Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche








Sourire d’un enfant;
Sur son visage peut se résumer toute la schématique du goût de vivre; livre ouvert dont le prologue est inscrit et il attent, dynamique que des écritures et des graphismes s‘inscrivent; tous les futures sont possibles déjà, ils le resteront, richesse et aussi responsabilité, jusqu’au dernier souffle.
Puis, les états physiques, psychiques…suite aux aléas de la vie, constellent, voilent souvent la perception commune des moments; alors, les valeurs considérées réelles deviennent relatives et sont appréhendées en conséquence; je ne vois alors que ce que je peux voir. La vie n’est pas un long fleuve tranquille, chacun le sait Pierre Teilhard aussi et il nous en fourni de multiples exemples.
Cependant, au lieu de s’enfermer dans un schéma statique et qui alors par obligation et par nature irait immanquablement vers la sclérose, l’amoindrissement, le désespoir et le néant, l’homme sait, parce que l’Evolution même le démontre et le fait savoir à chaque instant, que monte constamment la complexité et la conscience;
Vouloir profond de chacun poussé à « super-vivre »( page 239).

1 L’Energie d’évolution universelle, dynamique première du goût de vivre.

Il serait certainement fastidieux de revenir sur l’évolution de la matière maintenant constatée comme évidente;
La science découvre chaque jour les molécules, les cellules, les vivants et jusqu’aux formes les plus aboutis,
L’évolution est présente dans les arrangements, les complexifications dans l’espace et le temps,
Les états deviennent de plus en plus compliqués physico-chimiquement, plus intériorisés psychiquement;
L’homme, aboutissement actuel de l’évolution; nature finie d’aujourd’hui mais non statique ou arrêtée car il est suite des avants, et en marche sur son axe principal de Complexité-conscience(page 243).

2 L’Energie ou goût de vivre, évolution ou bien stagnation et régression.

P.T. dit s’étonner que personne ne songe, dans notre monde si modernisé, à surveiller le goût de vivre, son intensité, son débit pour le faire évoluer, l’augmenter éventuellement, alors qu’on s’inquiète, et qu’on travaille sur les ressources énergétiques.
Et si nous perdions le goût de l’évolution, dit-il ?
Comment ouvrir toujours plus large, au fond de l’homme, la source de son élan vital? (page 245).
Il y a une quinzaine de jours environ sur un forum de discussion (*), une personne s’étonnait de l’égoïsme qu’elle voyait autour d’elle, et elle se disait pessimiste face à ses semblables; une autre ne pouvait pas comprendre la nullité de certains décideurs pour l’art en général…etc. arrivait donc la disparition de la beauté…
N’y a-t-il pas là en germe perte du goût de vivre ? (cependant la critique est parfois constructive…)

Opérer psychiquement sur notre foyer conscience pour dégager et exalter en nous des Raisons et des Attraits, propose le père, pour super-vivre.
Et comment cela ?
Prendre les moyens pour faire vivre pleinement l’organique, (n’est-il pas la base de l’édifice sans lequel rien ne peut commencer ?), et ensuite miser entièrement même peut-être jusqu’à l’incompréhension, sur la Cosmogénèse dont je fais parti en même temps que les autres, tous les autres.
Il appelle çà la Foi. Savoir que nous ne sommes pas emprisonnés dit-il encore.
Savoir qu’il y a une issue, et de l’air, et de la lumière, et de l’amour, quelque part, au-delà de toute mort.
Comme nous sommes loin de ce passage du livre du Phénomène Humain ou l’on voit l’homme, suite de l’évolution, arriver sans bruit…Et pourtant comme tout cela est cohérent; les micro-organismes, …les êtres vivants, puis ceux supérieurs, puis les hominidés, puis,…puis…toujours plus l’évolution de la terre et aussi et avec, celle de l’Esprit.

3 Goût de vivre, opération vitale confiée aux Religions.

L’ouverture sur les Religions.
Encore la cosmogénèse, suite naturelle de l’évolution, tous nos frères humains sont partie prenante; en même temps, loin de rejeter les anciens dogmes aller de l’avant;
P.T: « …je crois passionnément en la présence d’une sève circulant sous la vieille écorce, sève dont j’ai un réel besoin et que je ne peux atteindre sans étreindre l’arbre tout entier… »(Lettre à Lucile Swan)
Cependant il est vrai que la religion est trop souvent vue et certainement à juste titre comme étriquée, étroite, un costume trop séré dans un corps qui veut pleinement vivre. Une rénovation doit se faire pour avoir un nouvel espace attrayant;
Sans rejeter le passé, trouver une contemplation, une communion nouvelle avec la Source de tout élan intérieur (page 250).Enfin, le Monde dans sa plénitude et sa vérité, uni avec Soi, au-delà des différences, par l’Amour.






























Dimanche 28 Mars 2010 12:39