Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Jean-Pierre GIROUD / MILIEU DIVIN
Le milieu divin qu'il nomme aussi essai de vie intérieure est unique ;
je veux dire que Pierre Teilhard dans ce chapitre parle de sa vie spirituelle personnelle. Alors je me suis demandé comment aborder, commenter des états d'âme, la vie intérieure d'une personne qui en définitive n'a pas à être connue, ne regarde qu'elle seule.
 

Est-il possible, souhaitable, d'argumenter, commenter un chemin de vie qui dans sa nature-même est le secret d'une âme.
Est-ce que je ne risque pas d'être dérouté, subjugé, dépassé par la brillance de cette spiritualité hors du commun, et cependant quand même en harmonie avec notre nature humaine, et de ce fait pour moi, envi de la découvrir ?

Ainsi, il m'a semblé qu'il ne me restait plus qu'une attitude possible :
Comme le pèlerin en route sur le chemin de St Jacques de Compostelle, partir et cheminer dans l'offrande du cœur ; me laisser imprégner, guider, accepter d'être hors des idées et des schémas normaux, préconçus, partir démuni, attentif, sur le chemin du savoir.
Chaque jour du voyage la route sera remplie du don de l'instant, et pour l'heure, je devrai m'efforcer de « déchiffrer » les pages de ce livre, de ce long chapitre qui m'apparait bien souvent énigmatique. Chaque idée sera reçue dans la volonté de la comprendre, la saisir pour la faire mienne, et grâce aussi, secret cadeau de l'être, la « Communion des Saints » (et PT les invoquent souvent) ,me permettra, par ce nouveau savoir, de grandir et accepter de devenir un peu différent.
Mais entrons résolument dans le sujet.
Comment voit-il (PT) le Milieu Divin ou, selon son expression quels sont ses attributs ?
« Il rassemble (le milieu divin) et harmonise en soit les qualités qui nous paraissent les plus contraires...il est immense comme le monde. »
voilà quelques mots qui définissent l'espace, le lieu où je suis présent, où j'existe .
Les formes qui nous paraissent les plus contraires avec d'une part l'univers et toutes ses forces de vie, et d'autre part, la Déité, la Transcendance.
La terre dont je fais partie, être vivant, bien réel, et puis Dieu ; Tous les deux sont présents de toute leur force. La complexité est si grande que les hommes les plus saints n'ont pu que tomber à genoux, ceux-là qui ont entrevus le mystère "numineux" qui les dépassait.
Dans la bible lire l'évangile de Matthieu XVII, 1 à 13.
Suite de son chapitre :
" Milieu...présent et attirant au fond inaccessible de chaque créature, il se retire toujours plus loin, nous entrainant avec lui vers le centre commun de toute consommation. "
C'est-à-dire que embarqué dans l'aventure humaine, belle, pleine d'attraits et parfois difficile aussi, ma spiritualité dans ce milieu n'aura de cesse de grandir qu'à la hauteur de mon écoute, de mon engagement, être que je suis, toujours plus loin vers l'Unité.
Joies et aussi souffrances pour atteindre la beauté de l'Ultime que PT a cherché à chaque instant et toujours plus, force et fragilité des Saints.
Et continuons la découverte du Milieu Divin.
"Le Milieu Divin doit en définitive toute sa valeur concrète au contacte Humano-divin" Il s'agit du Christ fils de Dieu et de Marie sa mère insiste-t-il; du Christ né de Marie et mort sur une croix, l'enfant Dieu qui en même temps a pris notre nature humaine...
Cela s'est passé sur notre terre, réalité phisique, dans le temps, de Dieu parmi nous; mots devenus, par habitude d'affirmation, peut-être d'usure du temps, tragique banalité. Pourtant c'est toute la spécificité de la religion (encore un mot banalisé!) catholique. Pourquoi aurais-je à rougir ou à minimiser cet inestimable héritage qui m'est présenté, donné, et aussi bien sûr, à tous.(...enfin à tous ceux qui le veulent bien).
