Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

Ce soir-là surement il se passerait quelque chose.
Tout était calme, si calme, mystérieux, comme lorsque l'on pressent que
l'extraordinaire va se produire ;
Juin avait commencé depuis peu et une des bien rares journées ensoleillées s'achevait. La montagne était belle ; sur l'esplanade de verdure sise là, clairière enchâssée parmi les sapins aux couleurs sombres, à mi-pente, je regardais jusqu'à très loin les sommets de la Chartreuse. Les bruits avaient cessés et le soleil parti depuis peu derrière l'horizon. La voute céleste brillante, trop claire, ne tarderait pas à se couvrir d'étoiles. Des teintes pourpres aux mille nuances dans le ciel naissaient au couchant.
Il y a des moments où l'on ne peut que dire merci devant la beauté des lieux ; A qui ?, à quoi ?, je pense tout simplement dire merci. La beauté, l'harmonie, qui suis-je pour attribuer des jugements ou des médailles ? Impermanence de l'être, où serais-je demain ?
En cette fin de journée, à nouveau, des femmes et des hommes, en silence, dans la paix du soir, allaient, joyeux, à la méditation.
Rien n'était imposé ; immobile, se rassembler, être en soi-même, puis, ne pas attendre, ne pas demander, mais seulement la présence, l' offrande la disponibilité. L'homme s'il le veut peut être grand dans sa petitesse
" Garde ton secret.
Tu ne peux plus rien dire, alors ne dis plus rien.
Ne descends plus, demeure en toi "
Henri Le Saux Journal intime du moine chrétien-sannyasi hindou.

Et il me revient les idées teilhardiennes :
" le mystère de l'union créatrice du Monde en Dieu, la Trinitisation dans une ontologie généralisée. "
Ces phrases sont bien difficiles à comprendre !
Mais rattachons-les à un état vivant, imprégné de sens ;
La trinitisation était palpable dans ce groupe ; c'est-à-dire que l'esprit de compassion, l'altruisme, germait et allait se fortifier ; là, commençait le Monde que l'on veut meilleur. Ce que dans l'Eglise on appelle la Communion des Saints, que d'autres nomment Sangha, etc.
Soucis de l'amour pour les autres.
Le Monde à ce moment est meilleur; l'Insondable Brillance scintille d'innombrables feux.
" ...alors, du haut en bas, une chaude lumière se répend, montant de la profondeur des choses" PT;
Et je me mis à penser que là-bas, un peu plus loin entre les montagnes, à moins d'une heure en voiture il y avait d'autres hommes. Installés eux aussi dans ce massif de la Chartreuse. Au pied de la crête du Grand Som, dans leur monastère, des moines Chartreux se rendaient à l'office; Joyeusement Complie y serait célébré, et les chants grégoriens répondraient aux psalmodies de ce lieu; puis, là-bas aussi la méditation serait donnée aux frères les hommes.
Oui, ce soir-là il se passait quelque chose. La Terre et le Ciel s'étaient rencontrés; des humains, les pieds dans la glaise, parlaient avec le ciel et nul doute que le monde avait un peu changé. Des femmes et des hommes "prenaient leur part" de la détresse du monde.Ils étaient bien conscients que après, encore subsisteraient tant d'atrocités, mais la Vérité était en marche et rien ne pourrait la faire s'écarter du chemin.

Demain, ceux d'ici, retournraient côtoyer leurs frères humains. Ils auraient en charge de les aider et de les aimer. Ils devraient faire connaitre bien haut ce que certains ne veulent pas qu'on dise. Ils prendraient par la main celui qu'on a laissé au bord du cheman.
Ils avaient fait la promesse de continuer, de ne jamais abandonner. Ils auraient des victoires, ils auraient des défaites.
Ils étaient en paix avec eux-même, et cela les rendaient heureux.


Dimanche 7 Juillet 2013 11:38