Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

COMMENT JE CROIS ( PEKIN 1934)
Editions du Seuil



Dans ce texte écrit à la demande de Mgr Solage TEILHARD DE CHARDIN explique sa foi profonde en un CHRIST UNIVERSEL sommet de l’évolution du Monde .
Toute sa vie , sa réflexion portera sur deux concepts DIEU et l’UNIVERS .Par son éducation chrétienne et ses études théologiques ,il se sent ‘’enfant du Ciel’ ’mais de part sa nature curieuse et sa formation scientifique , il se sent ‘’enfant de la Terre’’
Or la science et la religion constituent deux mondes différents pour ne pas dire antagonistes et le Père ne peut admettre cette dichotomie.
« Placé ainsi par la vie au cœur de deux mondes dont je connais par une expérience familière la théorie , la langue ,les sentiments, je n’ai laissé aucune cloison intérieure « page 117 »
Sa pensée portée par un besoin d’organicité cosmique demande de faire se correspondre ces deux univers et désormais il perçoit au cœur de la matière une puissance spirituelle .Le vrai problème de sa vie sera donc celui des rapports entre le Dieu des chrétiens et l’Univers qui se découvre de plus en plus à nos yeux .Pour lui la séparation de ces deux mondes constitue une ‘’impossibilité psychologique ‘’ et jusqu’à la fin de sa vie il confrontera ses connaissances scientifiques et ses convictions religieuses.

Les sciences ont changé la perception du monde par
- la découverte de l’immensité de l’espace
- la découverte de l’immensité de la durée
impliquant ainsi un passé et un futur et donc une possibilité de progrès et d’évolution.
L’homme désormais ne peut ignorer la tâche qu’il doit accomplir dans ce monde et sa responsabilité envers l’avenir : ‘’Pour tout homme qui pense , l’Univers forme un système interminablement lié dans le temps et dans l’espace ………Le Monde constitue un TOUT’’(page 121)
Mais intervient alors le libre arbitre des individus qui conduit les uns, les ‘’pluralistes’’ , à ne pas dépasser la ‘’perception du multiple ‘’ et les autres , les’’ monistes’’, pour qui ce même multiple s’achève forcément dans quelque unité .
Les matérialistes pensent trouver un but à leur vie en donnant leur travail et parfois même leur vie à la communauté humaine .Mais ils refusent en même temps une mort définitive .Les preuves en sont nombreuses .Les enfants , la reconnaissance sociale ,la gloire ne sont qu’un désir de postérité. Pour TEILHARD DE CHARDIN ce n’est que la recherche
d’une immortalité personnelle et bien qu’il ne minimise pas ce qui passe ainsi à la collectivité ce ne peut être que du fugitif or ‘’l’homme n’aime finalement que l’indestructible’’( page 132.)

TEILHARD souligne l’exigence de l’immortalité comme exigence de l’action et pour lui, seule est désirable la joie de collaborer à l’établissement définitif d’un monde spirituel et ‘’rien d’autre finalement ne saurait m’intéresser ‘’ dit – il ‘’Dégager une quantité infinitésimale d’absolu ,libérer un peu d’être pour toujours ,le reste n’est qu’insupportable vanité .’’(page 131-132).
Mais il ne suffit pas d’avoir découvert en soi et autour de soi un esprit sans cesse croissant si celui-ci n’est pas immortel :’’L’immortalité ,c’est-à-dire au sens très général où je prends ce mot l’irréversibilité ‘ voilà qui me parait suivre à titre de propriété ou de complément nécessaire à toute idée de progrès universel ‘’(page 129) .L’ESPRIT du MONDE ne fait que grandir et il n’y a pas de limite aux approfondissements de la connaissance et de l’amour.

Le Père se pose ensuite la question de sa survie personnelle mais elle lui importe peu :’’C’est assez pour mon bonheur que le meilleur de moi-même passe à jamais dans un plus grand et plus beau que moi ‘’(pages 135-136)Mais se demande- t’il, qu’elle est donc cette précieuse parcelle que le TOUT attend de récolter de moi ?
Il a trouvé sa réponse ‘’ Ma personnalité, c’est-à-dire le centre particulier de perceptions et d’amour que ma vie consiste à développer ,voilà mon vrai trésor.’’(pages 135-136)
Dans cette 1ère partie du texte TEILHARD affirme donc sa foi au monde dans ‘’sa valeur, son infaillibilité et sa bonté ‘’( page 120)



Lundi 4 Février 2013 14:49