Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






"Comment je Crois" tome-10, chapitre 7 // Editions du Seuil


Les découvertes de la science ne nous permettent plus de douter que l’Univers et, en particulier notre planète avec l’homme, n’ont pas été créés tels que nous l’indiquent la Bible et les Eglises chrétiennes ainsi que les inconditionnels de la fixité du monde .

La pensée moderne fait passer d’un Univers vu et pensé à partir d’un état statique à une réalité évolutive. Cette transformation est un événement définitif du même ordre lorsque Copernic ne mettait plus la Terre au centre de l’Univers . Il est encore très difficile de mesurer l’étendue des changements que, logiquement, la perception qu’entraine cette nouvelle dimension cosmique du temps et de l’espace qui sont sans limites.

Cette constatation de l’évolution de l’Univers doit être reconnue comme une propriété première du réel. De ce fait la christologie actuelle, ayant été pensée et exprimée sur les bases d’un monde statique et fini, n’est plus en adéquation avec le monde actuel des découvertes.

Les chrétiens sont déboussolés par le silence de l’espace sans limites, le désordre du cosmos, le mal et la mort. Le péché originel, la faute du premier couple, entrainant la chute de toute l’espèce humaine sont intellectuellement, émotionnellement, mentalement incompréhensibles et surtout paralysent toute tentative de réconciliation avec l’univers en enlevant ce goût de vivre nécessaire pour avancer dans un futur qui serait sans espoir.
.
Les idées de péché originel et de chute qui essayaient d’expliquer le mal n’étaient qu’un essai de compréhension pour satisfaire à l’idée d’un monde fixe. Ainsi donc la correction s’impose, elle consiste à mettre en accord la christologie et l’évolution.
Le Christ n’était-il pas à son époque révolutionnaire et évolutionniste dans ses propos ? De même Galilée, de même Darwin ,de même Freud et il en est de même pour Teilhard de Chardin
Osons trouver dans les traits du Christ la possibilité de se plier aux exigences d’un monde à structure évolutive.

Dans un monde évolutif, l’acte créateur n’est pas instantané, l’acte pur de créer est impossible car il est opposable au néant. L’unité achevée ne peut provenir que du multiple qui se construit progressivement dans le temps à l’échelle du cosmos. La création ne peut s’exprimer en sortant du néant que d’un état de dispersion initiale ; depuis les particules jusqu'à, par exemple, l’homme final, en étant passée par d’autres formes plus simples ;l’union créatrice de complexification.

-Dans un monde créé et fixe, le désordre et le mal ne sont pas justifiables il faut trouver un coupable, Dieu ou l’homme.

-Dans un monde évolutif le désordre et le mal apparaissent au cours de l’unification du multiple. Ils sont l’expression même d’un état de pluralité encore incomplètement organisée. C’est un état transitoire d’imperfection dans un monde en formation. Dans ces conditions, le mal n’est ni un accident imprévu ni une volonté de punition de Dieu suite à une faute, mais bien la conséquence d’une construction qui se cherche et lutte pour sortir du néant.
C’est pour cette raison que l’homme doit s’unir à l’acte créateur de Dieu qui a lancé le monde pour qu’il se fasse.

Le Christ n’est pas venu dans notre monde pour expier nos fautes mais pour nous aider à évoluer vers ce plus que Teilhard a nommé Point Oméga. La Matière en raison des lois physiques évolue vers une entropie croissante. A l’inverse l’Esprit, lui, évolue vers la neguentropie. Ainsi la lutte contre le mal devient le combat de notre existence tout en cherchant l’harmonie du monde afin d’enter dans la communion avec notre Créateur.
Le Christ sera alors notre guide car il deviendra le sauveur de l’idée et de la réalité de l’évolution.

Comme le dit Teilhard, remplaçons le mot péché par le mot progrès et le mot expier par le mot vaincre : si l’on admet logiquement que l’homme converge vers plus d’esprit et plus de spiritualité il doit bien y avoir un sommet conscient dans cet univers.

Le Christ a dit « mon royaume n’est pas de ce monde. »
Le Christ a dit « pour aller vers Dieu il faut passer par moi »
Ces paroles n’ont t’elles pas une connotation évolutive ?

Le christianisme est un combat de l’effort, pour atteindre la connaissance, l’amour de ce monde.
Teilhard dit aimer son prochain c’est maintenant lui faire connaitre ce Christ évoluteur afin qu’il se réconcilie avec le monde pour retrouver le goût de vivre.



Vendredi 30 Novembre 2012 14:02