Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






L'AVENIR DE L'HOMME/chapitres 9 et 10
1) FOI EN LA PAIX
2)NOOSPHERE


LA FOI EN LA PAIX,
est l'idée que veut transmettre Teilhard dans ce chapitre; il regarde intensément les faits avec sa vision synthétique. Ensuite, il analyse, prend du recul, de la hauteur, attitude qu'il maîtrise parfaitement ; pour lui c'est presque une seconde nature; L'évolution de la Mère Terre il la voit comme à livre ouvert, et il raconte la marche du monde; science du savant et aussi, sûrement de l'ascète en harmonie avec lui-même, qui a appris à aller à l'essentiel, l’auteur se détache des scories de la Terre, bien que pourtant il revendique en être partie prenante et qu'il aime tant.

Lentement, scrupuleusement, il étudie les faits, les évolutions, « par-dessus la poussière et les fumées qui masquent l'horizon » (ce sont ses mots), pour comprendre et raconter ce qu'il voit.

Et que voit-il ?

-La Paix humainement possible.
Les sceptiques opposent qu'il y a toujours comme par le passé, des guerres, que de nombreux hommes sont mauvais, malfaisants, prédateurs, etc..

-Mais face à tout cela, lui, il voit un fait d'ordre supérieur :
La structure spécifique, unique, du groupe zoologique auquel nous appartenons:
De par notre nature extraordinairement originale, de par le pas de la réflexion; ce moment de l'espace temps peut être qualifié de «nucléairement premier» tant il fut et est important ;

-Notre nature est aujourd'hui amorisée, nous sommes entre nous comme aimantés; la prodigieuse affinité encore dormante, qui attire entre elles les « molécules pensantes du monde » nous dit-il; et cela commença il y a quelques six cent millions d'années et depuis, jour après jour, la conscience monte à la surface de la terre.
Là est la vision.

Les décennies et les siècles qui passent, font que nous sommes bien différents de ceux qui étaient avant nous.
Tout le monde est d'accord sur ce constat; conscience plus affutée par les découvertes, les conquêtes (libertés nouvelles des peuples...) et aussi par les manques (guerres, crimes, injustices, négations...).
Aujourd'hui n'est plus hier parce qu’ en dépit ou plutôt à cause de tout ce qui est dans notre espace-temps, nous allons, par toutes nos constructions nouvelles, vers l'union... Et le savant de dire :
« Ici le sommet ardu qui ne se gravit qu'au prix d'efforts constants et de multiples chutes; mais là, par contre le point d'équilibre sur lequel le système trouve sa nouvelle assise ou son nouvel état, magistralement, infailliblement... »

La paix, aussi sûr que le temps est, ne peut qu'arriver.
Par structure, dit-il, l'humanité ne peut manquer d'émerger un jour dans la paix.
Vision du futur bien osée, et que le bon sens contredit, diront certains...
Bien que notre libre arbitre soit présent à chaque instant de notre vie et chacun sait trop qu'il peut être ange ou démon et, si les extrêmes existent sont bien présents donc, les petits diamants des actions qui font les âmes plus belles comme les actes manqués qui nourrissent le désespoir.

Une orientation de fond est présente et depuis plus de six cent millions d'années la conscience grandit sur la terre, notre terre et Teilhard de dire:
« Mes yeux se tournent du côté des groupements toujours plus nombreux, où s'élabore silencieusement dans la recherche, l'âme nouvelle d'une humanité résolue à atteindre coûte que coûte, dans son intégrité totale, l'extrême bout de ses puissances et de sa destiné. »

Acte de foi, vision encore une fois devenue évidente pour lui, pari gagnant vu après Maître Eckhart, Jean de la Croix, et tant d'autres acteurs d' hier et d' aujourd'hui. Espoir qui, au bout du compte...apporte joie et dilate le cœur;
Quelle chance j'ai aujourd'hui de pouvoir entendre ce message.

Et maintenant,QUELQUES REFLEXIONS SUR LA FORMATION DE LA "NOOSPHERE"
et dit autrement en tête de chapitre : Une interprétation biologique plausible de l'Histoire Humaine.

« Une seule liberté, prise isolément, est faible, incertaine, et peut facilement errer dans ses tâtonnements. Une totalité de libertés, agissant librement, finit toujours par trouver son chemin. » dit Teilhard.
Comme cette idée est d'actualité!
Aujourd'hui ce sont les grands de ce monde, G8, présents à Deauville, qui veulent aider ce qu'on nomme le printemps arabe; à nouveau le vent de liberté, l'amorisation, la noosphère, sont là. Des hommes et des femmes ont soif d’espérance en une vie plus juste, plus libre, tournée vers un avenir où les rêves qu'ils chérissent sont possibles.
Vraiment, une totalité de libertés agissant librement, finit toujours par trouver son chemin.
Il semble, et chaque jour de plus en plus, que la planétisation, et en elle la concentration des volontés et des actions, est fantastiquement présente:

Il y a un peu plus d'une semaine c'était le premier forum de décideurs, d'acteurs, de chefs d'entreprises, sur les enjeux du numérique. Beaucoup n'y ont vu qu'une minuscule vitrine d'Internet. Mais là aussi, on est conscient que la toile est planétaire, et que ce sont des milliards d' individus qui sont à chaque instant connectés.

En janvier 1947, date de la conférence du Père, presque rien du foisonnement d'aujourd'hui n'existait... Pourtant, déjà, il était conscient de la marche du monde. Il disait ces paroles qui sont tellement d'actualité:
« ...vers la concentration, par la planétisation, nous avançons à la fois librement et inéluctablement. »


C' est en conclusion par une note d'espoir qu'il termine ce chapitre:
« Ce n'est qu'en nous plongeant au cœur de la noosphère que nous pouvons espérer, que nous pouvons être sûr de trouver, tous ensemble aussi bien que chacun, la plénitude de notre humanité », ou en d'autres termes : Par les sciences les découvertes, les médias, etc. , je suis acteur et le monde devient village. Peu à peu la toile se tisse, les liens se nouent, les échanges, les sympathies se resserrent. Nous avançons librement et inéluctablement.

Une fois encore et c'est je crois un des attraits de ses écrits, l'espoir en l'avenir est présent.
Une fois encore il conclut qu'il ne peut en être autrement.
Il a la vision, profonde, intime, qu'il n'y a pas d'autre conclusion... Et il en faut du courage pour dire ce que les autres occultent, nient,... parce que çà dérange, ô combien !, l'ordre établi, les habitudes de tous les jours...
Des schémas nouveaux se construisent les esprits neufs veulent de ce nouveau souffle, nouveau goût de vivre comme il dit si souvent!

Jeunesse de l'esprit de la Terre,
« O abîme de la richesse, de la sagesse et de la science...
que Ses voies sont incompréhensibles »
(Paul aux Romains XI, 33)

Mardi 31 Mai 2011 10:25