Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie
Jean-Pierre GIROUD / La Communion avec Dieu
L'enseignement qui peut se découvrir, il me semble, est que ce chapitre qui se veut-être chrétien ne peut être en même temps que profondément humain. L'homme vit pleinement son humanité dans les attraits, les joies, les exaltations de la Terre, mais aussi ses manques, ses frustrations, ses déchirements, ses morts...il est enfant de la terre, ne peut pas faire l'impasse du « déraciné » pour pouvoir être enfant du Ciel.

Essayons d' approcher, de comprendre un peu ;
Qui n'a pas déjà entendu ces mots :"si Dieu existait, il n'aurait pas permis ceci ou cela," que cet enfant hier plein de vie, se trouve mort maintenant dans les bras de sa mère inconsolable ; ou que dans cet accident effroyable...etc
En me mettant dans la schématique " pourquoi a-t-il permis çà ?" paradoxalement, je fais opposition à toute communion avec Dieu. Ce que rappelle l'auteur par cette réponse : « ...être absolument chrétien qu'à force d'être désespérément humain ».
Le mot « désespérant » est prononcé ! ;
Pensée déstabilisante, la constante évolution d'une humanité qui n'est pas achevée, mais vivante, imparfaite, à chaque instant changeante, en constant devenir, maintenant est différent d'hier.
Le monde est illusion rappelle le sage d'Orient.

Continuons avec quelques autres idées maitresses :
-De Teilhard :« un Infini non point distendu et incolore mais vivant et lumineux, qui connait, qui attire, qui aime ! ».

-Des traditions dont la spiritualité s'enracine en des temps très anciens (présentes avant la religion chrétienne) font redécouvrir au vingt-et-unième siècle la méditation, besoin pour l'homme d'aujourd'hui comme pour celui d'hier, et heureux présage s'il en est ainsi vers de plus en plus de conscience.

-Le chrétien, par la méditation découvre, avec le regard neuf, le Sens ; enfin il a décidé d'être dans l'action, c'est-à-dire acteur de sa vie. Cet homme fait le pas décisif vers l'Infini devenu personnel, unique, transcendant, et cela change tout.
En effet : la nouveauté apparaît au grand jour; une attention entière, complète est demandée, celle dont parlent les Béatitudes dans l'évangile de Mathieu ch V, verset 3 : « Heureux les pauvres en esprit car le royaume des Cieux est à eux » .

Comprendre ce que veulent dire, Le corps du Christ, la communion des Saints insiste l'auteur :
« C'est par un contact individuel et intégral, âme à âme, chair à chair, qu’Il consomme l'union des fidèles en Lui ...déposant un germe de résurrection. »
Croire tout cela, que Jésus dans la communion me nourrit physiquement, me positionne dans l'éternité? Est-ce croyable ? N'est-ce pas une affabulation, une imposture ? Mystère que l'acte de foi ; si je me lance dans le vide au delà du doute, enlevant les cordes ou les chaines de la rationalité, du raisonnement, comme par enchantement des portes s'ouvrent ; dans ce monde où je suis partie prenante, que j'aime, des espaces nouveaux de création me sont offerts. Il fallait juste oser se lancer

Et l'auteur de dire comme pour conclure :
« Dans mon action, dans celle de tous les chrétiens, par la collaboration harmonieuse de la nature et de la grâce, l'accord est,en fait, réalisé entre le culte du progrès et la passion de la gloire de Dieu ».

Mardi 31 Mars 2015 14:42