Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






L'homme, état et aussi mouvement de la vie dans l'espace-temps, suscite bien des interrogations, des études et des recherches sur son identité.

Il est présence en bout (en finalité) et également en avant de la vie; le paléontologiste Teilhard de Chardin montre ce qui devient une évidence dans sa quête: la découverte de la marche captivante et unique de l'évolution de la vie dont l'être humain est l'acteur principal et premier, dans l'importance de la finalité de l'aboutissement de la vie.

D'abord, à la suite du savant, s'impose l'idée de montée de conscience dans le temps et l'espace (,,,pris sur des millions d'années).

La vie se meut, c'est-à-dire : active,changeante, diversifiée, n'est pas statique, à chaque instant de la vie personnelle se font de nouvelles naissances, renouvelle-
ments dans la mobilité.

Dans un sens déterminé; dans son évolution la vie se complexifie; les stades évolutifs des espèces ne sont plus à démontrer. Très loin de nous il y a les états primaires de la cérébralisation, puis, après de nombreuses évolutions, arrivent enfin les aboutissements de la marche de la vie avec l'homme enfin; au fil du temps se crée, immanquablement, toujours plus de conscience.

Comme le dit Teilhard, les phénomènes de conscience augmentent sur terre en raison directe d'une organisation toujours plus avancée, complexifiée, des états nouvellement établis; les atomes, les molécules, les cellules, les cerveaux, etc.

Il dit aussi: la naissance de la pensée ne se pose-t-elle pas comme le point critique traversé par la conscience qui, à force de se concentrer finit par se réfléchir sur elle-même?

L'homme, entité magistrale, composante de l'étoffe cosmique, donc par le bas partie prenante des forces de désagrégation (mystère insondable de la mort entre autres...) et par l'autre bout, forces d'agrégation faisant apparaître les forces d'énergie spiritualisée; quant à la vie de l'instant présent, il est acteur de toutes les joies et les souffrances qui font sa richesse et ses limites.

Et pour demain? Trois idées sont proposées par Teilhard pour l'avenir de l'évolution humaine.
– Une vision commune, c'est-à-dire la mise en forme d'idées, de projets, qui auraient l'accord de tous afin de fédérer toutes les énergies.
– Une action commune, où l'élaboration de projets d'activités qui auraient le consensus de l'ensemble dans l'effort de chacun.
Mais, ajoute-il, ces deux premières options semblent restrictives et ont un goût quelque peu amère dans un certain déjà vu.

Alors nous dit-il: Ce n'est pas d' un tête à tête, ni d' un corps à corps que nous avons besoin, mais d' un cœur à cœur.

« Aimez-vous les uns les autres ... » nous a-t-il été dit il y a plus de vingt siècles et c'est sûrement toujours d'actualité.
Parole si simple dans son énoncé mais parfois si difficile à concrétiser; chance pourtant de savoir où est le chemin et finalement source réelle de joie et d'espérance.





i[b[

Samedi 29 Janvier 2011 21:01