Devrais-je me croire supérieur parce que j'ai, en tant que chrétien, reçu cette richesse unique, originale?
Certainement pas!
Mais, n'ai-je pas en ma possession la spiritualité la plus aboutie? , la Transcendance in fine unité de Dieu! Le centre et le sommet du cône dont parle Teilhard.
Oser le dire bien fort simplement pour que tous ceux qui veulent le recevoir prennent ce présent; et écoutons ce qu'en dit notre auteur:
"Plus nous croyons le comprendre, plus il se révèle autre. Plus nous pensons le tenir, plus il se recule, en nous attirant dans les profondeurs de Lui-même. Plus nous nous rapprochons de lui, par tous les efforts de la nature et de la grâce, plus il agrandit, d'un même mouvement son attrait sur nos puissances, et la réceptivité de nos puissance à ce divin attrait."
Le chemin (comme celui de Compostelle) est tout en nouveautés qui font sa saveur, pas d'ennui. Il est aussi surpassements consentis et aimés, étonnements créatifs de nouvelles voies, et repos salvateur dans le don aux autres et à Lui.
C'est, mystère encore du milieu divin, la grandeur de l'âme ma vraie vie qui, en écoutant et suivant sa voix intérieure, m'offre des réponses, avec des perceptions de brillances et d'espaces dont il y a peu les beautés m'étaient inconnues. Magie de la vie, le contenant ne déborde pas, ne devient jamais trop petit, car déjà un volume autre, plus vaste s'est présenté et a remplacé l'ancien pour recevoir le nouveau contenu, nouveaux enchantements.
Vraiment, ce chapitre est la louange au Divin.
Si PT nous montre une nouvelle dynamique et beauté du monde, il n'a, cependant, rien voulu occulter, courage et réalisme d'un homme qui se veut bien présent dans ce milieu;
Il nous parle d'une autre réalité, "les ténèbres extérieures et les âmes perdues".
Il explique que cela existe, fait partie du Milieu Divin. Des mots durs sont employés pour les décrire, je le cite:
"Parce qu'il est celui qui unit, il est celui qui trie, qui sépare et qui juge...il y a le bon grain, la droite du Fils de l'Homme, mais il y a aussi l'ivraie...la gauche du Juge, la porte fermée, il y a le dehors obscur, le feu qui corrompt dans l'isolement, l'éternelle souffrance! Croire à l'enfer!...
...le processus complet d'où nait graduellement la terre nouvelle."
L'implacable sens de la vie. Il aurait pu en parler évasivement mais là encore il a pris le parti de la Vérité avec courage.
Il frissonne de devoir adhérer, il accepte:
"...l' enfer est un élément structurel de l'univers,...je prierai, je méditerai, jusqu'à ce que, dans cette chose redoutable, apparaisse pour moi un complément fortifiant, béatifiant même, aux vues que vous m'avez ouvertes sur votre Omniprésence."
Et PT nous parle du mystère qu'est le choix que fait l'homme de chacunes de ses actions; il est libre de choisir son destin, et termine par cette prière:
"Que les flammes de l'enfer ne m'atteignent pas Maître, ni aucun de ceux que j'aime...Qu'elles n'atteignent personne, Mon Dieu (vous me pardonnerez, je le sais, cette prière insensée!)
Mais que, pour chacun de nous, leurs sombres lueurs s'ajoutent, avec tous les abîmes qu'elles découvrent, à la plénitude ardente du Milieu Divin."

Dans ce voyage de l'âme, le religieux m'a permis de découvrir quelques pays. C'est sa spiritualité profonde qui m'a été offerte, celle d'un homme courageux et fidèle, ouvert à tout, et jusqu'à l'absurde pense celui qui n'a pas encore ouvert son coeur.
Ne dit-on pas que les Saints sont des fous de Dieu ?






 

Mercredi 8 Octobre 2014 15:25