Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin


Recherche






Galerie
JP FRESAFOND / Considerations sur la revue “TEILHARD AUJOURD’HUI N° 50 /JUIN 2014
Il y a quelques mois, notre Rédacteur en Chef, Jacques Masurel et moi nous discutions et je lui disais à peu près ceci : trop de textes en langage savant compréhensible par les seuls universitaires, on découvre que dans leurs approches ils évitent de traiter le problème par le fond, ce qui équivaut à écrire sans livrer ses réflexions personnelles.
Après m’être renseigné auprès de plusieurs lecteurs lambda, j’ai découvert que la revue n’était que feuilletée et que seuls quelques articles étaient lus intégralement.
Jeudi 21 Août 2014 17:56

Travail pour septembre 3ème partie,


Elias Gottlob Haussmann - Portrait de Jean Sébastien Bach
Elias Gottlob Haussmann - Portrait de Jean Sébastien Bach
Citations de Teilhard
citations d'autres auteurs

Expliquer l’existence du « Milieu Divin » ? Autant demander à un poisson d’expliquer pourquoi le milieu aquatique est son milieu naturel. Un poulpe dispose de 9 cerveaux et de 3 cœurs ce qui est dire de sa capacité à comprendre avec le cœur... le poulpe témoigne si bien d’ affection avec ses 8 tentacules.
Tout en partageant avec le poulpe des facultés, rien qu’avec son unique cerveau et son unique cœur, Sapiens-Sapiens sait qu’il sait et sait aussi qu’il ne sait pas… enfin, en principe. Il faut en déduire que tout en ayant des organes en moins qu’un poulpe, l’homme a quelque chose en plus. C’est pourquoi il a le don de s’exposer hors des limites de son savoir en se posant avec témérité des questions aussi épineuses qu’un oursin ou qu’une bogue de châtaigne ou qu’un hérisson en boule. Or Teilhard ne manquera pas de « mettre en boule » les athées et les fondamentalistes fossilisés en s’aventurant dans l’épineuse question du « Milieu Divin ».

Le « Milieu Divin » exploré par Teilhard n’est autre que le Royaume dont nous serions les légitimes dauphins, héritiers de la couronne. Teilhard n’a pas inventé grand-chose que quiconque ne puisse découvrir par lui-même dans l’Evangile, mais il l'a traduit et prolongé en l’enrichissant selon sa raison scientifique et selon sa sensibilité. D'une manière générale l'Evangile est, pour le moins, en filigrane dans la pensée teilhardienne. Aussi, peut-on se demander COMMENT S’APPUYER SUR CES TEXTES SI ON NE LEUR DONNE PAS DE CREDIBILITE ? C’EST LA QUE LE GENIE DE TEILHARD PEUT PRENDRE LE RELAIS
Mardi 19 Août 2014 13:08