aussi simple que vous le pensez : il ne s'agit absolument pas de conviction intellectuelle ni de philosophie, et pas même de foi; ce qui compte, c'est bien plutôt l'expérience intérieure. C'est là, je le concède, une conception totalement ignorée des théologiens, bien qu'ils en parlent beaucoup, beaucoup. Paul, par exemple, n'a pas été converti au Christianisme par un effort intellectuel ou philosophique, ni par la foi, mais par la puissance de son expérience intérieure immédiate. C'est sur elle que reposait sa foi, mais notre théologie moderne tourne la chose à l'envers et pense que nous devrions d'abord croire pour avoir ensuite une expérience intérieure; or, cette inversion pousse carrément les gens dans un rationalisme erroné qui va jusqu'à rendre l'expérience intérieure impossible. Il est simplement nature d'identifier la divinité à l'énergie cosmique, grandeur impersonnelle qui relève quasiment de la physique et à qui on ne peut pas adresser de prières. Mais l'expérience intérieure, c'est tout autre chose; elle montre qu'il existe des forces de nature personnelle avec lesquelles un contact intime et très personnel est tout à fait possible. Nul n'est en mesure, s'il ne connaît pas vraiment l'expérience intérieure de persuader autrui qu'elle existe …. »


Qu’on veuille bien m’excuser maintenant si je suis un peu trop personnel; il y a quelques jours, je pense que c’était dans la nuit de lundi à mardi, j’ai fait un rêve. Donc, dans ce rêve, j’étais sur le parvis, ou sur l’esplanade devant un palais magnifique ; j’étais très alèse entouré de connaissances et d’amis ; je faisais découvrir des statues, des objets d’art, des dorures et plein d’autres belles choses. Peut être même que ces choses m’appartenaient ; nous étions entre amis et tout était très bien.

Pourtant, j’avais aperçu que pour venir sur le parvis avec les autres personnes, mes amis, j’avais dû monter les marches d’un grand escalier très large en pierre de taille un peu comme ceux que l’on voit sur les photos des palais Maya de l’Amérique centrale de l’époque précolombienne. Mais ces marches que l’on avait escaladées, étaient mal conçues, en biais, parfois pentues au lieu d’être planes, avec des contremarches trop hautes qui nous obligeaient à faire des grands pas, à parfois trébucher et souvent à monter avec beaucoup de difficultés.

Et maintenant que nous étions en haut, je m’apercevais que toutes ces marches que nous avions montées étaient en train de changer ; peu à peu elles devenaient de plus en plus difformes et même des blocs entiers de marches s’arrachaient et s’effondraient ; les soubassement de l’édifice semblaient aspirés vers le vide. C’est l’anéantissement total qui risquait bientôt d’arriver pour nous tous.


Mais qu’est ce qu’avait bien pu vouloir me dire ce rêve ? paroles cachées me dit Teilhard ?

Retrouver Dieu plus profondément, Moteur psychique s’adressant en nous, hommes, à ce qu’il y a de plus humain en nous, c’est-à-dire à notre intelligence, à notre cœur, à notre liberté dit-il encore.

Donc que puis-je comprendre de ce rêve qui est moi, que je le veuille ou non, en dehors de toute contrainte mais qui existe et qui me dérange ?

Ces amis ces belles œuvres d’art etc. ne veulent –ils pas me faire prendre conscience que ça suffit l’ego de suffisance et inquisiteur, et ces marches qui se désagrègent ne me signalent-elles pas qu’il y a urgence et que de graves dommages menacent la maison construite sur le sable et non sur le roc.

Paroles cachées, peut-être était-ce le cœur qui avait parlé.


Dans la deuxième partie du chapitre, le dessin (page 156) représentant la construction du cône humano-cosmique présentée par le père, peut amener quelques réflexions ; en effet on voit qu’au sommet du cône est Omega et que, y convergent ensemble christique et humano-cosmique, c’est même une exigence nous est-il précisé ; on voit que également peut converger seul vers Omega humano-cosmique ; « Il y a beaucoup de demeures dans la maison du Père » (Jean 14,2) et aussi l’esprit de tolérance ne fait que encore plus ennoblir l’idée christique du père.

La deuxième réflexion n’est, je crois, pas la moindre ;

Déjà au début de notre aire Paul l’apôtre, criait aux Corinthiens (exhortait nous est-il rapporté) « …la croix …scandale pour les juifs, folie pour les païens ». Incompréhension des hommes d’hier et d’aujourd’hui, sarcasmes, rejet et indifférence d’un grand nombre, l’Esprit de la Terre n’a-t-il que si peu changé ?

S’il est difficile de juger une évolution lorsque l’on est acteur de cette évolution des esprits de notre temps sels de notre terre m’invitent à redécouvrir Omega.


* Toute sa vie, Carl Gustav Jung a travaillé sur les rapports subtils qui lient la psychologie et le sentiment religieux. Loin de voir dans la religion un phénomène d'illusion ou une forme sublimée de la névrose obsessionnelle, il a toujours considéré que la "fonction religieuse" était constitutive de l'inconscient.

Samedi 2 Mai 2009 16:33