Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






L'AVENIR DE L'HOMME, Editions du Seuil
(V ch17)-mai 1949


La question sitôt posée dans le titre, Teilhard répond « oui , et il est grand temps d’en prendre conscience ». Il avait déjà abordé cette question en 1947 (V10 et V13) ; aujourd’hui il va plus loin et se demande s’il n’a pas été trop modéré dans son expression d’alors.
Il veut maintenant « enfoncer le clou » et attirer l’attention de sa génération sur le fait qu’elle va avoir à prendre une décision majeure, et ceci dans l’urgence.

Si hier encore, on pouvait considérer l’humanité comme un groupe définitivement stabilisé, aujourd’hui ce n’est plus le cas, la question qui se pose, est de s’interroger sur ce, vers quoi nous mène ce mouvement, qu’on l’appelle totalisation, collectivisation, socialisation, ou rebondissement.
Ce mouvement a une valeur biologique, il secrète de l’esprit. Pour certains « la collectivisation humaine est un phénomène brutal... aboutissant à nous déshumaniser ». Pour d’autres, dont Teilhard, « cette même collectivisation... nous ultra personnalisera » (p.330). Son jugement, « sans être absolument démontré, lui paraît suffisamment assuré pour que nous puissions, ou devions, engager notre avenir ».

A l’époque de Galilée, les hommes ont senti que pour continuer à être sentis hommes, il leur fallait prendre position sur le cadre phénoménal qui les contenait. Il leur fallait trancher entre le géocentrisme et l’héliocentrisme ; ils ont choisi le second et, nous voyons aujourd’hui qu’ils ont bien fait et pris la bonne direction.

Teilhard pense que, dans un avenir très proche, l’homme se trouvera devant une nouvelle bifurcation. Devant la collectivisation croissante, il lui faudra opter pour une issue soit déshumanisante, soit ultra personnalisante et, ensuite, agir en conformité avec l’option prise.
Il souhaite que dans un avenir ultérieur les descendants de ceux qui auront eu à choisir puissent dire de leurs ascendants, « Ils avaient su voir clair ».
Il pense qu’à cette époque-là, ‘l’espace de complexité » vers lequel nous aura conduit la collectivisation, sera aussi universellement admis que l’héliocentrisme l’est pour nous aujourd’hui.




Mardi 20 Décembre 2011 08:32