Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

réflexion pour la réunion du 23/5/14


Marcel Pradines / Divinisation des passivités
L’homme dans sa nature est fait pour chercher, créer, aimer.Il est amené a découvrir les éléments de sa vie et de l'univers dans un champ de plus en plus vaste .Mais il est a constater qu 'il tant a être dominé par l'objet de ses conquêtes . La grandeur qu'il a dévoilée le subjugue . « Il se trouve saisi par ce dont il croyait s'emparer » (TDC) .

Si l'homme n'agit pas ,par définition il subit. Ce sont les passivités de l'existence humaine. Elles se divisent en deux groupes ,les actives et les passives ,elles sont très inégales.Les premières plus perceptives semblent occuper la première place,il n'en est rien, « les secondes sont sans mesure les plus étendues et les plus profondeds » (TDC).

« La connaissance et la réflexion sur nous même et d'autre part sur notre environnement ne sont faites que partiellement et au delà commence immédiatement une nuit voilée ,impénétrable et cependant chargée de présence .Dans sa profondeur l'Homme ne peut capter les sources de sa vie ,de la Vie en générale » (TDC).

Face a cette inquiétante énigme il remonte a la surface dans le confortable entourage des choses familières mais la aussi sous le spectacle des agitations humaines il voit apparaître l'inconnu .Autant que la mort il subit la vie.
Dans ce présent de « l’univers nous ne sommes pas inertes nous réagissons puisque nous subissons. Mais cette réaction qui s’opère sans notre contrôle par un prolongement inconnu de notre Être fait partie de nos passivités .Dans ces inconnus qui nous entourent nous allons trouver deux groupes de forces. D'un coté les forces amies et favorables qui soutiennent notre effort et qui nous dirigent vers le succès, appelons « les passivités de croissance (TDC). De l'autre ,les puissances ennemies qui entravent notre marche vers le plus être "les passivités de diminutions "(TDC)

Ces passivités de diminution nous apportent le vertige, c’est le silence des espaces infinis de Pascal, la Nausée de Sartre, « détresse de l'atome perdu dans l'univers » (TDC).Devant cette inconfortable énigme de la Vie ou l'homme ne semble pas avoir de réponse ,cette énigme éclairée par les passivités de croissances devient fascinante car tellement invraisemblable d'apercevoir l'Homme debout ,réel, existant dans un monde réussi .
Oui, l'Homme éveillé ,debout, s’émerveille devant la Beauté transfigurée dans la Matière existante ,palpable. Accueillir la Beauté ,c'est plus que la contempler, c'est participer, elle nous rappelle que nous pouvons habiter ce Monde, elle nous donne le sentiment d’exister. Dans l'expérience de la Beauté nous apprenons a accepter l’inexplicable a l'aimer a l’accueillir elle nous sauve de l’obsession de tout vouloir comprendre.
« Alors de l'angoisse d’être seul dans l'univers ,je passe a la sublimation et je trouve Dieu".

Ainsi les passivités de croissance me donnent le goût de vivre, ces influences sont a mes yeux l’énergie organisatrice de l'Union Créatrice. Elles me donnent le désir d’être et d'exister; Ceci devient le premier appui pour aimer, respecter, de faire, de découvrir, d'essayer d’être plus ,de chercher l'Esprit.

Les passivités de diminutions peuvent cependant devant le mal et la mort nous rendre Dieu insaisissable Pour cette analyse il faut toujours repartir de la pensée de Teilhard de Chardin : Dieu n'a pas crée le monde ,il l'a lancé pour qu'il se fasse »Bien que la Vie soit encadrée, lui est laissée la liberté dans le hasard pour produire cette fabuleuse richesse du multiple. La Matière sortie du néant lors de sa complexification ne peut être parfaite d'un seul « clic »Il y a forcément des erreurs d'aiguillage. Le Monde ne peut être beau et bon immédiatement mais il peut le devenir . La direction depuis l'origine du big bang, est toujours vers le plus Cette direction positive apporte un sens de signification ;
« L’Homme est né ,nu et sans défense mais avec l'intelligence de la réflexion et le goût de l'effort Il n'a pas été fait pour se résigner mais pour lutter » (TDC). Il doit s'unir a Dieu pour le devenir de ce monde ;

Imaginons un Homme crée parfait dans un monde parfait : quel ennui, quel ennui......
Il est vrai que les passivités nous obligent et nous entraînent vers la divinisation car l'homme, après s’être centré sur lui même, doit se décentrer sur l'Autre et ensuite se sur centrer sur Dieu.

Dimanche 25 Mai 2014 10:06