Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

"L'AVENIR DE L'HOMME" éditions du Seuil
Chapitre 5 ; "L'Esprit Nouveau"


L’ensemble de l’humanité actuelle désire, espère et ressent quelque chose qui est en train de changer dans notre monde à tous niveaux .Les découvertes scientifiques et techniques, l’économie mondiale, la rapidité des communications, l’internet, la télévision entrainent les hommes dans une centreité de complexité et de conscience qui va développer une nécessaire socialisation d’entraide et de partage
Les découvertes sur l’ évolution de notre univers ont donné enfin une vision du temps et de l’espace ;et nous comprenons que chaque élément dépend de l’arrière et de l’avant du temps et d’autres éléments d’à coté de l’espace. Dans ce cône du temps et de l’espace l’homme prend une vision de son appartenance au tout de l’univers. Dans l’infiniment grand ,dans l’infiniment petit, dans l’infiniment complexe, chaque élément, chaque être, chaque acte se croisent, s’interfèrent et une force inconnue encore à ce jour pousse et tire l’évolution dans un sens directionnel vers le le haut du cône.
L’homme, ce produit historiquement le dernier formé, se caractérise par trois éléments fondamentaux :

-Son extrême complexité physyco-chimique
-Son extrême organisation, la plus centrée des particules cosmiques
-Son extrême développement psychique (réflexion pensée)

Ce constat oblige à voir et à admettre que l’évolution est la genèse de la matière et de l’esprit.
La science a cherché dans la matière de l’ infini grand et de l’ infini petit l’explication de la vie ; elle n’ a trouvé que la loi de l’entropie où la matière disparait et l’énergie se neutralise ;cherchons aussi sur le chemin directionnel et ascensionnel, là où la matière s’ organise depuis les premières particules.
Ce sens directionnel nous entraine vers plus de centréité de complexité, de conscience; ce sens de direction apporte un sens de signification donc une raison d’être.
Ainsi reconnaître que l’espace-temps est de nature convergente, c’est admettre que l’homme, la pensée, n’ont pas encore atteint de terme de l’évolution : l’homme à l’échelle du temps du cosmos n’a vécu que quelques minutes, et cependant quelle ascension ! Laissons lui encore quelques secondes ! Alors un Homme Nouveau va apparaître au psychisme encore plus développé car ce n’est pas un monde qui EST c’est un monde qui NAIT. De ce constat plusieurs remarques :

-Si le monde sort de l’ombre, s’il se construit, si l’évolution est une genèse, alors nous comprenons mieux et admettons le mal, les inégalités, la souffrance, la mort.

-De même la morale, l’éthique construites à travers quelques règles élémentaires de justice, posées elles aussi sur le cône du temps, donnent aussi l’espoir que l’ascension se construira.

-Cette force unificatrice, qui pousse et qui tire de la base au sommet du cône en unifiant atomes, molécules, cellule de la matière à la vie, à la conscience, à la réflexion, à la puissance de l’amour, cette force unificatrice entrainera aussi les hommes vers plus de centréité, de communion.

-Depuis toujours, l’homme a eu au plus profond de sa conscience un appel vers l’au-delà, une interrogation ! Quelle est cette attente inscrite dans sa conscience ? N’est ce point le désir d’atteindre le sommet du cône ?Pour aller de l’ombre a la lumière, de l’incertitude a la certitude, de la cruauté a la bienveillance, du néant a l’esprit, de rien a la beauté ? Alors tout s’illumine en citant Teilhard : "Et c’est ainsi que notre humanisme, renouvelé dans son gout de vivre et aiguillonné dans ses ambitions pour avoir découvert qu’il y a une cime à la flèche du temps, vient logiquement s’ achever dans une attitude de don et d’adoration".



Lundi 1 Août 2011 12:40